Allaiter! Oui, mais combien de temps?

Vous venez d’accoucher et avez décidé d’allaiter, mais vous vous demandez combien de temps? Combien de temps faut-il allaiter? Combien de temps voulez-vous allaiter? Quelle est la bonne réponse? Ou plutôt, quelle est la bonne question à se poser?
Par Marie-Caroline Bergouignan

Il faut certes y penser, en discuter avec votre conjoint, votre famille et vos amies. Cela vous permettra d’entendre leurs expériences, leurs opinions, et de vous aider à définir votre position sur la question. Vous pouvez vous fixer un objectif et puis voir comment se passe votre allaitement, voir comment vous vous sentez dans votre allaitement et laisser aller les choses jour après jour, un jour à la fois.

Les recommandations officielles
Pour nous aider à trouver la réponse, il y a bien les recommandations officielles de l’Organisation mondiale de la Santé qui sont reprises par la Société Canadienne de Pédiatrie et Santé Canada: «L’allaitement exclusif au sein est recommandé jusqu’à l’âge de six mois. De six mois à deux ans, voire plus, l’allaitement doit être complété par une autre alimentation.». Jusqu’à 2 ans? C’est beaucoup, me direz-vous! Au Québec, et en 2016, est-ce vraiment pertinent?

Allaiter le plus longtemps possible?
L’allaitement est encore très important même quand votre enfant mange comme vous. Le lait maternel continue de lui apporter des éléments nutritifs, mais surtout, il lui apporte tout ce qu’il faut pour soutenir son système immunitaire encore très immature et son système digestif ainsi que son cerveau qui sont encore en développement. Ce n’est pas négligeable! Enfin, il répond aux besoins affectifs de votre enfant ce qui permet de bâtir sa confiance en lui, son estime de soi et son lien d’attachement avec vous. En 2016 et au Québec, c’est donc encore très pertinent!

C’est d’autant plus pertinent que cette période, entre 9 mois et 2 ans, est souvent une grande période d’adaptation pour la mère et l’enfant avec le retour au travail et donc l’introduction à la garderie. Ainsi, l’enfant est en contact avec de nombreux nouveaux microbes. Poursuivre l’allaitement va rendre cette adaptation plus facile, plus douce en diminuant la fréquence des infections, et leur gravité, en rassurant l’enfant qui doit s’adapter à une nouvelle vie et à un nouveau rythme. Comme parent, vous apprécierez cela chaque jour, en manquant moins de journées de travail et en voyant votre enfant vivre cette période avec plus de sérénité!

Et pour ceux qui auraient peur que leur enfant ne développe pas son autonomie s’il est encore allaité, dites-vous que vous nourrissez au contraire sa confiance, son estime de soi qui vont le rendre plus autonome, plus rapidement. Mais les attentes doivent être réalistes! L’autonomie s’acquiert tranquillement au fil du temps, au fil des premières années. Un enfant de 1 an est plus autonome qu’un bébé de 3 mois comme celui de 5 ans l’est plus qu’un enfant de 2 ans!

Beaucoup de mères vous diront que c’est tellement plus facile de consoler un enfant malade ou blessé quand on allaite. L’enfant est réconforté immédiatement grâce à l’allaitement. L’enfant et la mère vivront ainsi moins de stress grâce à l’effet du lait maternel et à ses hormones.

Mais tant que vous n’êtes pas en train d’allaiter, cela peut être difficile de se projeter si loin! Même si vous allaitez, cela peut aussi être difficile de se voir si loin! Prenez votre temps et attendez de voir, de ressentir et de vivre votre allaitement. Vous n’avez pas besoin de décider d’avance jusqu’à quand allaiter, c’est au quotidien que ça se vit et que ça se décide. Le matin où vous aurez décidé d’arrêter, vous vous direz peut-être: «mais pourquoi aujourd’hui plutôt que demain?»

Les facteurs qui influencent la décision
Beaucoup de facteurs influencent la décision de poursuivre ou d’arrêter l’allaitement:

  • comment se passe l’allaitement
  • comment l’allaitement est vécu
  • si un retour au travail est prévu et quand
  • si d’autres enfants sont désirés ou pas, à quelle fréquence et selon le degré de fertilité de la mère
  • le soutien du conjoint, de la famille immédiate et des amis
  • la santé de la mère et celle de l’enfant

Ces critères peuvent beaucoup varier d’un enfant à l’autre
Le sevrage commence dès le 6e mois, à l’introduction des aliments complémentaires. En effet, en variant l’alimentation, l’allaitement change. La fréquence et la durée des tétées sont modifiées naturellement, sans qu’on y fasse rien.

L’allaitement à 1 an ou 18 mois ne ressemble pas à l’allaitement à 4 mois. C’est important de le souligner, car la décision d’arrêter est parfois influencée par cette image du bébé qui tète toutes les 2 heures pendant 45 minutes. L’allaitement évolue avec le temps et plus l’enfant est âgé, plus c’est facile de le modeler selon nos contraintes.

À partir d’un an, il est possible de «négocier » avec l’enfant le lieu et le moment de l’allaitement. Cette étape est importante pour que vous puissiez être confortable dans votre allaitement. Il est essentiel de vous créer un environnement favorable et confortable pour que l’allaitement reste un plaisir.

Tant que les conditions seront agréables pour vous, vous ne sentirez pas le besoin d’arrêter. Cela demande parfois des ajustements réguliers pour maintenir un confort pour vous et votre bébé. Quand une relation va bien, pourquoi y mettre fin? Il suffit de s’ajuster pour continuer à être bien.

Le retour au travail ne veut pas nécessairement dire sevrage. Une adaptation permet de poursuivre l’allaitement matin et soir, par exemple. Beaucoup d’arrangements sont possibles selon chaque situation. Pour vous aider à prendre une décision et à aménager votre allaitement selon votre situation, n’hésitez pas à rencontrer une consultante en lactation IBCLC qui vous aidera à trouver votre solution et vous accompagnera dans votre cheminement. Les consultantes en lactation IBCLC sont là aussi pour aider pendant le sevrage et pas seulement pour bien commencer l’allaitement!

Alors, combien de temps allaiter? Tant que vous êtes bien dans cette relation et que votre bébé l’est également, pourquoi arrêter? Adaptez votre allaitement pour y être confortable afin de poursuivre le plus longtemps possible, car vous avez tout à gagner à allaiter! Chaque jour de plus est un cadeau que vous faites à votre bébé et à vous-même!


Marie-Caroline Bergouignan
Consultante en lactation IBCLC
Au service de votre allaitement
www.sosallaitement.com
514-967-6206
http://www.lasourceensoi.com


Paru dans Grossesse, Été 2016

Pin It on Pinterest

Share This