Démarrer allaitement

Bien 
démarrer son
 allaitement en 10 points!

Vous êtes enceinte et pensez déjà aux moments où vous allez allaiter votre bébé. Parfois, vous voyez cela comme les plus beaux moments avec votre bébé! Parfois, vous vous rappelez ce que votre amie ou votre voisine vous a raconté sur son expérience, la douleur, les blessures… et vous hésitez, vous avez peur. Est-ce que cela va vous arriver? La douleur est-elle un passage obligé? Comment se préparer à l’allaitement pour que ça se passe le mieux possible? Voilà 10 trucs pour vous aider à bien démarrer votre allaitement et éviter que les difficultés du début (s’il y en a, car ce n’est pas obligatoire!) durent et finissent par vous décourager et vous faire abandonner.

1- Jamais seule. Il est démontré qu’avec de l’aide, l’allaitement se met en place plus rapidement, mieux et dure plus longtemps. Le soutien du conjoint est primordial, car il est le plus proche de la nouvelle maman et du bébé. Ensuite, il est important de bien s’entourer et d’accepter l’aide de vos familles et de vos amis, même quand l’accouchement s’est bien déroulé. Enfin, dès la grossesse, vous pouvez faire la demande pour avoir une marraine d’allaitement qui vous accompagnera tout le long de votre allaitement jusqu’à la dernière tétée et plus encore! Pour connaître l’organisme à contacter, communiquez avec votre CLSC, c’est un service gratuit. En cas de difficultés, il existe les consultantes en lactation IBCLC qui peuvent vous aider. Pour en trouver une, proche de chez vous, consultez le site de leur association www.ibclc.qc.ca. N’attendez pas pour aller chercher de l’aide!

2- Toujours avec bébé. Plus le bébé est jeune, plus c’est important. Cela permet d’apprendre à connaître votre bébé, à répondre rapidement à ses besoins et enfin à stimuler votre production de lait adéquatement. La proximité avec votre bébé aidera à bien démarrer votre allaitement. La proximité se fait par le contact peau à peau, le portage, en cohabitant avec votre bébé les premiers mois de vie, même la nuit. Votre bébé a été pendant 9 mois dans votre ventre, en contact permanent avec vous. La transition après la naissance se fait progressivement en passant par une période de proximité et de cohabitation.

3- Suivre les rythmes du nouveau-né, pas l’horloge! Ce qui aidera à mettre en place votre allaitement et votre production de lait, c’est de ne pas regarder l’horloge, donc allaiter à chaque éveil de votre bébé (ne pas attendre les pleurs qui sont un signe de détresse), aussi longtemps et aussi souvent qu’il le désire. Plus votre bébé est jeune, plus c’est important, surtout les 6 premières semaines de vie où la production de lait se met en place. Plus longtemps vous respecterez ce principe, plus longtemps vous pourrez allaiter. C’est ce qui permet de maintenir une bonne production de lait. Vous devriez arriver à 8 tétées et plus par 24 h. Pour vous aider à suivre le rythme de votre bébé, reposez-vous en même temps que lui et adaptez votre rythme à celui du bébé et non l’inverse!

4- Ça commence à l’accouchement! Chaque intervention médicale pendant l’accouchement peut avoir un impact sur le début de l’allaitement en modifiant la sécrétion hormonale de la mère ou en affectant les réflexes du nouveau-né. Plus l’accouchement est physiologique, plus vous avez de chance que votre allaitement démarre plus facilement. Une accompagnante à la naissance peut vous aider à vivre votre accouchement le plus physiologiquement possible.

5- Les premières heures sont cruciales. Dès que le bébé nait, il devrait être mis en contact peau à peau sur le ventre de sa mère pour une durée d’au moins 2 h. Cela lui permet de récupérer de l’accouchement et de se préparer pour la suite. La plupart des interventions qui doivent se faire sur lui peuvent se faire sur le ventre de maman. Ainsi, il se stabilise et se sécurise. Le contact peau à peau peut être répété par la suite aussi souvent et aussi longtemps que désiré durant les premiers mois de vie du bébé et plus encore!

6- Première tétée précoce. Une fois en contact peau à peau avec sa mère, les réflexes du bébé pour la première tétée vont s’exprimer tranquillement dans la 1re heure de vie: il va ramper, chercher le sein, faire le «pic-bois» et se diriger vers un sein, celui de son choix, de façon spontanée. Il est important de le laisser aller à son rythme, de lui donner le temps. Cela lui permet de s’organiser pour l’allaitement. Il peut se mettre au sein seul, il a toutes les compétences pour le faire. Il suffit à la mère de le supporter avec son bras (bien soutenu par un oreiller) et de profiter de cet instant pour observer son bébé et toutes ses compétences. L’allaitement se fait à deux et le bébé peut aider sa mère à y arriver!

7- Alternance des seins. Elle est importante parce que la production de lait est indépendante des deux côtés donc pour les stimuler le plus également possible, même si nous avons toujours un sein qui produit plus que l’autre, il est important d’alterner. Mais ce n’est pas plus important que ça… si on se trompe de temps en temps, ce n’est pas grave, notre corps va nous le rappeler! Si on n’alterne jamais, notre production va s’ajuster dans chaque sein.

8- Les 6 premières semaines sont cruciales! C’est la période, en effet, durant laquelle la production se met en place pour la suite de l’allaitement. Plus il y a de tétées efficaces pendant cette période, plus il y aura de lait ensuite et moins de problème de production de lait. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est donc recommandé d’allaiter exclusivement, ce qui veut dire ne pas donner de préparations commerciales à moins de raisons médicales et allaiter sans restriction tant pour la fréquence que la durée des tétées.

9- Pas de suce, pas de biberon! Pour faire suite au point précédent, il est recommandé d’éviter la suce ou le biberon pendant cette période de 6 semaines et idéalement après aussi. Ces accessoires peuvent en effet affecter la production à moyen ou long terme malgré nous parfois ou affecter la succion du bébé au sein. Le risque est là, attention!

10- Se donner le temps. Nous vivons dans une société où tout va vite, où nous devons être productifs et performants. Mais la maternité et le rythme d’un bébé sont tout le contraire. Même si nous sommes en 2016, les besoins du nouveau-né restent les mêmes qu’il y a 100 ans! Il faut donc se donner le temps de s’adapter à cette nouvelle vie avec un bébé, lui donner le temps de s’adapter à sa nouvelle vie. Donnez-vous le temps d’apprivoiser l’allaitement, votre bébé et de trouver votre nouvel équilibre, de développer vos nouvelles compétences.

Point bonus!
11- La douleur n’est pas normale! Si vous avez de la douleur, elle ne doit pas augmenter et ne doit pas durer dans le temps. Si c’est le cas, allez chercher de l’aide, ce n’est pas normal, que votre bébé ait 2 jours ou 3 semaines, ce n’est pas normal!
Je vous souhaite un bel allaitement, à la hauteur de vos désirs!


Marie-Caroline Bergouignan

Consultante en lactation IBCLC
Au service de votre allaitement
www.sosallaitement.com | 514-967-6206
http://www.lasourceensoi.com

Références:
– 
Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, INSPQ, 2015, pages 148-151
– 
Peripartum breastfeeding management for the healthy mother and infant at term, revision 2013, Academy of Breastfeeding Medicine, clinical protocol #5


Paru dans Grossesse, Hiver 2017

Pin It on Pinterest

Share This