Cultiver sa créativité pour réduire son stress

Prendre du temps pour soi pour se ressourcer serait sans doute la solution optimale au stress. Mais même si la majorité d’entre nous en connaît l’importance, il reste difficile de le mettre en pratique de façon constante.
Par Jacinthe Ayotte

Nous subissons tous à différents degrés les effets quotidiens du stress sur notre santé physique et psychologique. Il faut dire que la réponse au stress est naturelle et nécessaire à notre survie. En situation de danger, l’adrénaline et la force requise doivent se manifester afin de réagir adéquatement. Le problème vient du fait que dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être exposés de manière continue à de potentiels «agents stresseurs». Ainsi, une méthode simple pour rééquilibrer l’organisme consiste à exécuter intentionnellement un retour du balancier afin que le système nerveux puisse se régulariser. Plus facile à dire qu’à faire!

Voici toutefois une nouvelle approche qui peut s’intégrer à un horaire chargé et qui en plus se veut une manière plaisante de réduire le stress.

De plus en plus d’études démontrent que la créativité peut aider à décompresser, à se ressourcer et à ré-énergiser. Cette technique, particulièrement utile en résolution de problème, se veut également un excellent outil thérapeutique et de croissance personnelle. Selon le Larousse, la créativité est définie comme la capacité, la faculté d’intervention et d’imagination, elle fait référence au pouvoir créateur. La créativité, c’est donc une habileté à sortir du cadre, un petit extra qui rompt avec la tradition. Souvent à tort, ce qualificatif se voit réservé aux artistes alors qu’en vérité cette discipline ne requiert aucune expertise précise et qu’elle est accessible à tous, et ce à tout âge!

Au quotidien
Dans le quotidien, la création peut s’exercer d’une multitude de façons et de domaines. Une simple touche personnelle peut être ajoutée à la routine: vous aimez cuisiner? Improvisez une recette. Vous appréciez les histoires? Imaginez un conte pour la routine du dodo. Vous préférez bouger? Effectuez une séance de danse familiale impromptue dans le salon. La fantaisie peut également s’exprimer en peinture, bricolage, photographie, écriture ou dans toutes autres activités que vous jugez agréables. L’idée consiste uniquement à ne pas s’imposer de carcan et à laisser libre cours à son imagination.

Pourquoi devrions-nous intégrer cette discipline dans notre emploi du temps? Parce qu’elle a pour conséquence d’aérer notre esprit, au même principe que la méditation ou l’activité physique. En permettant des moments de pause à nos pensées et nos ruminations, il est possible de relativiser et de créer de l’espace pour ce qui possède réellement de l’importance. Ceci aurait donc pour effet l’augmentation du sentiment de bonheur. Ça vaut le coup d’essayer, non?

Afin de réussir correctement l’intégration de cette nouvelle approche, débutez par courtes doses. Ne vous lancez pas dans de grands projets qui ne tiendront malheureusement pas la route au fil du temps. Allez-y simplement, mais sûrement. Un petit pas à la fois, vous conditionnerez ainsi votre esprit à devenir naturellement plus créatif. Si vous avez de la difficulté à vous y plonger, demandez à des experts, les enfants de 4 ans se feront un plaisir de vous enseigner!


Jacinthe Ayotte, ACC
Coach professionnelle certifiée
Info@aevumservicecoaching.com


Paru dans Bébé, Printemps 2016

Pin It on Pinterest

Share This