À l'écoute de leur appétit

À l’écoute de leur appétit

Votre bébé a-t-il toujours eu un appétit d’oiseau ou est-il affectueusement surnommé «le petit glouton»? Pour bien des parents, la quantité d’aliments ou de lait qu’ingurgite leur bébé est source constante d’angoisse.
Par Sandra Griffin

Pourtant, sachez que les bébés sont naturellement capables d’écouter leur appétit, voyons comment les parents peuvent apprendre à reconnaître leurs signaux de faim et de satiété.

Le nourrisson
Un bébé naissant (né à terme et en bonne santé) a besoin de peu de choses: dormir, recevoir soins et affection et… manger! Il y a donc beaucoup de chances que les signes/pleurs du bébé soient reliés à la faim. De plus, les petits estomacs et la croissance accélérée nécessitent un apport en nourriture très fréquent. Que le bébé soit nourri au biberon ou allaité, il doit recevoir son lait à la demande. Certains bébés vont naturellement avoir un rythme de boires qui ressemble à un horaire, mais d’autres vont avoir des besoins beaucoup plus variables. La quantité de lait est aussi offerte à la demande. Combien d’onces dans le biberon? Un ou deux seins? Une tétée de 5 minutes ou 15? Dans tous les cas, il vaut mieux se fier aux signes d’appétit du bébé.

Un nourrisson endormi qui commence à avoir faim va bouger les yeux sous ses paupières, va s’étirer, sa respiration va changer. Il aura tendance à porter ses mains à sa bouche, faire des mouvements de succion, bouger la tête en cherchant à téter. Ultimement, il va pleurer, mais il n’est pas nécessaire d’attendre qu’il pleure avant de le nourrir, au contraire, le début du boire sera plus facile si le bébé n’est pas trop agité.

Un nourrisson repu va fort probablement s’endormir… Puisque les bébés naissants dorment beaucoup d’heures les premières semaines, il peut être nécessaire de les stimuler un peu afin de poursuivre le boire. D’autres signes que le bébé n’a plus faim; il laisse tomber le sein ou le biberon, il tétouille, mais ne boit plus. Puisque les gestes de nourrir est aussi empreint d’affection, il est possible que même repus, votre bébé désire rester au sein ou dans vos bras. Profitez de ce petit moment.

Le bébé
Lorsque le bébé commence l’introduction des solides vers 6 mois, les questionnements en lien avec les quantités d’aliments consommés deviennent les préoccupations principales de nombreux parents. Les nouvelles recommandations sur l’introduction des aliments mettent l’accent sur le respect de l’appétit du bébé et ne donnent pas de quantité d’aliments. Il faut rappeler que le lait maternel ou la préparation pour nourrisson restent l’apport alimentaire principal jusqu’à 12 mois et qu’il ne devrait pas y avoir de diminution des boires jusqu’à 8-9 mois. Les quantités d’aliments consommés ne dépendent donc que de son appétit.

Comment savoir que bébé a faim? Il reçoit encore son lait à la demande et ne devrait pas être assis, affamé dans sa chaise haute. Il se fâcherait et le moment des repas ne sera pas agréable. Au moment du repas, il porte les aliments à sa bouche ou ouvre la bouche si les aliments lui sont offerts à la cuillère. Il vous regarde manger avec appétit, ouvre la bouche, essaie d’attraper vos aliments. Tant que l’appétit est là, vous pouvez continuer de lui offrir la cuillère, l’aider à manger ou le laisser s’alimenter par lui-même. Lorsque le bébé lance les aliments par terre, ferme la bouche, tourne la tête, frappe la cuillère, chigne, se frotte les yeux… le repas est terminé. Votre bébé n’a pas mangé assez selon vous? Selon lui, c’est assez et il faut respecter cet état. Il a atteint la satiété.

Si au contraire votre bébé semble être un puits sans fond, voici quelques pistes de réflexion. Boit-il beaucoup de lait? Les petits buveurs vont souvent manger de plus grandes quantités et plus tôt que les gros buveurs: et dans les deux cas, tout est normal. Aurait-il besoin de recevoir des aliments plus soutenants comme des aliments riches en protéines: viande, légumineuses, poisson, œufs, poulet ou des produits céréaliers à grains entiers? A-t-il été malade/dents dernièrement? Lorsque le bébé mange moins pendant quelques jours ou semaines, il a tendance à manger plus les semaines suivantes. Faut-il limiter les quantités d’aliments lorsque le bébé semble vouloir en manger sans fin? Il est difficile d’avoir une réponse tranchée à cette question. Il faut voir pourquoi le bébé a autant faim. Et s’il a vraiment faim, offrir une 2e portion sur repas principal est une bonne idée, ça contentera son appétit beaucoup mieux que si on lui offre une deuxième portion de fruits.

L’enfant
L’enfant qui parle apporte une toute nouvelle dimension aux repas familiaux, il a son mot à dire! En fait, pas tant que ça. Très tôt dans l’alimentation des enfants, il faut connaître le principe du partage des responsabilités surtout connu grâce aux travaux de Ellyn Sat-ter. Le parent est responsable du «quoi»: préparer et offrir des aliments aux bons moments, le «quand». L’enfant est responsable du «combien»: de la quantité, selon son appétit. Ceci veut donc dire qu’il ne devrait pas y avoir de 2e repas si le premier est refusé par l’enfant, il ne devrait pas non plus avoir de négociations sur la quantité d’aliments consommés et le dessert ne devrait pas faire office de récompense.

Quels sont les signes qu’un enfant a faim? Habitué à une routine, il est possible qu’il ait faim aux heures prévues du repas et des collations. La faim se fait aussi sentir par des comportements désagréables comme de l’irritabilité, de la fatigue ou ne plus écouter les consignes, car l’enfant ne sait pas toujours reconnaître qu’il a faim, mais il se passe quelque chose dans son corps. Plus vieux, il pourra dire qu’il a faim si on lui a appris comment la reconnaître: baisse d’énergie, ventre qui gargouille, envie de manger n’importe quel aliment.
Les signes que l’enfant n’a plus faim; il ne mange plus, perd de l’intérêt, commence à bouger sur sa chaise, veut sortir de table ou joue avec les aliments. Il est toujours bien de le questionner sur son appétit, si son ventre est bien rempli, s’il a encore faim… Ça lui rappelle qu’il faut écouter les signaux que son corps lui envoie.

Si l’alimentation des bébés et des enfants est un sujet qui vous préoccupe, n’hésitez pas à consulter un/une nutritionniste.


Sandra Griffin, dtp
Nutritionniste et maman de 3 jeunes enfants.
Consultations et ateliers en nutrition pour les mamans sur
www.mamanmangebien.com
Pour information: mamanmangebien@gmail.com

Lectures recommandées:
Manger, un jeu d’enfant par Guylaine Guèvrement et Marie-Claude Lortie, éditions La Presse
J’aime pas ça, j’en veux encore par Nadia Gagnier et Myriam Gehami, éditions La Presse
Secrets of feeding an healthy family, Ellyn Satter http://www.ellynsatterinstitute.org/


Paru dans Bébé, Hiver 2016

Pin It on Pinterest

Share This