Habitudes alimentaires
, tels parents, tels enfants

Habitudes alimentaires
, tels parents, tels enfants

Il est fréquent de constater la ressemblance entre les parents et leurs enfants : les yeux, les cheveux, bien sûr, mais aussi la silhouette. Le poids n’est pas qu’une affaire de gènes… L’héritage que nous léguons à notre progéniture inclut aussi, voire surtout, les habitudes de vie.
– Par Stéphanie Côté

Les habitudes et les comportements alimentaires se transmettent naturellement aux enfants au fil du temps. Les enfants apprennent à manger, à cuisiner, à choisir les aliments et à se comporter à table en observant leurs parents. Si les repas sont pris à des heures régulières, il est probable que les enfants conserveront cette habitude en vieillissant. Si les légumes sont présents dans l’assiette à chaque repas, il y a de fortes chances qu’ils le seront au moment où les enfants cuisineront eux-mêmes. Même chose si les parents mangent vite, s’ils servent de grosses portions, s’ils se forcent à finir leur assiette, si les sucreries sont omniprésentes, etc. Il est donc important d’accorder très tôt beaucoup d’importance au repas en famille, afin qu’il constitue un moment privilégié de partage, de découvertes et de plaisir.

Maison et milieu de garde
Les petits mangent environ la moitié de leurs repas et collations au service de garde. C’est donc dire que les éducatrices – j’ose employer le féminin étant donné la forte représentation des femmes dans ce métier! – sont des modèles pour les enfants au même titre que les parents. Et elles sont conscientes de l’importance de leur rôle. Le projet de recherche Nos petits mangeurs, qui étudie l’offre et les pratiques alimentaires en service de garde, a questionné 325 éducatrices. Les trois quarts d’entre elles affirment que leur rôle est aussi important que celui des parents en ce qui a trait à l’éducation alimentaire des enfants de leur milieu.

N’hésitez pas à vous renseigner sur la politique alimentaire et sur les façons de faire de votre CPE ou de votre gardienne. La cohérence entre la maison et la garderie renforce les messages et l’acquisition des habitudes.

Fais ce que je… fais!
Lorsqu’on souhaite inculquer de bonnes habitudes alimentaires à nos enfants, la meilleure méthode est de prêcher par l’exemple. L’expression «Fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais» n’a aucune chance de fonctionner. Comme parents ou éducateurs, nous sommes des modèles pour nos enfants. Le fait d’être ouverts à une grande variété d’aliments les incitera à explorer les saveurs à leur tour. Il faut donc non seulement varier les menus et prendre plaisir à manger, mais il faut aussi démontrer notre appréciation du repas.

Les enfants reproduisent les comportements et attitudes des «grands». Des chercheurs ont évalué l’influence des modèles sur les comportements des petits et il apparaît que les adultes enthousiastes ont plus d’effet que les modèles neutres. Ainsi, le fait de commenter positivement son repas, de manifester son appréciation et de démontrer son plaisir à déguster incite davantage les enfants à nous imiter. Deux commentaires bien sentis durant le repas suffiraient à produire un effet à plus ou moins long terme. Des exemples: «Miam, ces asperges sont délicieuses!», «Que j’aime le quinoa!», «Cette poire est tellement juteuse et sucrée!»… Trouvez la formule qui convient à la situation.

Laissez le temps…
La plupart des enfants vivent une période de néophobie, c’est-à-dire la crainte de la nouveauté. Ils ont parfois besoin d’être exposés plusieurs fois à un aliment avant d’oser y goûter. Il faut continuer à leur offrir cet aliment afin qu’ils l’apprivoisent. Le retirer du menu n’aurait comme conséquence que de lui ôter ses chances d’être un jour apprécié. Cela dit, il faut éviter les pressions à manger et même à seulement «goûter une bouchée». L’expérience du repas doit être positive pour que l’enfant associe le plaisir à un aliment particulier. Pensez aux aliments que vous préférez et vous ferez sans doute des liens avec les occasions où vous en mangez! Si un enfant associe un souvenir de chicane pour goûter ou non un aliment, bonne chance pour la suite…

Relation avec la nourriture
En plus des habitudes et des comportements, la relation avec la nourriture et avec l’image corporelle qu’ont les modèles adultes influence celle des enfants. Une maman ou une éducatrice souvent au régime ou qui refuse de manger tel ou tel aliment «parce que ça fait engraisser» transmet en partie ses préoccupations aux enfants qu’elle côtoie. Le simple fait d’être insatisfait de sa silhouette risque de transparaître dans nos attitudes et de dépeindre sur les enfants. Il faut donc en prendre conscience et être vigilant. La dernière chose qu’on souhaite, c’est que des enfants se préoccupent de leur poids à quatre ou cinq ans! On doit les éduquer dans le plaisir de bien manger et ne pas accorder une importance exagérée à l’image corporelle.


Stéphanie Côté
Nutritionniste pour Extenso
Auteure d’Un enfant sain dans un corps sain


Paru dans Bébé, Automne 2011

Pin It on Pinterest

Share This