La méthode Bonapace

La méthode Bonapace

Depuis plus ou moins 50 ans, la notion de paternité a vécu une véritable révolution. Parallèlement à l’émancipation féminine, au fil des années, l’homme s’est également émancipé des vues restreintes concernant son rôle de père.

Quand on pense qu’il y a simplement un demi-siècle, il était malvenu que les pères participent à l’accouchement, cela peut nous sembler aberrant au vu des études démontrant les nombreux effets positifs de la présence aimante et sécurisante du papa. Mais si les pratiques ont évolué favorablement dans le sens de l’implication des pères, il est judicieux de leur donner davantage d’outils et de connaissances pour qu’ils se sentent réellement utiles à accompagner la maman lors de l’accouchement.

C’est un des objectifs de la Méthode Bonapace. Son auteure, Julie Bonapace, est une chercheure et formatrice québécoise spécialisée dans le soulagement non pharmacologique de la douleur. Elle est active dans le domaine de la préparation à la naissance et de la périnatalité depuis les années 1990. Maître en éducation, elle est également diplômée en sciences et en travail social.

Une affaire de couple
C’est lorsqu’elle professait en tant que médiatrice familiale qu’elle fut convaincue de l’importance d’inclure et de valoriser le père pendant la grossesse et l’accouchement. En effet, la première année suivant la naissance d’un enfant est une période charnière dans la vie d’un couple où l’on constate beaucoup de séparation. L’arrivée d’un bébé nécessite nombre de changements et d’ajustements et les parents ont besoin de se sentir confiants et unis pour traverser ensemble ces moments.

Or, la recherche démontre que lorsque le père se sent compétent, utile et autonome dans l’accompagnement de sa partenaire lors de l’accouchement, la communication dans le couple, le lien père-enfant et l’estime du père et de la mère sont renforcés. Daniel nous parle de son expérience avec la méthode Bonapace et le rôle qu’elle a joué dans l’accouchement de son nouveau-né: «Cette méthode nous a permis de vivre l’accouchement vraiment à deux du début à la fin, dans la confiance. Au départ, j’étais plutôt paniqué de la voir prise de contractions et de douleurs, essayant de montrer du sang-froid sans vraiment y parvenir. À partir du moment où j’ai constaté que ça marchait vraiment, je me suis senti concentré, présent et surtout utile. J’ai le sentiment d’avoir partagé ses sensations et l’évolution de sa douleur, et ça, ça n’a pas de prix. Aujourd’hui, nous partageons toujours toutes nos sensations, questionnements, que ce soit en ce qui concerne notre bébé, notre couple ou la vie en général. C’était déjà le cas avant, mais peut-être que c’est encore plus facile maintenant.»

Aussi, si la maman a la possibilité d’accompagner activement son enfant dans sa venue au monde, de puiser dans ses ressources propres mises en place par son programme génétique, c’est-à-dire d’accoucher naturellement, elle développe davantage d’estime personnelle et de confiance en sa capacité à prendre soin de son bébé. Claire nous partage son vécu: «Mon mari et moi souhaitions avoir notre bébé ensemble! Par conséquent, lorsque notre sage-femme nous a parlé de cette méthode lors des cours de préparation à la naissance, nous nous sommes dit que ce serait une bonne méthode pour partager pleinement ce moment unique. À chaque contraction, Nicolas appuyait sur la zone des sacrées (point réflexe enseigné dans la méthode Bonapace), ce qui me soulageait énormément. Nous avons pu aborder cet accouchement calme et détendu. Par conséquent, pas de péridurale, pas d’épisiotomie: l’accouchement dont je rêvais. Pour notre deuxième enfant, cette méthode fait partie des indispensables de la grossesse!»

On peut donc renforcer les liens du couple et préparer les parents à mieux répondre aux défis qui s’ensuivront en permettant au père de jouer un rôle actif et essentiel, notamment dans la gestion de la douleur de sa partenaire. La maman sera ainsi grandement aidée à vivre un accouchement physiologique où elle est détentrice des ressources permettant à son bébé d’accomplir le chemin vers eux.

Aude raconte: «Du fait de s’être préparé à deux, Mickaël m’a énormément soutenu pour l’allaitement. Il calmait le bébé quand je me sentais dépassé, il m’a aidé à prendre confiance et à imposer nos choix durant les premiers jours à la maternité. Aujourd’hui, notre fils a 3 mois, et son père s’occupe parfaitement bien de lui. Très attentionné, ça lui est même plus difficile que moi de l’entendre pleurer. On est toujours une équipe!»

Fournir aux futurs parents ces outils nécessaires pour vivre ensemble, avec assurance et harmonie, la période de transition qu’est la naissance d’un enfant est la raison d’être de la méthode Bonapace. Cette méthode, fruit de 25 ans de recherche, allie les récentes connaissances scientifiques en neurophysiologie de la douleur et sur le rôle des hormones avec les savoirs et les techniques des médecines alternatives. Elle est recommandée par la S.O.G.C. (Société des obstétriciens et gynécologues du Canada).

Méthode Bonapace: qu’est-ce que c’est?
La combinaison des approches physiques, neurophysiologiques, hormonales, émotionnelles et psychologiques permet de réduire de 50% la douleur à l’accouchement.

L’Atelier prénatal Bonapace se donne en groupe ou en individuel, à domicile ou par internet.

Durant 6 à 8 heures d’atelier, les parents y reçoivent de nombreuses connaissances éclairantes et sont guidés dans la pratique d’actes clés facilitant l’accouchement.

Basé sur un modèle pédagogique vivant, la formation a pour objet la prévention, le soulagement de la douleur, comment activer les ressources endogènes et comment bouger en travail. Les parents en ressortent avec des outils concrets comme des massages de confort, des points d’acupression sur des zones réflexes qui soulagent tout en activant le travail, des techniques de respiration et de relaxation, des postures pour aligner le bassin durant la grossesse et pour faciliter le passage du bébé durant le travail et l’accouchement, des techniques de libération émotionnelle pour dépasser les peurs et les expériences négatives et bien d’autres ressources encore…

Les parents reçoivent des ouvrages pour revoir et pratiquer le programme à la maison ainsi que l’accès à une heure d’e-coaching de groupe avec Julie Bonapace, l’auteure du programme.

Vous trouverez tous les renseignements utiles sur le site 
www.bonapace.com

Vous l’aurez compris, la méthode Bonapace permet au père de passer de l’état de spectateur à l’état d’acteur lors de l’accouchement et donc de prendre pleinement sa place.

La paternité aujourd’hui, une histoire d’amour et d’implication active!

Témoignage d’un papa
«On parle tellement de la douleur de la femme pendant le travail et l’accouchement qu’on se demande ce qu’on va pouvoir y faire, nous, les hommes. L’explication des mécanismes de la douleur et de son contrôle fournis par cette méthode est limpide et m’a aidé tout d’abord à démystifier ce qui allait se passer. En discutant avec des pères qui ont vécu un accouchement “classique”, j’ai pu mesurer la différence d’implication et du niveau d’inquiétude qui fut élevé chez certains pères.»


Remerciements à La source en soi (lasourceensoi.com)
 et Julie Bonapace


Paru dans Bébé Printemps 2015

Pin It on Pinterest

Share This