Les dangers durant la grossesse
Mythes et réalités

Quelle aventure extraordinaire que celle de la grossesse ! Par extraordinaire, je veux surtout dire
« qui sort de l’ordinaire ». Toutes les femmes vivent cette période de leur vie de façon très différente
les unesdes autres. Le privilège de créer un nouvel être humain vient avec de grandes responsabilités.

Par Natacha Lafond

Avec les années, plusieurs études ont partagé des conclusions sur ce qu’il faut faire et ne pas faire lorsqu’on est enceinte. Pour certaines femmes, ces restrictions peuvent sembler lourdes à porter (en plus de leur bébé), et pour d’autres, il s’agit seulement d’une nouvelle façon de vivre leur quotidien. Comme dans tout ce qui touche les femmes enceintes, beaucoup de personnes ont des opinions, mais qu’en est-il de la réalité ?

Je ne peux plus rien manger !
Avant de tomber dans l’excès et la rectitude alimentaire absolue, faisons le tour des raisons qui sous-tendent certaines recommandations alimentaires aux femmes enceintes. Premièrement, Pourquoi ? Parce que son corps est en train d’en construire un autre et que, si son immunité fonctionnait à plein régime, le fœtus serait considéré comme un corps étranger et ne pourrait jamais atteindre la maturité. Alors, il faut que le corps abaisse un peu ses défenses pour permettre au fœtus de se développer.

Par exemple, une intoxication alimentaire causée par le E. coli, la salmonelle ou la listeria pourrait avoir des conséquences beaucoup plus graves chez le fœtus et la mère que chez un simple adulte. De là la recommandation d’éviter le poisson cru, les œufs crus, le fromage au lait cru. La crudité n’est pas un problème en soi ; vous pouvez manger autant de légumes crus que vous voulez ! C’est le milieu de culture propice au développement des bactéries qui pose un problème. La cuisson permet de détruire facilement ces fauteurs de trouble. Et, bonne nouvelle, la congélation aussi. Ainsi, si vous appréciez manger votre bifteck saignant, il vous suffit de le faire congeler complètement, de le décongeler au frigo et de respecter la chaîne de froid pour le faire saisir simplement et le déguster à votre goût.Je me dois ici d’insister sur les normes de salubrité à respecter pour que la viande crue ne soit pas exposée à d’éventuels contaminants.

En ce qui concerne les fromages, les recommandations sont basées sur les étapes de fabrication qui exposent plus ou moins le fromage à son environnement, la pasteurisation ainsi que le niveau d’acidité.

Petit résumé concernant les fromages  pour vous y retrouver plus facilement

À éviter
• Fromages au lait cru, non pasteurisés
• Fromages à pâte molle (feta, camembert, brie, etc.)
• Fromages à pâte demi-ferme (-Saint-Paulin, havarti, roquefort, etc.)

Sécuritaires
• Fromages à la crème, fromages fondus
• Cottage, ricotta, labneh, quark
• Fromages à pâte ferme (cheddar, brick, mozzarella, gouda, suisse, etc.)
• Fromages à pâte dure (parmesan, romano)

Parlons nitrites
Pourquoi a-t-on ajouté les charcuteries à la liste des aliments à éviter ? Premièrement, à cause de la présence de nitrites qui ont été reconnus comme étant cancérigènes. Alors, enceinte ou pas, personne ne devrait en manger. Mais, il y a maintenant des charcuteries sans nitrites, me direz-vous ! Oui, mais d’un autre côté, savez-vous vraiment ce que contiennent les saucissons, les salamis, les saucisses à hot-dog ? Beaucoup de gras animal, beaucoup de sel et bien peu de protéines, donc, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de nitrites que c’est nécessairement sain pour vous et votre bébé.

Je ne peux plus rien faire !
Vous avez un chat, et on vous recommande de ne plus changer sa litière ? Eh bien, profitez-en pour vous reposer ! Cette recommandation ne doit pas être prise à la légère. En effet, le risque principal est la toxoplasmose, qui est une maladie transmise par un parasite (Toxoplasma gondii), qui est souvent présent dans les selles des chats. Si cette maladie est bénigne pour la majorité des humains, les femmes enceintes, dont le système immunitaire est affaibli, sont plus à risque de développer des complications qui pourraient nuire au développement du fœtus. Il est donc fortement recommandé de déléguer cette tâche à quelqu’un d’autre. Si ce n’est pas possible, utilisez des gants et un masque pour accomplir cette tâche et lavez-vous les mains consciencieusement par la suite.

Pour ce qui est du reste des tâches ménagères, il est recommandé d’en diminuer la fréquence lorsque vous vous sentez fatiguée. Respecter vos nouvelles limites vous permettra d’avoir de l’énergie lors de votre accouchement. Mais lorsque vous faites le ménage, quels produits sont sécuritaires ? Une étude datant de 20081 démontre que l’utilisation par la femme enceinte de  produits de nettoyages chimiques domestiques (eau de javel, désinfectants, aérosols, détachants, décapants, etc.) en fin de grossesse et peu après la naissance du bébé augmente les sifflements respiratoires chez le nouveau-né. Ils ont également un effet négatif sur la santé de toute votre famille. Je vous conseille donc d’opter pour des produits biologiques, biodégradables et écologiques pour votre entretien ménager.

Pourquoi ne pas utiliser une bonne vieille recette de nettoyant qui consiste en 15 ml de vinaigre blanc, 15 ml de bicarbonate de soude, 1 litre d’eau chaude et 20 gouttes d’huile essentielle bio au choix ?  Fraîcheur et propreté garanties !

Parlant d’huiles essentielles…
Qui n’a pas entendu dire qu’il ne fallait surtout pas utiliser d’huiles essentielles lorsqu’on est enceinte ? Et pourquoi donc ? La réponse la plus répandue est : « -Parce qu’on n’en connaît pas les effets… » Et pourtant, les aromathérapeutes, les naturopathes, les herboristes, tous ces spécialistes ont accès à une multitude de littérature et de recherches scientifiques sur le sujet. Il y a toute la connaissance scientifique sur le contenu des plantes ainsi que l’observation et l’expérience de milliers de femmes à travers le temps qui nous permettent de profiter de cette richesse naturelle, même enceinte. Voici donc quelques règles à respecter :

1 – Toujours utiliser des huiles essentielles biologiques dont on connaît la provenance.
2 – Ne jamais utiliser d’huiles essentielles par voie interne durant la grossesse.
3 – Utiliser les huiles essentielles dans une huile à massage dans une dilution de 1 % à 2 %, soit 1 ml (25 gouttes) par 100 ml2.

Afin de vous détendre, vous pouvez utiliser dans un nébuliseur les huiles essentielles suivantes : lavande vraie, tous les agrumes, la pruche et le néroli. Le nébuliseur est un appareil qui crée de la vapeur d’eau. En vaporisant quelques gouttes d’huiles essentielles dans l’air ambiant, vous ne pourrez jamais en avoir trop. Et une fois que votre bébé sera à la maison avec vous, vous pourrez continuer à utiliser cette belle façon d’embaumer l’air.

Comme on peut le voir, il y a effectivement des précautions à prendre afin de protéger ce tout nouveau petit bébé. Une fois qu’on en comprend les raisons, il est plus facile de faire attention à soi en prenant des décisions éclairées. Et au fond, cela permet peut-être de revoir certaines habitudes qui ne sont pas nécessairement les meilleures pour votre santé et celle de votre famille. Pourquoi ne pas profiter de la motivation que vous procure votre grossesse pour faire ce pas en avant vers votre santé ?

 

Natacha Lafond
Accompagnante à la naissance et coach de grossesse
La Fée Marraine
www.lafeemarraine.ca    @LaFeeMarraine.ca


Paru dans Moi Parent, Hiver 2019

Pin It on Pinterest

Share This