Eau secours!

C’est connu, l’été amène son lot de risques et, en tant que parent, et peut-être encore plus en tant que maman parfois un peu « Germaine » et légèrement surprotectrice, on se fie encore et toujours à l’adage de nos grands-mères comme quoi mieux vaut prévenir que guérir !
Par Karine Forget

5 bobos qu’on peut guérir avec de l’eau
Malgré tout notre bon vouloir et notre bienveillance, il arrive qu’un enfant se blesse et que l’on doive intervenir. En tant que monitrice de la Croix-Rouge*, j’ai moi-même eu à appliquer, avec mes enfants, les principes de premiers soins que j’enseigne. Avec l’arrivée de la belle saison, les manches et les pantalons plus courts, les petits coudes et genoux de nos bouts de chou risquent d’en voir de toutes les couleurs… et je ne parle pas nécessairement du bleu mauve passant au vert jaune des ecchymoses!

De l’eau, de l’eau et encore de l’eau…
La meilleure chose que vous pouvez avoir sous la main cet été, ce n’est pas nécessairement une trousse de premiers soins bien garnie (bien que ce soit effectivement une bonne idée d’en avoir une!). La meilleure chose à avoir avec soi, c’est de l’eau. Tout simplement! Beaucoup de malaises peuvent effectivement être traités avec de l’eau…

1. Coup de soleil
Non, mettre de l’aloès n’est pas la première chose à faire lorsqu’on a un coup de soleil. Oui, ça soulage! Mais c’est parce que le corps gras que représente la crème coupe l’oxygène et protège ainsi la peau. Malheureusement, en appliquant un corps gras sur une blessure, bien qu’on ne sente plus de douleur, la chaleur, elle — pouvant aussi être dommageable —, continue de brûler les tissus. La première chose à mettre sur un coup de soleil, c’est donc de l’eau froide. Le but? Refroidir la peau et en abaisser le plus possible la température pour stopper le processus. Le lendemain, quand la peau est refroidie et qu’elle pèle, on peut effectivement y appliquer de la crème hydratante pour aider à la guérison.

2. Coupure
Sur une éraflure ou une coupure qui a cessé de saigner (lorsque ça saigne encore, il faut faire une pression jusqu’à ce que le sang cesse de couler, et ensuite, on peut nettoyer), on ne met, encore ici, rien d’autre que de l’eau. Oubliez tous les produits en vente en pharmacie, car il n’y a rien de plus efficace que l’eau pour déloger les corps étrangers d’une plaie. L’alcool brûle la peau, le peroxyde aussi! Et ce n’est pas ce qu’on recherche. Mais que recherche-t-on au juste, à part de réconforter notre enfant en lui donnant l’impression qu’on est aux petits soins pour lui? On veut éviter l’infection. Alors, on fait couler de l’eau sur la plaie, puis on la protège avec un pansement. C’est encore plus efficace quand il y a un personnage connu dessus! On peut appliquer une petite crème antibiotique sur la plaie si on le souhaite.

3. Épuisement dû à la chaleur
Aussi appelée insolation, cette situation survient lorsqu’on est resté trop longtemps au soleil et qu’on n’a pas bu assez d’eau. On se sent tout à coup étourdi et en sueur, et on a le teint blême. La déshydratation et les coups de soleil vont souvent de pair avec l’insolation. Encore ici, la meilleure chose à utiliser, c’est de l’eau fraîche! On doit l’appliquer sur le cou, les poignets et les chevilles, bref, là où se trouvent des artères pouvant faire circuler le sang refroidi par l’eau déposée en surface. Il faut en boire également, de l’eau. On peut même y ajouter un peu de jus, pour le goût, et du sel, pour les électrolytes. Bien sûr, lorsqu’on souffre d’une insolation, on se met à l’ombre et on prend le reste de la journée pour se reposer. Pour éviter les coups de chaleur, rester à l’ombre et s’enduire de crème solaire restent des incontournables.

4. Coup de chaleur
Contrairement à l’épuisement dû à la chaleur, ce malaise peut se manifester autant en hiver qu’en été. Il s’agit d’un déséquilibre de la chaleur interne du corps. Lorsqu’un enfant fait de la fièvre, c’est une forme de coup de chaleur. Le coup de chaleur peut également s’avérer une complication de l’épuisement dû à la chaleur. On peut, entre autres, le distinguer par une peau rouge et sèche (la personne n’ayant même plus de sueur à suer). Dans ce cas, en plus d’appeler immédiatement l’ambulance, il faut impérativement faire baisser la chaleur du corps et, pour y arriver… vous me voyez venir, on utilise de l’eau! Il ne suffit plus d’en appliquer cependant comme pour l’épuisement. Il faut mouiller la personne au grand complet en lui faisant couler de l’eau sur le corps. On peut même la plonger dans la piscine ou dans le bain. Le coup de chaleur est un problème grave qui nécessite des soins avancés. Pour éviter les épuisements dus à la chaleur et les coups de chaleur, mieux vaut rester à l’ombre, porter des vêtements clairs et adaptés à la température ainsi qu’un chapeau, boire de l’eau souvent et ne pas s’exposer au soleil entre 11h et 14h.

5. Brûlure
Avec la belle saison viennent les incontournables feux de camp! Mais les brûlures, elles, sont évitables. Pour ce faire, on peut exiger des enfants qu’ils restent en tout temps assis autour d’un feu et que, s’ils ont à se déplacer, qu’ils en demandent la permission et qu’ils passent derrière les chaises. Ainsi, s’ils perdent pied, ils ne tomberont pas dans le feu. Mais, si une brûlure survenait tout de même? Comme pour le coup de soleil, qui est une forme de brûlure en soi, il faut d’abord et avant tout abaisser la température de la peau brûlée en la plongeant dans l’eau fraîche. Lorsque la brûlure est superficielle, elle deviendra rouge et sera douloureuse, mais elle ne nécessitera pas plus de soins que ceux recommandés pour le coup de soleil. Lorsque la brûlure est modérément profonde ou profonde, il faut protéger la région avec un pansement et consulter un médecin. Lorsque la brûlure dépasse la grandeur de la main de la personne, il faut appeler l’ambulance.

Un petit truc: gardez un pulvérisateur d’eau dans votre frigo en tout temps. On peut facilement en trouver dans les magasins «à un dollar». Vous pourrez ainsi asperger vos coups de soleil, refroidir votre peau aux points stratégiques et prévenir le pire rapidement et facilement!

Bon été !


Karine Forget
Monitrice de la Croix-Rouge
Coordonnatrice pédagogique à la Maison Cybèle
www.maisoncybele.com • @Maisoncybele

* Maison Cybèle est un fier partenaire de formation de la Croix-Rouge canadienne. Consultez notre site web pour trouver une formation en premiers soins qui vous convient.


Paru dans Moi Parent, Été 2018

Pin It on Pinterest

Share This