Été et sommeil font-ils bon ménage?

Les belles journées chaudes arrivent enfin! Les activités en famille, les vacances, le camping, les après-midi piscine… tout cela nous fait déjà rêver! Mais quelle place faut-il réserver au sommeil? Les bébés et les enfants ont-ils autant besoin de sommeil l’été que durant la période hivernale? Quels sont les impacts de l’été sur notre sommeil?
Par Brigitte Langevin

Le soleil étant présent pendant plusieurs heures l’été, on est tenté d’en profiter le plus longuement possible, d’autant plus que personne ne peut s’engager à nous promettre qu’on aura un été chaud et ensoleillé pendant toute la saison! Cependant, qui dit plus d’heures d’ensoleillement dit aussi beaucoup plus de lumière. Le synchroniseur principal de l’être humain est l’alternance lumière-obscurité. En l’absence d’obscurité, captée par l’œil, le cerveau envoie moins d’hormone du sommeil (la mélatonine), ce qui favorise peu le sommeil. Lors des longues journées d’été, la lumière stimule donc l’éveil. Par ailleurs, l’été étant la saison des vacances, celles-ci sont souvent à l’origine d’une privation de sommeil en raison des sorties tardives.

Moins besoin de sommeil?
Les enfants ont-ils moins besoin de sommeil l’été? La réponse est non… au grand dam des parents qui aimeraient tant profiter de leur soirée au bord de la piscine ou au terrain de jeux avec leurs enfants. Les bébés et les enfants sont des êtres d’habitudes. Ainsi, celles qui tirent le mieux leur épingle du jeu lors de la saison estivale — se traduisant par des enfants joyeux et collaborateurs la plupart du temps — sont les familles qui conservent la même heure de coucher… été comme hiver. Les parents qui l’ont expérimenté savent de quoi je parle… Pourtant, ceux qui agissent ainsi se font souvent juger par d’autres parents plus laxistes, qui, pour leur part, ont des enfants qui lyrent une partie de la journée et deviennent hyper agités (à cause de la fatigue) le soir venu.

Et si on faisait la sieste dehors!
Comment arriver alors à concilier les plaisirs de l’été et à s’assurer que les enfants demeurent joyeux (bien reposés!)? Par la sieste dehors! Les enfants aiment en général les nouvelles expériences. Avisez-les d’avance que vous leur ferez faire la sieste à l’extérieur. Apportez tout le nécessaire pour rendre ce moment aussi confortable que dans la maison (n’oubliez surtout pas leur doudou!). Trouvez un coin tranquille, à l’ombre bien entendu, où souffle un petit vent léger de préférence. Prenez soin de bien les protéger avec une crème solaire et un chapeau, car les rayons du soleil peuvent provoquer des irritations de la peau, même à l’ombre. Pour l’occasion, procurez-vous un loup (masque pour les yeux). Il en existe de très beaux pour les enfants, en forme de pandas ou de lapins roses par exemple. De plus, le loup vient couper tous les stimulus visuels (qui nuisent de toute façon à l’endormissement), et le sommeil vient plus facilement, car la lumière du jour n’est plus captée par la rétine de l’œil.

Récupérer: une bonne initiative
Bien sûr, il y aura des soirées où le coucher sera plus tardif. La bonne nouvelle, c’est que le lendemain soir, on pourra coucher bébé un peu plus tôt pour compenser la fatigue qu’il aura accumulée et qu’il nous aura assurément fait sentir par un comportement un peu plus grognon au cours de la journée. Il se lève plus tard! Profitez-en pour le laisser dormir. Une plus longue sieste dans la journée peut aussi avoir des effets bénéfiques si bébé s’est couché trop tard la veille.

Une réserve de repos?
Peut-on emmagasiner du repos en vue d’une longue soirée? Certains y arrivent, mais ils sont rares. En fait, l’idéal est de décaler un peu la sieste de l’après-midi. En la faisant commencer plus tard, on parvient parfois à obtenir un réveil plus tard également. Cependant, si une trop grande fatigue était déjà au rendez-vous, malheureusement, la sieste sera écourtée… et le réveil sera possiblement accompagné de pleurs. Ça commence mal la soirée! Retenez bien, cher parent, que moins un enfant dort, moins il a un sommeil de qualité. Mais l’inverse est aussi vrai: plus il dort… mieux il dort!

Un enfant qui dort bien est joyeux… et ses parents, heureux!
Bon été!


Brigitte Langevin,
Auteure et conférencière
Experte en éducation au sommeil et coach en PNL
De bonnes habitudes de sommeil, ça s’apprend!
www.brigittelangevin.com • @bonneshabitudesdesommeil


Paru dans Moi Parent, Été 2018

Pin It on Pinterest

Share This