Abeille Gélinas – Cuisine en famille!

Être parent est certainement la plus grande aventure qui soit. C’est aussi accepter de découvrir des chemins jamais empruntés auparavant. Il y a quatre ans, la vie de l’animatrice et ­DJ ­Abeille ­Gélinas prenait un tout nouveau tournant. L’arrivée de son fils, ­Zayne ­Adam, allait l’amener à concevoir son futur autrement. Tout en poursuivant ses rêves, elle s’efforce de construire ses projets en gardant tout près d’elle ce noyau qui lui est cher : sa famille. Avec ­Cajou ­Cuisine, elle a trouvé une façon d’unir toutes ses passions et de nourrir enfin sa fibre entrepreneuriale. Rencontre avec une fille d’aujourd’hui.

Tout au long de sa grossesse, Abeille Gélinas se questionnait constamment face à ses choix présents. Arriverait-elle à concilier sa vie actuelle avec celle dont elle ne connaissait encore rien ? « Je roulais ma bosse en tant que DJ depuis déjà pas mal d’années et je me demandais si j’allais devoir renoncer à cette partie de moi que j’aime tant en devenant maman. J’avais peur de la perception qu’allaient avoir les autres quant à ma nouvelle réalité. Est-ce qu’on allait avoir encore envie d’engager une jeune maman comme DJ ? J’ai vite réalisé que je m’en faisais pour rien et que les barrières, j’étais la seule à les voir. » Avec du recul, elle est assez fière de constater que le téléphone n’a jamais arrêté de sonner, car ce talent qu’elle possède, la maternité ne le lui a pas enlevé, bien au contraire, même si… « j’ai dû arrêter mes sets de DJ quand j’ai réalisé que mon ventre m’empêchait d’atteindre mes tables tournantes. »

Une nouvelle réalité
Le mot « adapté » est celui qu’Abeille préfère utiliser quand elle parle de sa vie actuelle. « Je n’ai pas changé de vie, je l’ai plutôt adaptée à ma nouvelle réalité. Je voulais garder mon mode de vie tel qu’il était avant la venue de mon fils, car je suis passionnée par ce que je fais. Concrètement, ce qui me permet de poursuivre ma passion est assez simple. Je sélectionne davantage les contrats qu’on me propose. C’est évident que les soirées qui se terminent à 3 h du matin sont plutôt rares maintenant. J’ai la chance d’avoir un métier qui est très malléable ; alors, je fais mes horaires en fonction de mes priorités. » Un des secrets pour réussir une telle conciliation réside aussi dans la force du réseau qui nous entoure. « Mon amoureux est infiniment compréhensif et me permet de pouvoir accomplir mes rêves en étant très présent pour notre fils. Ma mère est aussi une excellente alliée. J’ai beaucoup d’admiration pour les mamans qui n’ont pas la même réalité que moi. On se découvre souvent des forces insoupçonnées. »

C’est d’ailleurs à travers son nouveau rôle de maman qu’Abeille a réalisé qu’elle pouvait être créative sur bien des plans. « J’ai vite compris que ma réalité rejoignait celle de bien d’autres parents. J’étais déjà ambassadrice de certaines marques ou produits et je me suis dit : « Pourquoi ne pas le faire pour moi ? » En fait, je savais que j’avais en moi la fibre entrepreneuriale, mais je n’avais pas trouvé le projet qui me permettrait de pousser encore plus loin ce trait de ma personnalité. »

Entre le rêve et la réalité, il y a tout un monde, et Abeille le savait bien. C’est pour cette raison qu’elle a pris tout le temps nécessaire avant de se lancer en affaires. « Je ne crois pas au hasard, mais ce dont je suis certaine, c’est que parfois les choses se placent malgré nous. C’est exactement ce qui s’est produit avec mon tout nouveau projet, Cajou Cuisine. Carla Beauvais et Marjorie Morin-Lapointe, celles avec qui j’allais m’associer, n’étaient pas si loin de moi. Je connaissais déjà Carla, une jeune femme entrepreneure que je suivais sur Instagram. Elle est entrée en contact avec moi pour d’abord me partager son idée et ensuite pour y mesurer mon intérêt. Ses mots m’ont tellement allumée que je lui ai proposé de m’investir à part entière dans le projet. »

Rassembler les familles dans la cuisine
Cajou Cuisine est né du désir de mettre de l’avant le plaisir de cuisiner en famille. Joindre l’utile à l’agréable, apprendre tout en s’amusant et faire le plus beau des voyages à travers la cuisine d’ici et d’ailleurs. « On le sait, les boîtes pour cuisiner sont infiniment populaires, mais nous, ce que nous proposons, c’est très différent. Nous avons eu envie de concevoir un ensemble dans lequel on retrouverait, tous les deux mois, des recettes simples à exécuter (avec en prime une liste d’épicerie, des conseils nutritionnels et un ustensile de cuisine), des activités éducatives à faire en famille ainsi qu’un tas d’autres surprises, le tout sous une thématique unique et qui diffère d’une fois à l’autre. J’y ai même inclus une playlist personnalisée sur laquelle on peut danser tout en cuisinant. » Pour Abeille, c’était très important de mettre de l’avant l’ouverture sur le monde. Quoi de mieux que de découvrir un pays à travers ses traditions culinaires ? En vous abonnant aux boîtes Cajou Cuisine, vous pourrez cuisiner avec vos petits un mets typiquement italien, indien ou même chilien et ce, peu importe vos préférences alimentaires.

Construire un projet d’A à Z est très valorisant. « Pour l’instant, je vois Cajou Cuisine comme un terrain de jeu avec d’infinies possibilités. Nous pensons à mettre sur pied des ateliers de cuisine intergénérationnels. Les grands-parents ont un impact tellement significatif dans la vie de nos enfants. Je souhaite les voir transmettre leur savoir, leurs traditions. »

En mettant la famille au cœur de ses choix, réussit-on plus facilement à concilier toutes les sphères de nos vies ? « Pas tout le temps. Il y a des jours où je me sens parfaitement en équilibre et en harmonie avec mes choix, et d’autres, pas du tout. La perfection n’existe pas, et c’est peut-être mieux comme ça. C’est tout un défi que les femmes de notre génération s’imposent au quotidien. Il faut parfois accepter de se voir vulnérables et imparfaites, ça nous rend plus fortes, je trouve. Être parent m’apprend à m’aimer telle que je suis, et c’est le plus beau cadeau qu’on m’aura jamais donné. » Accepter nos limites est aussi un défi de taille quand on devient parent. « C’est pour cette raison que j’ai su rapidement que je n’aurais qu’un seul enfant. Je connais bien mes limites et mes forces. Je me donne à fond dans mon rôle de mère et je suis très bien avec cette décision. »

Pour plus de détails concernant Cajou Cuisine ou vous abonner,
visitez www.cajoucuisine.comFacebook : cajoucuisine


Valérie Guibbaud
Journaliste, animatrice et auteure.
Facebook : valerieguibbaudradiotele
Photos : Cajou Cuisine


Paru dans Moi Parent, Automne 2019

Pin It on Pinterest

Share This