Intolérances et allergies: Dois-je faire attention à ce que je mange?

Intolérances et allergies: Dois-je faire attention à ce que je mange?

La plupart du temps, les bébés allaités n’ont aucun problème à digérer le lait maternel de leur maman, peu importe ce qu’ont mangé ces dernières. Il est recommandé qu’une maman qui allaite mange bien, quand elle a faim, pour combler sa satiété. Mais se pourrait-il que bébé soit intolérant ou allergique à certains aliments?
Par Chantal Jura

Les substances des aliments que la maman consomme sont apparentes dans le lait maternel, et ce, dans les 24 heures qui suivent. Il n’y a aucune liste d’aliments qu’une mère doit éviter, car les réactions aux aliments de bébé sont uniques pour chacun.

C’est très rare qu’un bébé soit allergique au lait de sa mère. Il peut, par contre, réagir à certaines protéines que sa mère consomme et qui traversent son lait. Avant l’âge de 6 mois, l’estomac et les intestins du nourrisson sont encore immatures, donc les allergènes qui apparaissent dans le lait maternel peuvent entrer dans son sang et déclencher des réactions allergiques chez les bébés très sensibles.

Coliques égalent-elles intolérances?
Un nourrisson sur quatre souffre de coliques.(1) On parle de coliques comme une douleur intense au niveau du colon sur un bébé en santé. Les coliques apparaissent souvent vers la 3e semaine après la naissance et s’étendent à la hauteur de 6-8 semaines. Celles-ci peuvent être présentes jusqu’à l’âge de 4 mois. Souvent, elles arrivent toujours au même moment de la journée (ou soirée).

Avant d’attribuer la cause des coliques soit sur une possible intolérance ou d’une allergie alimentaire, il faut regarder d’autres causes probables de ces maux de ventre:

  • Le système digestif de bébé est encore très immature, ce qui veut dire que bébé aura des gaz de temps en temps.
  • Bébé a reçu trop de lait, trop vite. Peut-être que la maman à un réflexe d’éjection trop fort, donc bébé avale trop d’air avec le lait.
  • Bébé a avalé trop d’air, car il pleurait, il a bu d’une bouteille, ou il n’était pas bien positionné.
  • Maman a trop de lait.
  • Bébé n’a pas bien roté.
  • Un déséquilibre entre la quantité de lait bu au début de la tétée et la -quantité de lait bu en fin de tétée. (Plus de lactose vs le lait riche en graisses)
  • Le muguet peut causer des gaz.
  • Bébé n’a pas eu de selles depuis plusieurs jours.
  • Le lait commercialisé. Il faut -peut-être changer la formule.
  • Bébé peut réagir aux vitamines, aux médicaments, aux jus et aux tisanes.

Si votre bébé est sensible à quelque chose que vous avez consommé, vous allez trouver d’autres symptômes que des coliques, par exemple des régurgitations excessives, de l’eczéma ou un nez qui coule constamment.

Allergie ou intolérance?
Les réactions alimentaires secondaires peuvent être dues à une allergie ou une intolérance alimentaire. L’allergie alimentaire est une réaction immunitaire excessive du corps suite à la consommation d’un aliment.

Un allergène (une protéine dans l’aliment incriminé) provoque une réaction en chaîne dans le système immunitaire aboutissant à la libération d’anticorps. Ces anticorps libèrent d’autres molécules, comme l’histamine, qui donnent des symptômes variés comme un nez qui coule, de la toux, des éternuements ou des démangeaisons.

L’intolérance alimentaire implique le métabolisme, mais pas le système immunitaire. Elle présente des symptômes similaires à ceux d’une allergie, mais les mécanismes sont différents. Un bon exemple est l’intolérance au lactose, dans laquelle certains individus ont des carences en lactase, une enzyme digestive qui dégrade le sucre du lait.

Allergie alimentaire:

  • L’allergie et les réactions arrivent soudainement.
  • Une petite quantité de l’allergène peut déclencher une réaction.
  • Le système immunitaire est affecté, des anticorps se produisent.
  • Les réactions arrivent chaque fois que l’aliment est consommé.
  • Peut être dangereux à la vie d’une personne.

Intolérance alimentaire:

  • Habituellement ça arrive progressivement.
  • Peut être causé par des pathologies comme une carence chronique, des infections chroniques, une maladie infectieuse, des déficits enzymatiques, une maladie auto-immune.
  • Peuvent supporter des petites doses de l’aliment sans manifester de symptômes (avec l’exception à l’intolérance au gluten et aux sulfites).
  • Le système immunitaire n’est pas affecté.
  • Les symptômes sont désagréables, mais la vie de la personne n’est pas en danger.

Autres symptômes liés aux allergies et aux intolérances alimentaires:
Réactions cutanées: eczéma, dermatite atopique, urticaire, érythème péribuccal, œdème des lèvres et de la langue.
Réactions respiratoires: asthme, rhinite, conjonctivite, bronchite, toux chronique.
Réactions digestives: vomissements, régurgitations fréquentes et douloureuses, RGO (reflux gastro-œsophagien), coliques, ballonnements, gaz abondants, diarrhée ou constipation chronique, selles glaireuses, sang dans les selles, malabsorption intestinale, perte de poids, retard de croissance, perte d’appétit, dégoût d’un aliment, anémie, carences (vitamines, oligoéléments, protéiniques).
Réactions systémiques: choc anaphylactique (vomissements, palpitation, difficulté à respirer, malaise et perte de connaissance), urticaire géante ou aiguë, œdème de Quincke.
Réactions diverses: migraines, pleurs intenses, troubles du comportement (nervosité, hyperactivité, insomnie, nonchalance, comportement de bébé aux besoins intenses), troubles psychologiques (autisme).2

Souvent, plusieurs symptômes arrivent en même temps. Par contre, ils peuvent apparaître dans les minutes ou les heures après la consommation, ou ils peuvent arriver beaucoup plus tard, voire plusieurs jours après.

Les aliments les plus suspects
Tous les aliments sont susceptibles de causer une réaction allergique. Par contre, certains aliments sont plus allergisants que d’autres:

  • œufs
  • produits laitiers (lait de vache)
  • arachides
  • soja
  • blé
  • maïs
  • agrumes

Quoi faire si vous pensez que votre bébé est intolérant à un aliment?
Pour diminuer les risques de développer des allergies alimentaires, le Gouvernement québécois ne recommande rien d’autre que du lait maternel à votre bébé pendant les six premiers mois de sa vie.

Si vous pensez que votre bébé réagit chaque fois que vous mangez un aliment en particulier, gardez un journal alimentaire et écrivez tous ce que vous avez mangé pendant la journée et à quelle heure ainsi que les réactions et symptômes de votre bébé. Il consiste à noter la composition précise et détaillée des repas consommés quotidiennement et les réactions survenues dans un délai de 24 h à 72 h.
Il est important d’éliminer l’aliment suspect pendant une période de 2 à 3 semaines pour voir si les symptômes s’éliminent graduellement. Éliminer un aliment pour moins que deux semaines risque de ne pas être efficace. Les protéines de lait de vache, par exemple, peuvent rester dans le système de la mère pendant presque deux semaines après la dernière consommation.

Si vous remarquez que les symptômes de votre bébé diminuent, il se peut que vous ayez trouvé le problème alimentaire. Les symptômes peuvent s’améliorer après 5-7 jours d’élimination ou ceux-ci peuvent prendre plusieurs semaines. Il ne faut pas se décourager.

Pour confirmer l’intolérance à l’aliment suspect, il est important de manger cet aliment de nouveau et de voir si votre bébé réagit de nouveau face à celui-ci:

  • Si la réaction est sévère, vous devriez attendre encore plus longtemps avant de le réintroduire, voire quelques mois.
  • Si la réaction est très sévère, il se peut qu’il s’agisse d’une -allergie, donc vous ne devriez -peut-être jamais le réintroduire dans l’alimentation de votre enfant.
  • S’il n’y a aucune réaction, il est fort probable que votre enfant n’est pas intolérant.

Les tests les plus couramment -pratiqués sont les tests cutanés (Prick ou Patch tests), le dosage sanguin des IgE totales et des IgE spécifiques (RAST test) aux principaux allergènes. Mais l’interprétation de leurs résultats demeure complexe et ne permet pas toujours de faire la part des choses. Un test positif ne veut pas toujours dire qu’il y a véritablement une allergie. Il se peut qu’il y ait une sensibilisation et que de faux négatifs ou de faux positifs puissent se produire. En plus, les intolérances ne sont pas du tout trouvées dans ces tests là.
Intolérance au lactose ou aux protéines de lait de vache (IPLV)?

Le lactose
Le lactose est un sucre qui aide au développement du système nerveux d’un enfant et à l’absorption du calcium. Alors, qu’est-ce que l’intolérance au lactose? Il s’agit en fait d’une réaction qui se produit lorsqu’il n’y a pas assez de lactase (l’enzyme responsable de digérer le lactose) dans l’intestin pour digérer tout le lactose. Non digéré, le lactose demeure intact dans l’intestin plutôt que broyé par l’action des enzymes. Les enfants ont mal au ventre, ont des gaz et des selles liquides explosives. L’intolérance au lactose du nourrisson se développe parfois après une gastro-entérite. Une fois que la cause de l’irritation est soignée, l’intolérance disparait.
C’est assez rare qu’un bébé né à terme qui est allaité ait une vraie intolérance au lactose. Le lait maternel humain contient 60 g/L de lactose, ce qui représente 85% de sa teneur en glucide. Le lactose est un disaccharide, constitué de glucose et de galactose. Le glucose est destiné aux cellules cérébrales, musculaires, graisseuses et intestinales. Le galactose joue un rôle essentiel dans la construction du cerveau, le maintien d’une glycémie stable et l’épuration de la bilirubine.

Un bébé né prématurément a plus de chance d’être intolérant au lactose, car la production de la -lactase (l’enzyme nécessaire pour digérer le -lactose) ne débute qu’au troisième trimestre de grossesse.

Les protéines de lait de vache
L’intolérance aux protéines du lait de vache est très fréquente chez le nourrisson en bas âge, entre 1 semaine à 2 mois de vie. Heureusement, l’IPLV est transitoire et disparait souvent vers l’âge de 3 ans. Elle est généralement causée par une allergie aux protéines du lait de vache et non pas à une déficience en lactase. Il s’agit d’une réaction du système immunitaire à certaines protéines présentes sans les aliments provenant de la vache comme le lait et la viande de bœuf.

Symptômes d’IPLV:

  • éruptions cutanées
  • respiration sifflante
  • problèmes respiratoires
  • gain de poids insuffisant
  • filaments de sang dans les selles
  • douleurs abdominales et crampes
  • diarrhée ou constipation
  • vomissement en projectile
  • selles verdâtres

L’intestin du nourrisson est encore immature et il peut parfois laisser passer certaines protéines présentes dans l’alimentation de sa mère avec le lait maternel. Si son système immunitaire identifie ces protéines comme des éléments étrangers dangereux, cela provoque une réaction allergique.

On estime qu’environ 5% des enfants présenteront une intolérance aux protéines du lait de vache pendant leur première année de vie. Plusieurs bébés qui réagissent aux protéines de lait de vache réagiront également au soja. La plupart des bébés allergiques aux produits laitiers réagiront aussi au lait de chèvre et au lait de brebis.

Une maman dont le bébé est diagnostiqué avec IPLV peut tout à fait poursuivre l’allaitement en supprimant de sa propre alimentation tous les aliments qui contiennent les protéines bovines. Ceci s’appelle un régime d’éviction. L’Association québécoise des allergies alimentaires (AQAA) propose une liste de mots-clés à surveiller :

Les produits laitiers et protéines bovines cachés:
Beurre, bœuf, gras de beurre, beurre clarifié, caillé, babeurre, caséine, caséinate de sodium, fromage, fromage cottage, crème, crème glacée, ghee, lait de chèvre, kéfir, lactalbumine, lactoglobuline, lactoferrine, lactose, tous les laits (condensé, sans lactose, en poudre, évaporé, écrémé, etc.), nougat, crème sure, lactosérum, yogourt (de lait), petit lait, veau.

Les ingrédients pouvant contenir des protéines de lait:
Chocolat, arômes naturels ou -artificiels, margarine, sorbets, charcuterie, céréales, jus enrichi de calcium, saveur de beurre artificielle, tofu, fromage de soja, guimauve.

Pour une liste complète, consultez: http://allergiesquebec.org/fr/allergenes-et-mots-cles

Si vous pensez que votre enfant est juste sensible aux protéines bovines, vous pourrez traiter les symptômes de votre bébé en éliminant les sources évidentes de produits laitiers comme le lait, la crème, le yogourt, le beurre, les fromages, et les crèmes glacées. Si votre enfant est très allergique, il va falloir éliminer les sources qui peuvent contenir des protéines de lait dans la liste mentionnée. Attention à la contamination croisée à l’épicerie, quand vous achetez votre viande froide préférée ou votre viande hachée, informez-vous si le tranchoir ou le hachoir peuvent être en contact avec des protéines bovines.

Veuillez noter que ça peut prendre de 10 jours à 3 semaines pour éliminer complètement les protéines de lait de vache dans votre corps depuis la dernière consommation.

S’il s’agit d’une sensibilisation à plusieurs aliments (polyallergies ou polyintolérances), le soutien d’un nutritionniste peut être utile pour éviter les risques de carences ou de déséquilibre alimentaire.

Quand réintroduire les protéines de lait de vache?
La réintroduction se fait seulement si l’état de santé de bébé s’est amélioré et que les symptômes ont disparu. Vous pourriez essayer de réintroduire petit à petit les protéines de lait de vache dans l’alimentation de la maman allaitante, puis dans celle du bébé (s’il est à l’âge de manger les solides).

Si les symptômes réapparaissent, il faut retourner une étape en arrière, en donnant moins souvent ou en moindre quantité — même le réexclure temporairement.

Lait commercialisé
Si vous donnez une préparation commerciale à votre nourrisson et vous suspectez une IPLV, une préparation à base de protéines très hydrolysées (comme Nutramigen ou Alimentum) est recommandée au Canada. Si ces laits produisent encore une réaction, une préparation à base d’acides aminés comme le Neocate est nécessaire. Il va falloir en discuter avec votre pédiatre pour vous procurer une prescription. Une préparation à base de soja est déconseillée, car selon le mécanisme immunitaire, le risque de développer une allergie au soja est élevé.

Les alternatives: sources de calcium et de protéines
Pour le bébé allergique ou intolérant au lait de vache, le meilleur aliment reste le lait maternel en pratiquant un régime d’éviction des produits laitiers.

Une femme qui allaite a besoin d’environ 71 g de protéines par jour. Le lait, les produits laitiers et la viande de bœuf et de veau portent plusieurs valeurs nutritives, donc il est important de consommer plus de viandes et leurs substituts, comme l’agneau, le poulet et la dinde.
Un bébé allaité n’a pas de risque de carence en calcium. Une mère qui allaite devrait consommer 1 000 mg de calcium par jour.

Où trouver du calcium ailleurs que dans le lait?
Graines de sésame, épinards, chou frisé, chou chinois, brocoli, cresson, figues, dattes, amandes, algues, lentilles, sardines en conserve avec arêtes.

D’autres sources de protéines:
Poulet, dinde, thon, saumon, agneau, lentilles, quinoa, spiruline, fèves noires, sarrasin, noix, petit pois, arachides, pois chiches, amarante, avoine, blé, seigle, luzerne germée.


Chantal Jura, B.S. Nutrition
Nutrithérapeute
Clinique Santé Bio Colonique 2750,
Chemin Sainte-Foy, mail 1, bureau 241
Québec, QC G1V 1V6
418-717-2068  |  chantal.lisette.jura@gmail.com

Références:
1 http://naitreetgrandir.com/fr/mauxenfants/indexmaladiesa_z/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-sante-bebe-mal-ventre-colique-pleur
2 http://lelienlacte.com/wiki/allergies-et-regimes-d-eviction

Sources:
Association Québécoise 
des Allergies Alimentaires
www.aqaa.qc.ca
514-990-2575
1-800-990-2575
http://kellymom.com/health/baby-health/food-sensitivity/
http://www.bfmed.org/Media/Files/-Protocols/Protocol24_English_120211.pdf
http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/-santepub/nutrition/index.php?Les-allergies-alimentaires-et-les-intolerances-au-lactose-1
http://www.kellymom.com/store/-freehandouts/hidden-dairy01.pdf
http://allergiesquebec.org/fr/allergenes–et-mots-cles
http://www.svpnutrition.org/questions-reponses/allaitement-et-alimentation/-15
http://lelienlacte.com/wiki/allergies-et-regimes-d-eviction


Paru dans Grossesse, Été 2014

Pin It on Pinterest

Share This