Pour une famille immunisée

Si rhume, otite, grippe et gastroentérite font partie de votre quotidien, voyez comment y remédier naturellement en fortifiant le système immunitaire des membres de votre famille.
Par Corinne Perron

Les bébés allaités puisent les nutriments essentiels à l’immunité dans le lait de leur mère, il est donc important que celle-ci adopte une alimentation saine et nourrissante. Quant aux bébés nourris au biberon, ils reçoivent leurs vitamines et minéraux par l’entremise des préparations pour nourrissons. Cependant, ils ne reçoivent pas les précieux facteurs antibactériens et antiviraux contenus dans le lait maternel. Dans un cas comme dans l’autre, il peut être intéressant de faire de la prévention active en appliquant les facteurs naturels de santé.

Les facteurs naturels
L’alimentation
Une alimentation naturelle et variée qui comprend des fruits, beaucoup de légumes, des céréales à grains entiers et une quantité adéquate de protéines (œufs, viande, poisson, légumineuses, noix et graines) profite énormément au système immunitaire. Il est préférable d’éviter l’excès de sucre de même que l’excès de produits contenant du lait de vache, car ces derniers favoriseraient la production de mucus et nuisent à l’absorption du fer (céréales pour bébé, viande) lorsqu’ils sont pris en trop grande quantité.

Il est recommandé d’ajouter des aliments riches en vitamines C avec des sources de fer sous forme végétale (soya, légumineuses, épinards) pour en augmenter l’absorption. Le fer n’est pas le seul minéral qui contribue à la santé du système immunitaire; le magnésium que l’on trouve notamment dans le soya, les noix, le poisson, les fèves de lima et les légumes verts, joue aussi un rôle important dans la stimulation du système immunitaire. Quant au zinc (huître, viande, sésame, légumineuses, graine de citrouille), il est nécessaire pour soutenir la réponse immunitaire.

Les vitamines
Certaines vitamines contribuent aussi à nourrir notre système immunitaire comme la vitamine A (carottes, patates douces, épinard), la vitamine C (poivron rouge, papaye, kiwi, orange) et la vitamine D (poisson, jaune d’œuf). Comme cette dernière est peu présente dans l’alimentation des nouveau-nés et qu’elle ne se trouve pas en quantité suffisante dans le lait maternel, il est préférable de prendre de la vitamine D sous forme de suppléments (on recommande 400 UI par jour pour les nourrissons) entre les mois d’octobre à avril. L’exposition du visage, des mains et des avant-bras sans protection solaire 10-15 minutes entre 10 h et 14 h durant les mois d’été, stimule la production de vitamine D par l’organisme.

Le stress
Dans le monde actuel, on valorise la rapidité d’exécution et la performance, mais à quel prix! Un stress intense vécu par les parents est inévitablement ressenti par les tout-petits. Pleurs, crises, perte d’appétit, apathie, douleurs abdominales, etc., sont tous des manifestations de stress que l’on peut voir chez les enfants. Ces derniers sont perméables aux émotions que vivent leurs parents. Ainsi, lorsque vous êtes stressé, angoissé, ou lorsqu’il y a des tensions dans la maison, votre bambin le ressent aussi. Comme le stress chronique affecte la capacité du système immunitaire, c’est une excellente initiative de limiter votre stress en prenant soin de vous et en pratiquant des techniques de relaxation (respirations profondes, yoga, TaiChi, etc.)

Autres facteurs
Un sommeil récupérateur, l’exercice physique quotidien, l’ensoleillement et boire une bonne quantité d’eau de qualité sont d’autres facteurs naturels de santé qui contribuent au maintien de votre système immunitaire et à votre bien-être. J’aimerais attirer votre attention sur certains facteurs dont on parle beaucoup moins souvent, mais qui ont un impact considérable sur l’immunité : les facteurs environnementaux. Pesticides sur les aliments, herbicides sur les pelouses, produits de nettoyage domestique chimiques, moisissures, fumée de cigarette et autres toxines contribuent à affaiblir votre système immunitaire en le surchargeant de toxines. Le respect des facteurs naturels de santé favorise grandement l’élimination de ces substances. Vous pouvez aussi diminuer la quantité de pesticides que vous ingérez en consommant des aliments biologiques ou du moins en choisissant ceux qui contiennent le moins de pesticides. Consultez le site Environmental Working Group pour en savoir davantage à ce sujet. Aérez aussi votre maison deux fois par jour en ouvrant les fenêtres une dizaine de minutes pour améliorer la qualité de l’air de votre demeure. Choisissez des produits de nettoyage sans produits chimiques. Il existe plusieurs recettes maison efficaces que l’on peut trouver facilement sur internet.

Quelques alliés
Échinacée
Parmi les plantes qui aident à prévenir les rhumes et des grippes, l’échinacée est de loin la mieux connue. Cette plante s’avère très efficace en prévention comme en traitement et surtout lorsqu’il y a des infections à répétition. À titre préventif, prendre une dose par jour, selon le fabricant, est suffisant. Lors de symptômes de rhume ou de grippe, on peut augmenter la dose à trois fois par jour. Afin de conserver le maximum d’efficacité, il est recommandé de prendre l’échinacée sur de courtes périodes (une dizaine de jours).

Eucalyptus
En prévention ou lors de soin, l’huile essentielle d’eucalyptus (Eucalyptus Radiata) a une action anti-infectieuse très efficace pour éliminer les microbes qui sont dans l’air. Il suffit de faire fonctionner un diffuseur d’huile essentielle 10 minutes dans le salon ou la chambre à coucher, par exemple, en l’absence de vos tout-petits. Ces derniers pourront revenir dans la pièce 30minutes plus tard.

Probiotiques
Pour prévenir et traiter la gastroentérite, les probiotiques sont irremplaçables. Leurs effets bénéfiques seraient aussi présents au niveau des infections respiratoires. Vous pouvez prendre ceux-ci de manière préventive durant un mois, notamment aux changements de saisons et au besoin (diarrhée, présence de gastro dans l’entourage, etc.) Pour les enfants de moins de 2 ans, choisissez un probiotique spécialement conçu pour nourrisson, car la flore intestinale de ceux-ci diffère de la nôtre.

Prendre en main son immunité et celle de ses enfants est non seulement valorisant, mais cela nous responsabilise et nous redonne un pouvoir vis-à-vis de notre santé.


Corinne Perron ND.A,
Naturopathe Agrée,
Centre La Source en soi
www.lasourceensoi.com


Paru dans Bébé, Hiver 2014

Pin It on Pinterest

Share This