Je me lève de bonheur…

Je me lève de bonheur…

Nous connaissons tous l’expression «Il faut se lever de bonne heure pour atteindre ses objectifs». Cela sous-entend que nous devons nous y prendre tôt pour accomplir une tâche ardue. Et si nous réinterprétions cette expression pour lui donner un nouveau sens?
Par Hélène Renaud et Michel-Jacques Bergeron

Pour vivre heureux et pouvoir créer un climat nourrissant, nous allumerons une première lumière dès notre réveil et mettrons en œuvre une première élévation en nous levant «de Bonheur», et ce, quelle que soit l’heure. Je ferai consciemment le choix du Bonheur, car si je ne me lève pas «de Bonheur», je risque de me lever «de malheur». L’avenir n’appartient-il pas à ceux qui se lèvent «de Bonheur»?

Orienter mon esprit
J’apprendrai donc chaque matin à faire le choix d’orienter mes pensées vers le Bonheur: la joie, la douceur et le Bon. Je transformerai tout ce qui m’entoure, car de laisser mes lumières allumées sur le Bonheur éclairera de Bon tous ceux avec qui je serai en relation: ma famille, mes amis, mes collègues et ceux que je rencontrerai. Bien sûr, je reste conscient que je vis parfois des choses difficiles, et je ne jouerai pas à l’autruche en me faisant croire qu’il n’y a aucun problème. J’ai le choix de m’attarder sur le négatif en m’enlisant dans la souffrance et en contaminant ceux que je rencontre, ou de changer mon état d’esprit. Choisir la joie, c’est aussi dépasser mon égocentrisme en considérant l’Autre.

Refuser le négatif avec une fermeté bienveillante
Il est faux de croire que je ne fais pas partie du problème qui m’arrive, que ce soit une émotion ou une situation négative, et que j’ai aucun pouvoir de choisir autre chose et de changer. Il est possible, à tout moment, pour chacun, sans exception, de reprendre son pouvoir et d’être maître de soi, même si parfois une situation semble sans issue. Nous ne parlons pas ici d’être dans un positivisme excessif, qui aurait le même effet que d’être dans un négativisme exagéré.

Au réveil, il nous arrive de ruminer le passé et d’anticiper le futur. Plusieurs pensées et images se présentent à nous et vont donner la direction à notre journée. Certaines sont belles, d’autres moins. Si je laisse une pensée négative monter en moi et que je m’y attarde, mille autres suivront, et ma journée sera gâchée. Si c’est le cas, j’allume la lumière de ma conscience, je refais le choix et je change mon état d’esprit. Je prends la décision de ne retenir que les pensées qui sont élevantes. Je refuse consciemment le négatif avec fermeté. Je me dis: «RE-FU-SÉ. Moi, je choisis la joie.»  Par contre, si je vis un problème récurrent qui me perturbe au point d’affecter ma santé mentale, je ne devrais pas hésiter une seconde à faire une démarche pour régler ce problème. L’objectif que nous recherchons est de faire un pas pour élever notre conscience.

Je développe la constance à me lever dans la joie, la douceur et le Bon. Pas trois fois de Bonheur et quatre fois de malheur sur une semaine, mais toujours, à tous les jours.

La CONSTANCE est la qualité de ce qui est durable et stable, qui se reproduit ou se répète de façon identique, continuelle, permanente — Bonheur constant. La constance au Bon et à la joie permet d’atteindre la sécurité et un ancrage par rapport à ce que l’on veut développer. Une personne qui est constante est résolue et persévérante dans ses actes, dans ses sentiments, etc.

Cette constance que vous percevez peut-être comme un fardeau ne vous posera plus de problème parce que vos lumières sont maintenant allumées quant à l’impact du Bon, et vous ne voudrez plus jamais être comme avant. Et aussi parce que l’objectif que vous voulez atteindre, la joie, a pour vous une grande valeur en soi, puisque lorsqu’on ne choisit pas la constance à la joie, la tristesse prend la place. Agir consciemment pour votre bien-être et celui des personnes qui vous sont chères, vous lever «de Bonheur», vous élever et élever vos enfants et tous ceux que vous rencontrerez, fera partie de votre quotidien parce qu’agir pour votre mal-être — vous lever «de malheur» et abaisser — ne sera plus possible pour vous. Les mauvaises pensées qui vous hantent maintenant sembleront de plus en plus distantes et loin de vous, pour ne presque plus se vivre. Vous vous apercevrez un jour que mettre en pratique la constance à vous lever «de Bonheur» et dans la joie aura vraiment porté ses fruits. Vous sortirez presque toujours du lit avec des pensées de paix, des pensées énergisantes qui influenceront votre journée. Ainsi, vous pourrez vous coucher «de Bonheur»!

Extrait du livre Je me lève de Bonheur, éditions Québec-Livres


Hélène Renaud et Michel-Jacques Bergeron
Pédagogues, auteurs, formateurs et spécialistes des relations. Grâce à leur expertise, ils agissent comme conférenciers lors de nombreux colloques et d’événements à caractère éducatif. Depuis vingt ans, ils transmettent leur enseignement au Québec, au Canada et en Europe. Ils sont coauteurs de sept formations, dont les formations «Comment devenir mon propre coach de vie personnelle et Couple-complice».
WWW.COMMEUNIQUE.COM


Paru dans Bébé, Hiver 2015

Pin It on Pinterest

Share This