Un coach professionnel À quoi ça sert ?

Depuis environ un an, je suis une formation pour devenir coach professionnelle accréditée par l’International Coach Federation. J’aime vraiment beaucoup ce nouveau métier. J’ai donc décidé de vous en parler un peu !
Par Nathalie Lauzon

Pour être accréditée au premier niveau professionnel reconnu (Associate Certified Coach), je dois entre autres faire 100 heures de pratique sur le terrain. Oh là là ! C’est tout un défi pour moi, qui travaille à temps plein, écris des articles et des livres, m’amuse en arts visuels et suis maman d’une cocotte de deux ans et demi qui bouge beaucoup !

En faisant ces heures de pratique, je réalise trois trucs importants, que je vous résume ici, dans mes propres mots :

1- Le métier de coach est méconnu
Vraiment ! Les clients pensent que, quand on embauche un coach, il nous donnera toutes les réponses à nos questions de performance. C’est faux !

Un coach ne donne pas de conseil ni de recommandation. Huh ? Ouais ! Un coach est là pour vous écouter et alimenter la conversation que vous avez avec vous-même sur des sujets qui vous tiennent à cœur afin que vous trouviez vous-même vos réponses. N’est-ce pas merveilleux ? Car on sait que les réponses trouvées par les autres ne fonctionnent souvent pas à long terme dans notre propre vie, right ? En effet, le coach est formé pour vous écouter, avec une présence forte, tout en posant des questions puissantes qui susciteront des réflexions de votre part. Il dirige un processus et encadre la séance, mais ne donne pas son avis. Il vous fait parler.

Pour remettre les bons termes en place, un « consultant » ou un « conseiller » est souvent embauché pour vous donner des solutions et des stratégies; ils sont normalement des experts ou des analystes dans des sujets précis. Un « mentor » est pour sa part un partenaire qui vous partagera ses expériences et vous accompagnera en vous transférant sa sagesse. Un « psychologue » aidera son patient qui éprouve des souffrances psychologiques à retrouver son mieux-être.

Enfin, un « coach » est un partenaire actif et engagé dans le développement des compétences et du potentiel de son « coaché ». Le taux horaire d’un coach professionnel se situe environ entre 90 $ et 500 $ ou même plus, selon ses accréditations, son expérience, etc.

Assurez-vous de demander à votre coach s’il est certifié par -l’International Coach Federation (ICF), ou une autre organisation reconnue, car plusieurs gens s’autoproclament «coach» de nos jours : c’est la mode.

2- Les problématiques discutées en séance de coaching sont souvent les mêmes
Est-ce que ça prend un certain type de problème pour faire affaire avec un coach? Non. En fait, ce qui me rassure comme femme-professionnelle-maman-humaine, c’est que les sujets amenés par mes clients sont souvent les mêmes et que je m’y retrouve moi-même! «Je ne suis pas si bizarre que ça finalement!» Nous vivons tous et toutes presque les mêmes situations. Je vous énumère quelques thèmes généraux:

Des sujets plus précis que mes clients amènent sont,
par exemple
:
– S’améliorer sur un point faible;
– Résoudre un problème qui persiste;
– Atteindre un but exigeant;
– Se développer personnellement ou professionnellement.

Des sujets plus précis que mes clients amènent sont, par exemple:
– Améliorer une relation avec un enfant, un conjoint, un collègue;
– Organiser le quotidien avec un enfant malade;
– Amener l’harmonie dans une famille recomposée;
– Réapprendre à vivre après une transformation majeure ou une séparation;
– Trouver un sens à sa vie;
– Augmenter son chiffre d’affaires en entreprise;
– Faire le ménage dans ses choix de carrière ou dans tous les projets qu’on mène de front;
– Écrire un livre, un texte, un discours, mener à terme un projet artistique ou autre;
– Développer son écoute ou d’autres qualités personnelles;
– Mieux comprendre une situation qu’on trouve angoissante;
– Se relever d’une dépression ou d’une épreuve de vie difficile;
– (Re)Trouver la joie de vivre dans le quotidien;
– Vivre une transition de vie ou de carrière en harmonie.

En bref, les gens qui ont recours à un coach cherchent à passer d’un point A à un point B. Ils sont insatisfaits d’une situation et veulent la changer. Ils se sentent dépassés par les événements. Ils ont la tête pleine. Ils veulent s’améliorer comme personnes. Ils veulent être plus heureux. Ils veulent prendre en main leur vie. Ils sont engagés envers eux-mêmes à atteindre un ou des objectifs. Ils sont d’ailleurs tellement magnifiques à voir aller!

Il y a différents types de coaching: coaching de vie, coaching de gestion, transition de carrière, familiale, littéraire, etc. À mon avis, le processus est toujours le même, même si les sujets diffèrent.

3- Nous avons tous besoin d’un coach
Vous en avez beaucoup, des amis, qui vous écoutent sans vous conseiller, qui ne revirent pas la conversation autour de leurs propres problèmes, qui sont engagés et intéressés à ce que vous trouviez vos propres solutions, sans vous juger ou s’ingérer dans le problème ? Sérieusement, c’est à ça que ça sert un coach ! C’est tout simplement précieux.

J’ai la chance de me faire coacher chaque semaine par mes collègues en guise de pratique, et c’est puissant. Le coach croit fermement que le coaché possède toutes les réponses à l’intérieur de lui et il l’encourage à les trouver. Le coach croit que le coaché est l’expert de sa propre situation et il l’amène à sortir toutes ses ressources et son potentiel. C’est très valorisant pour le coaché. « It’s empowering ! »

Quand je me fais coacher, c’est mon moment à moi. Sans enfant, sans conjoint, sans patron, je me découvre, je me développe et je m’aime un peu plus de jour en jour. Je deviens une meilleure personne et je prends ma vie en main.

À essayer !


Nathalie Lauzon
Coach professionnelle «très bientôt accréditée» et auteure
www.nathalielauzon.ca
info@nathalielauzon.ca

Références:
Coaching de gestion inc. Module 1 p. 03-3


Paru dans Maternité, Été 2018

Pin It on Pinterest

Share This