Bilan de mi-année, 5 astuces pour rester concentré

La fin de l’automne et le début de l’hiver sont souvent synonymes de baisse d’énergie et de motivation chez les enfants alors que les exigences scolaires, elles, augmentent lors de la deuxième étape de l’année. Certains seront confrontés à une baisse de leurs résultats. Dans cette optique, comment aider nos enfants à garder le focus pour cette seconde partie de l’année?
Par Lysanne Lanthier

Comme parent, cela peut être tout un défi de garder son enfant motivé pour l’école, c’est pourquoi je vous propose quelques idées et pistes de solutions afin de vous sentir davantage outillé comme parent pour faire face à ce défi. Avant toute chose toutefois, posez-vous la question: «Est-ce que mon enfant a du plaisir à aller à l’école?» Si vous n’êtes pas certain… demandez-le-lui.

1. Le sommeil
La baisse d’énergie doit, selon moi, être adressée en premier lieu. Comment être motivé si on est fatigué? Le manque de luminosité ainsi que la dépense accrue d’énergie à l’école (en plus du reste des activités en soirées) font en sorte que votre enfant a d’autant plus besoin des heures de sommeil requises, davantage même qu’en début d’année scolaire.

Nombre d’heures de sommeil requises selon l’âge
Tranche d’âge » Heures requises par 24 h
3 à 5 ans » 10 à 13 heures
6 à 12 ans » 9 à 12 heures

Il est donc important de vous assurer que votre enfant dort assez. Du coup, cela aura un effet bénéfique, entre autres, sur le développement de sa mémoire, sur ses apprentissages et sur ses comportements désagréables, car oui, un enfant fatigué est souvent un enfant qui présente des comportements inadéquats et une difficulté à gérer ses émotions.1

Une fois que vous savez que votre enfant est reposé et dispose de l’énergie dont il a besoin pour bien fonctionner, vous pouvez enchaîner avec ce qui suit.

2. La sécurité
Puisque le concept de l’école est de nature sociale, votre enfant doit naturellement être bien à l’école. Être bien, c’est quoi? C’est se sentir en sécurité, avoir des amis avec qui passer du temps et se sentir accueilli, et ce, tant par les pairs que par les adultes. Alors, le conseil est le suivant: assurez-vous que votre enfant se sente bien lorsqu’il est à l’école. Sinon, comment être motivé à se retrouver, jour après jour, dans un endroit où l’on n’est pas bien? C’est la base de toute motivation. Faisons le parallèle avec un adulte qui s’entraîne dans un gym. Si cette personne ne se sent pas bien dans le gym où elle s’entraîne pour diverses raisons (manque d’accueil du personnel, énergie désagréable, clients impolis, etc.), il est fort possible que cette personne vive une baisse de motivation à y aller. C’est la même chose pour votre enfant. Se sentir bien à l’école est primordial à son épanouissement et à sa motivation.

3. Les résultats
Évitez de mettre l’accent sur les notes et les résultats de votre enfant. Une note ne définit pas votre enfant. Certes, les notes ont un certain impact sur le parcours scolaire d’un enfant. Toutefois, l’erreur qui est parfois commise est la suivante: on répète à l’enfant le fait qu’il doit améliorer ses notes en mathématiques et ce, jour après jour. Résultat: soit il vient à détester cette matière et se rebute, soit il vit de l’anxiété de performance. Alors, plutôt que de mettre l’accent sur sa difficulté, en gardant toujours en tête le même objectif (celui d’améliorer ses mathématiques), je vous suggère de le faire de façon ludique et informelle. Par exemple, pour un enfant qui apprend à compter et à faire des additions, vous pourriez lui demander son aide pour accomplir quelque chose à la maison, comme compter tous ses chandails à manches courtes. Puis, vous pourriez en enlever quelques-uns et lui demander combien il lui en resterait. Avec le temps, l’enfant comprend l’utilité des mathématiques et les voit de manière différente, puisqu’il aura eu du plaisir.

Vous pouvez aussi vous inspirer de votre environnement. Dans le garage, par exemple, il y a souvent plein de petites pièces qui traînent. En faisant du rangement et du classement, il fait des apprentissages et passe un bon moment en votre compagnie. Le lendemain, à l’école, il sera fier de dire à son enseignante qu’il a compté 120 clous dans le garage de papa, que vous et lui avez décidé d’en donner 50 au voisin et qu’alors, vous en avez rangé que 70 dans le petit bac.

4. La visualisation
Réalisez un tableau de motivation (appelé aussi Vision Board). Ce genre de tableau, nous le faisons parfois pour nous, adultes, pour tenter d’accomplir un rêve ou encore d’illustrer nos objectifs. Je vous suggère donc d’accompagner votre enfant à faire son propre Vision Board pour son année scolaire. Attention, c’est SON Vision Board! C’est lui qui décide ce qui s’y retrouvera. Évidemment, votre enfant ne sait peut-être pas ce qu’est un Vision Board, alors vous aurez peut-être à lui montrer quelques modèles. L’important est qu’il comprenne que c’est ce qu’il souhaite faire et réaliser au courant de l’année scolaire qui s’y retrouve. Parent! Attention! Il est très possible que votre enfant ne mette aucun élément sur son tableau directement en lien avec ses notes. C’est correct! Tout ce qui est relatif à l’école peut aider à sa motivation. Si, par exemple, son rêve est d’être le chef d’une équipe de sport et de gagner une partie à la récréation, c’est ok! Comme mentionné précédemment, s’il se sent bien et valorisé de quelque manière que ce soit, ceci aura un effet collatéral sur le reste de son expérience à l’école, dont ses notes.

5. Récompenser les efforts
Récompensez les efforts plutôt que les résultats. Chaque fois que vous voyez que votre enfant fait des efforts, se met à la tâche ou fait ses devoirs, verbalisez-lui que vous êtes fier de voir qu’il fait de son mieux, qu’il travaille bien, etc. Si vous le souhaitez, vous pouvez également mettre un système de motivation en place. Avec ce système, votre enfant sera récompensé pour ses efforts (il peut recevoir un collant, une étoile, une étampe, etc.) et au bout de X récompenses, par exemple, il peut avoir un privilège en votre compagnie.

Quelques exemples de récompenses
• Faire une sortie seul à seul avec le(s) parent(s) en vélo, au parc, à la crèmerie, au restaurant, à la bibliothèque;
• Choisir le menu de la semaine pour le souper;
• Ajouter de la décoration dans sa chambre;
• Jouer à un jeu de société un soir de semaine;
• Recevoir un ami à coucher;
• Faire une soirée popcorn et danse;
• Faire un bricolage spécial de son choix;
• Autres… Normalement, les enfants sont assez ingénieux pour trouver ce qui leur fait plaisir, vous pouvez donc les consulter.

Alors, si votre enfant a suffisamment d’heures de sommeil, se sent bien à l’école et a des amis sur qui compter, qu’on lui propose des manières agréables et ludiques pour faire ses apprentissages (sans lui rappeler constamment ses difficultés), s’il a son Vision Board pour garder le focus sur ses buts et ses rêves et qu’on l’encourage et lui souligne ses efforts constants, vous avez de bonnes chances que son année scolaire se déroule de façon plus harmonieuse.

En terminant, je souhaite simplement vous rappeler que tout est dans l’attitude. Si vous avez une attitude détendue envers votre enfant, il comprendra que tout ceci peut se dérouler de façon agréable. Si, au contraire, vous êtes plutôt en mode réaction et êtes stressé (malgré vous) face à ses apprentissages et à ses notes en dessous de vos attentes, vous avez beau mettre tous les moyens en place, votre enfant ressentira votre état et ceci pourrait être un obstacle pour lui. Si c’est le cas, il faudra alors vous trouver des manières de retrouver votre calme intérieur.

Bonne seconde partie d’année scolaire à tous les enfants et leurs parents!


Lysanne Lanthier,
Éducatrice spécialisée et Coach familial
Fondatrice d’Objectif famille
Membre du réseau Nanny Secours
www.nannysecours.com

Référence:
1. http://naitreetgrandir.com/fr/nouvelles/2016/06/17/20160617-sommeil-combien-heures-enfant-devrait-dormir/)


Paru dans Moi Parent, Hiver 2018

Pin It on Pinterest

Share This