Bouger pendant l’accouchement…
La clé pour une expérience agréable

Lorsqu’on est souffrant, plusieurs auront le réflexe de bouger. Le simple fait de «changer le mal de place» aura souvent pour effet d’amener l’esprit à se concentrer ailleurs que sur la sensation ressentie. Pourquoi ne pas appliquer ce mécanisme lors de l’accouchement? Pour des bienfaits psychologiques, mais aussi physiques.
Par Catherine Pelletier

Effectivement, favoriser le mouvement pourrait vous permettre d’en faire une expérience plus agréable. Changer régulièrement de ­position vous permettra de soulager certaines douleurs, aidera au positionnement de bébé ainsi qu’à sa descente dans votre bassin en plus de favoriser la dilatation du col grâce à de meilleures contractions.

Chaque femme étant différente, utilisez votre imagination pour trouver des positions ou mouvements qui amélioreront votre confort. Utilisez des accessoires pour varier vos positions, par exemple, un ballon, un traversin, un coussin, une écharpe pour vous suspendre, etc. Surtout, n’hésitez pas à impliquer votre partenaire, il vous apportera un soutien parfois physique et parfois émotionnel à travers vos mouvements.

Les mouvements devront idéalement être pratiqués au préalable pendant la grossesse. Vous trouverez ainsi les positions qui vous soulagent et avec lesquelles vous vous sentez à l’aise. Généralement, une position qui n’était pas confortable lors de la grossesse ne le sera pas pendant l’accouchement. Par contre, il se peut qu’une position confortable pendant la grossesse ne le soit plus au moment de l’accouchement. Faites-vous confiance, écoutez votre corps et vous saurez naturellement comment vous positionner à chaque étape du travail.

Le mouvement
Être active durant l’accouchement permet de réduire l’intensité des douleurs, favorise un accouchement plus rapide et tend à diminuer l’utilisation d’outils médicaux, comme les ventouses ou les forceps, voire à éviter les interventions médicales, comme la césarienne. Le mouvement permet aussi une bonne mobilité du bassin, ce qui aide bébé à faire son chemin librement.

Les positions
Il existe deux grandes familles de positions: les positions verticales et les positions horizontales. Chacune de ces familles de positions a ses avantages et ses inconvénients. Généralement, on utilisera souvent les positions debout au début du travail et les positions couchées vers la fin.


Quelques directives de base concernant les positions

Positions verticales
(debout, assise, accroupie, en suspension ou à quatre pattes)

  • Avantages
    » Dynamisent l’utérus
    » Favorisent la descente du bébé, ce qui accélère la dilatation du col
    » Sont confortables lorsque bébé est haut
    » Facilitent les mouvements dynamiques (mouvement de rotation ou de balancement)
  • Inconvénients
    » Augmentent la pression sur le plancher pelvien
    » Sont plus fatigantes pour le corps

Positions horizontales
(couchée sur le côté, le dos ou le ventre)

  • Avantages
    » Permettent le repos entre les contractions
    » Sur le côté, diminuent la tension dans les reins
    » Sur le côté et le ventre, favorisent la respiration abdominale
  • Inconvénients
    » Sur le dos, diminuent la mobilité du sacrum
    » Sur le dos, peuvent augmenter la douleur ressentie durant les contractions, irradiant souvent dans le bas du dos
    » Limitent les mouvements
    dynamiques
  • Favorisez l’asymétrie des jambes: ayez une jambe pliée pendant que l’autre est allongée. L’asymétrie des jambes aide bébé à progresser à travers les différents détroits du bassin.
  • Utilisez des mouvements balancés: d’une jambe à l’autre ou d’avant en arrière sur un ballon. Cela aide bébé à faire son chemin.
  • Variez l’angle d’ouverture de vos pieds (tournés vers l’extérieur ou vers l’intérieur), car cela joue sur l’ouverture et la fermeture de votre bassin, ce qui favorise la descente de bébé.
  • Relâchez les fessiers et détendez votre plancher pelvien.
  • Gardez les bras dans les airs, à l’aide d’une écharpe ou suspendus à votre partenaire. Cette position des bras permet de décoller le diaphragme de l’utérus et d’allonger la colonne vertébrale, ce qui favorise votre respiration et la descente de bébé.
  • • Favorisez les positions penchées vers l’avant afin d’aider au positionnement optimal de bébé (son dos devrait être sur votre ventre).
    • Bougez!

La fameuse position gynécologique…
Oubliez autant que possible cette position sur le dos avec les pieds dans les étriers, car elle est loin d’être physiologiquement efficace… Premièrement, cette position restreint le diamètre du bassin, ce qui rend le passage de bébé plus difficile. De plus, le travail s’effectue sans l’aide de la gravité et les douleurs pendant les contractions sont souvent ressenties dans le bas du dos. Si vous devez être couchée, favorisez les positions sur le côté ou sur le ventre. Votre sacrum sera ainsi libre de mouvement et le passage de bébé sera facilité.

Si toutefois vous devez adopter cette position, voici quelques modifications à y apporter:
• Inclinez le dossier du lit vers l’arrière pour éviter de compresser votre cage thoracique et pour éviter de mettre trop de pression sur votre plancher pelvien.
• Soulevez les étriers afin d’être légèrement en suspension, cela permettra à votre sacrum de bouger plus librement.
• Rapprochez les étriers de votre ventre afin d’avoir les genoux au-dessus de celui-ci. Cela vous évite de cambrer le dos.
• Placez les étriers de façon à ce que vos genoux se rapprochent l’un de l’autre et que vos pieds s’éloignent. Cela favorise l’ouverture du plancher pelvien.

Positions de maman, selon la position de bébé
Vous pouvez aider au bon positionnement de bébé dans votre ventre simplement en adoptant une position particulière:
• Si bébé est haut dans le ventre, vous opterez alors pour les positions debout et accroupies ou pour des mouvements comme la marche, la montée et la descente des escaliers ou même la danse!
• Si bébé est trop bas et qu’il fait pression sur le plancher pelvien, choisissez plutôt de vous positionner avec le ventre dans le vide ou avec le ventre soutenu, prendre un bain, vous asseoir sur un ballon ou à califourchon pour appuyer votre plancher pelvien.
• Si bébé se présente en siège, adoptez une position où le ventre est dans le vide, comme une position à quatre pattes ou debout avec les coudes sur le lit.
• Finalement, si bébé a le dos vis-à-vis votre colonne, choisissez les positions à quatre pattes, sur le côté, sur le ventre, accroupie ou en hyperextension. Bébé se retournera.

Vous êtes maintenant prête à accoucher!
Souvenez-vous de changer régulièrement de position et de bouger lors de celles-ci. Faites-vous confiance et trouvez les positions qui vous soulagent. Vous aiderez à la dynamique de l’accouchement et vous en ferez ainsi une expérience un peu moins douloureuse.

Pour vous préparer davantage à votre accouchement, commencez par garder la forme durant la grossesse. L’entraînement durant la grossesse améliore votre posture et votre sommeil, augmente votre niveau d’énergie, diminue les douleurs musculo-squelettiques, prévient les pathologies de grossesse et vous prépare à l’intensité des efforts à fournir durant l’accouchement. Pour un bon programme d’entraînement qui tient compte des changements physiologiques de votre corps durant la grossesse, consultez votre kinésiologue spécialisé en périnatalité.

Bon accouchement!


Catherine Pelletier
Kinésiologue – Massothérapeute en périnatalité
Rencontre privée à domicile
514-265-7248
cpelletier@soinsenperinatalite.com
www.soinsenperinatalite.com

Pour en savoir plus…
Atelier Bouger pendant l’accouchement donné chez Douceurs et petits poids à St-Bruno
Renseignements au 450.482.1475


Paru dans Maternité, Été 2017

Pin It on Pinterest

Share This