L’école en mutation

Nous sommes tous conscients que la vie en général a extrêmement changé depuis les trois ou quatre dernières décennies. Notre époque, notre vie, nos occupations ne ressemblent pas à ce que nous avons connu lorsque nous, parents d’aujourd’hui, étions enfants. Nos gamins aussi sont différents, alors pourquoi le système scolaire, lui, n’évoluerait-il pas aussi?
Par Nancy De Sousa

De croire que les enfants d’aujourd’hui rencontrent les mêmes défis, sont confrontés aux mêmes horaires et vivent les mêmes préoccupations que ceux que nous étions à leur âge, serait une énorme erreur. En l’occurrence, les parents d’aujourd’hui ont eux aussi de nouveaux défis à relever et de nouvelles problématiques à régler.

Lorsque je rencontre des parents, ou encore mieux des grands-parents, qui me disent, le plus fièrement du monde, «Oh! Moi je n’aurais jamais toléré ça avec mes enfants!», je leur demande alors tout bonnement: «Dites-moi alors comment est-ce que vous gériez le temps passé sur les écrans, les tablettes, les jeux électroniques, les cellulaires et les réseaux sociaux? SVP, donnez-moi votre secret!» C’est souvent suffisant pour qu’ils changent rapidement de sujet! Vous essaierez… c’est magique!

Si la tâche des parents a évolué, il devrait donc en être tout autant pour celle de tous ceux travaillant en milieu scolaire, incluant la direction, le corps enseignant, les personnels de service de garde et de soutien. Est-ce le cas? Malheureusement non!

Collé dans le passé!
Il est triste de constater que malgré toute l’évolution qu’il y a eu ces dernières années, il reste encore des gens travaillant dans le milieu scolaire qui refusent d’avancer, de changer et de «vivre» en 2017. Que ce soit en ce qui a trait à la gestion des écoles, à la manière d’enseigner ou d’intervenir de façon parfois rigide et froide, pour ne pas dire désuète, plusieurs techniques sont loin d’être actuelles.
Je le constate par exemple lorsque je me trouve face à un enseignant qui a envie de nouveauté et qui se voit refuser cette permission pour la seule et unique raison que… c’est nouveau! J’ai eu le bonheur d’enseigner le yoga pour enfants à plusieurs professeurs qui ont reçu l’appui de leurs supérieurs envers une telle initiative alors qu’à l’inverse, j’ai aussi été témoin de la déception de certains de se voir refuser un tel ajout à leur routine et ce, malgré tous les bienfaits que cette pratique peut avoir sur nos jeunes. La raison? Le yoga est hors norme, trop nouveau, trop différent!

Mais les enfants d’aujourd’hui ne sont-ils pas justement différents? On veut du «normal» dans nos écoles! Mais sérieusement, mis à part le cycle «normal» que l’on retrouve sur la machine à laver, que peut-on considérer comme normal?

Nos jeunes ont besoin de nouveaux outils, des outils qui leur permettent de gérer et comprendre le stress et l’anxiété, qui contribuent à augmenter leur concentration et leur envie d’apprendre. Ils ont besoin de sentir un attachement fort autant pour leur établissement scolaire que pour leurs confrères et consœurs. C’est un besoin qui n’a jamais été aussi important! Ils ont besoin de nouvelles méthodes de travail, d’un nouvel environnement. Ils ont besoin que ce soit adapté à leur réalité!

Tout a évolué: les moyens de transport et de communication, les manières de jouer et d’interagir. La famille a changé: plus de mamans travaillent, les garderies se sont remplies, les familles nucléaires sont de plus en plus rares et les reconstituées de plus en plus nombreuses. Pourquoi le milieu scolaire resterait-il le même qu’il y a 10 ou 20 ans?

Quand j’observe les coupures dans les écoles dans les ressources matérielles ou encore en ce qui a trait aux heures accordées aux activités parascolaires et à l’éducation physique, je me dis qu’on est loin de comprendre les besoins des enfants! Ils ont besoin de bouger, ils ont besoin d’apprendre, ils ont besoin de se sentir importants, respectés et, comme tout le monde, ils ont besoin d’être récompensés. Qui n’aime pas recevoir un bonus qui vient confirmer qu’il a fait du bon travail? Plus encore, ils ont besoin que leurs petits pas soient guidés pour vivre dans notre monde… après tout, ne sont-ils pas notre futur? Ne devrions-nous pas les guider pour ce qui les attend et non pour ce que nous avons vécu?

Sortir du moule
Heureusement, pour nos merveilleux trésors, il y a encore beaucoup de gens passionnés qui ont envie de s’adapter aux enfants d’aujourd’hui et qui cherchent à utiliser des outils et des méthodes différentes tels que le brain gym, le yoga et la sophrologie. Certains intègrent dans leur enseignement des notions de gestion des émotions, de visualisation, de pensées positives et j’en passe!
Je suis toujours tellement heureuse lorsqu’on me contacte pour offrir une formation en animation de yoga pour enfants dans une école. La première chose que je dis lorsque je me présente c’est: MERCI! Merci d’être ici aujourd’hui et d’accepter de partager un aussi bel outil avec vos élèves, c’est un cadeau que vous leur faites pour toute leur vie!

Il y a aussi ces merveilleux professeurs qui prennent plaisir à transformer leur salle de classe «traditionnelle» en salle de classe «alternative» où les pupitres ont fait place à des stations entremêlant tables de travail et sièges ballon, chaises berçantes, bancs, tabourets ou encore vélos stationnaires. Une initiative qui augmente facilement les résultats des élèves de 30%. Fantastique non! D’autant plus que c’est souvent de leur propre poche que ces enseignants passionnés sortent le budget pour être en mesure de réaliser de tels changements.

Je pourrais aussi vous parler de ces enseignants qui ne comptent pas le temps accordé à leurs élèves. Je pense par exemple à cette enseignante qui a écrit un mot personnalisé à chacun de ses cocos pour les encourager et les mettre en confiance les matins d’examen de fin d’année ou encore à cet enseignant d’éducation physique qui travaille fort pour amasser des dons et organiser des activités pour faire bouger les bouts de choux de son école. Et que dire de cette école qui a décidé de substituer les temps de retenu par des moments de relaxation, réalisant que la punition appelle la vengeance alors que la relaxation appelle la paix!

Des exemples comme ceux-là, je pourrais en citer des dizaines, car heureusement, il existe des établissements et des enseignants conscients que les enfants ont changé et qu’ils ont des besoins différents qu’il faut adapter à notre époque!

Le changement sonne à notre porte
Les temps ont changé, notre rôle de parent a changé, le rôle des dirigeants des écoles et des professeurs a changé. En fait, le rôle de tous les intervenants qui travaillent auprès des jeunes a changé! Il ne tient qu’à nous de le réaliser et d’agir pour le mieux. Le changement est inévitable. Nous pouvons nous inspirer de ce que nous avons vécu, mais nous ne pouvons pas en faire une copie totale. Les enfants ont besoin que nous travaillions de concert avec eux, dans le respect de leurs besoins, pour trouver des solutions et des outils adaptés à leur réalité.

La venue de la technologie, le stress et la pression de la société, l’environnement, la pollution et l’alimentation transformée ne sont que quelques sujets qui peuvent expliquer la nécessité de voir apparaître des changements dans l’éducation de nos enfants! Nous sommes de plus en plus conscientisés, nous voulons savoir ce qui se passe chez nous et dans le monde, nous nous préoccupons de notre bien-être immédiat alors c’est aussi à nous de nous préoccuper de notre futur et celui-ci passe inévitablement par nos jeunes.

Bonne réflexion!


Nancy De Sousa
Propriétaire de Les Trésors de la Terre
Conceptrice d’ateliers de créativité et gestion d’émotions pour enfants
Professeur de yoga pour enfants
Membre de l’équipe La venue de la Cigogne
www.facebook.com/lestresorsdelaterre
www.lestresorsdelaterre@gmail.com
514 966-0106


Paru dans Moi Parent, Automne 2017

Pin It on Pinterest

Share This