JAMAIS sans mon toutou

À quoi servent les objets de transition?

Toutou, doudou, suce, photo de famille, foulard qui sent le parfum de maman: ce ne sont pas tous les enfants qui en ont besoin. Mais, à partir de 9 mois, le bébé peut commencer à montrer des signes d’insécurité lorsqu’il se retrouve séparé de son parent. Il a alors du mal à se sécuriser seul. La rentrée à la garderie peut aussi occasionner un attachement pour ces objets de transition. L’enfant anxieux, qui se retrouve loin de son parent, recherche un objet qu’il connaît pour se rassurer. Mais comment en faire un bon usage?
Par Annie Croteau

Demandons-nous d’abord quand utiliser ces objets. C’est lors des moments de transition qu’il est utile de permettre à l’enfant d’avoir son toutou ou son doudou avec lui, afin qu’il apprenne tranquillement à se sécuriser et à se détacher tout en douceur de son parent. Pour lui, cet objet crée un lien d’attachement, un peu comme celui qu’il a avec vous. Il lui permet de sentir votre présence lorsque vous êtes absent.

Comment l’utiliser?
Ce qui est amusant, c’est qu’on peut inventer une histoire autour de cet objet, et même le rendre magique! On crée ainsi un rituel, et l’enfant, amusé, devient plus facilement confiant quand il s’éloigne de son parent, car il sait que maman a donné des super pouvoirs à son ourson pour le consoler quand elle partira. Pensons par exemple à Juliette, qui, lorsqu’elle s’ennuie, se colle le nez sur le foulard de sa maman, qui l’a aspergé de son parfum, ou à Jacob, dont le doudou devient une cape de superhéros qui lui permet de se sentir fort, tout en lui faisant penser à papa et maman.

À quoi sert-il?
Lorsque votre enfant se retrouvera sans vous, il repensera aussi à toutes les histoires que vous lui aurez racontées sur son toutou, et cette pensée finira par le faire sourire. Il se sentira tout au moins plus facilement rassuré! N’hésitez pas à raconter ces histoires à l’éducatrice de votre enfant pour qu’elle puisse les lui rappeler dans les moments où il a de la peine.

Un petit truc: assurez-vous d’avoir plusieurs exemplaires de ces petits objets de transition. Vous pouvez peut-être même en avoir un exemplaire pour la maison et un autre pour la garderie. Vous éviterez ainsi bien des drames. Oui, oui, on peut parfois parler de drame chez certains enfants! Ainsi, s’il arrivait que vous perdiez son objet transitionnel ou que vous l’oubliiez, l’enfant pourra facilement se sécuriser avec un autre exemplaire. En plus, cela vous permettra d’en faire la rotation pour les laver et les user au même rythme.

Doit-on lui laisser en tout temps?
Au fur et à mesure que l’enfant grandit (quand il aura atteint 2 ou 3 ans), il sera important de lui apprendre à s’en départir graduellement, parce que ne serait pas plaisant de voir son enfant constamment en larmes et déchiré chaque matin, quand on le laisse à la garderie!

Pour ce faire, il sera plus facile d’y arriver en lui laissant l’objet à des moments précis, comme lorsqu’il doit se séparer de vous, qu’il doit faire dodo ou qu’il s’est fait un bobo. À cette étape, il est important de ne pas lui laisser en tout temps. Par exemple, demandez-lui de le ranger quand vient le temps de manger, de participer à des jeux extérieurs, d’être en votre présence, et surtout, s’il s’agit de sa suce, quand vous conversez avec lui. Il pourra ainsi vous parler sans être gêné par celle-ci, ce qui facilitera son apprentissage du langage. L’éducatrice fera la même chose à la garderie, pour que l’enfant ne l’ait pas en tout temps là non plus. Au fur et à mesure que l’éducatrice sentira que l’enfant s’adapte bien et qu’il s’amuse de plus en plus, elle restreindra les moments où il garde l’objet sur lui. On l’autorisera à le prendre seulement en cas de besoin et au dodo. L’important est qu’il ait accès à cet objet sécurisant et qu’il sache où il est en cas de peine inconsolable.

J’ai souvent entendu des mamans me dire que cela leur brisait le cœur, d’enlever ces précieux objets à leur enfant. Vous pouvez demander à l’éducatrice de faire les premiers pas. Normalement, lorsque l’enfant réussit à s’en départir à la garderie, il est plus facile pour lui de le faire à la maison. Quand il sera temps de le faire à la maison, demandez la collaboration de papa. Relayez-vous, et, surtout, soyez fermes, car si votre enfant sent que vous pouvez flancher, il ne cédera pas. Pour vous aider, rappelez-vous que plus vous encouragez son insécurit é, plus celle-ci persistera. Je comprends que vous ayez envie d’éviter le plus longtemps possible ce moment, mais votre enfant doit apprendre à surmonter ses craintes. Il sera probablement très fier de lui lorsqu’il y aura réussi!

Vous pouvez aussi expliquer à votre enfant qu’il est assez grand, et que son toutou, son doudou et sa suce l’empêchent de jouer. Pour faire disparaître la suce, vous pouvez, par exemple, lui demander qu’il la donne au lapin de Pâques ou au père Noël pour qu’ils en prennent bien soin. Il existe aussi plusieurs livres qui aideront votre enfant à s’en départir: les histoires, c’est magique!

Il était difficile pour Antoine, 2 ans, de se séparer de sa suce. Mais avec l’aide de son éducatrice, qui l’a encouragé et sécurisé au moment du dodo, il a réussi à ne plus en avoir besoin. Sa maman, fière de lui, a alors été plus confiante de pouvoir l’aider à s’en défaire une fois rendus à la maison.

En résumé, il est important de permettre à son enfant d’avoir un objet de transition pour lui permettre de se sécuriser tout seul, mais on doit également garder un certain contrôle afin d’éviter qu’il développe une trop grande dépendance à cet objet. Avec le temps, on le lui retire tout en douceur, car on ne doit pas, non plus, aggraver son anxiété lors de
certaines périodes.

En attendant, permettez-vous des moments de folie avec Jeannot Lapin et amusez-vous à devenir un superpapa avec le doudou à pois!


Annie Croteau
Éducatrice spécialisée et coach familial
Membre du réseau Nanny Secours

www.nannysecours.com


Paru dans Moi Parent, Hiver 2019

Pin It on Pinterest

Share This