L’ABC de l’allaitement des premiers jours

L’allaitement est la norme physiologique pour les mères et leur progéniture. Il s’agit de la façon la plus naturelle et la plus efficace de comprendre les besoins du nouveau-né et de les satisfaire. Mais comment tout cela fonctionne-t-il?
Par Véronique Paquin

Le cycle de la lactation débute avec la grossesse. Vers le milieu de celle-ci, la prolactine stimule la synthèse du lait. La prolactine est l’hormone de production du lait (plus le bébé tète, plus la maman va produire du lait). L’ocytocine est l’hormone qui provoque les contractions musculaires dans le sein, ce qui permet au lait de se rendre aux canaux lactifères (réflexe d’éjection). Une fois le placenta expulsé, la chute brusque du taux d’œstrogène et de progestérone chez la mère permet à la prolactine d’entrer en fonction. Les nouveau-nés vont utiliser les réflexes de succion, des points cardinaux et de déglutition pour téter au sein.

Le colostrum est présent entre la 16e et la 22e semaine de grossesse. Il tapisse le système digestif et met en marche le transit intestinal (liquide sécrété par les seins pendant les premiers jours post-partum). Il est habituellement plus jaune et plus épais que le lait mature. Il a des propriétés nutritionnelles, anti-infectieuses et autres, particulièrement bien adaptées aux besoins du nouveau-né, ce qui permet de le considérer comme de «l’or liquide». Sa coloration jaune est en rapport avec son taux très élevé en bêta-carotène. Riche en protéines, minéraux, sodium, immunoglobuline, mais plus faible en lactose et en matières grasses… Le colostrum contient plusieurs millions de cellules vivantes par millilitre: leucocytes essentiellement, et cellules épithéliales sécrétoires (rôle important dans la protection de l’enfant). Après le 5e jour, en moyenne, la production lactée se situe autour de 500 /800 ml par jour…

Pour téter, les bébés utilisent leurs lèvres (permettent la prise du sein et l’étanchéité de la bouche), la langue (crée la pression et la succion et attire le mamelon jusqu’à la jonction du palais mou), les joues (garde le mamelon en place, participe à l’étanchéité de la bouche), le palais (comprime le sein).

Montée laiteuse
La montée laiteuse arrive entre le jour 2 et le jour 5. Les seins sont plus chauds, gonflés. Plus vous allaitez souvent et à la demande, moins grand sera votre inconfort. La montée laiteuse ne veut pas nécessairement dire engorgement. Si ça se produit, communiquez avec votre accompagnante à la naissance ou votre marraine d’allaitement. Vous pouvez mettre de la glace pour diminuer l’enflure et si bébé a de la difficulté à s’attacher au sein, exprimer quelques gouttes de lait pour assouplir l’aréole ou utiliser des débarbouillettes tièdes chaudes.

Facteurs qui favorisent l’allaitement en postnatal immédiat

  • Peau à peau (réflexe et instinct, développement des empruntes sensorielles)
  • Allaitement dans l’heure qui suit la naissance (période d’éveil)
  • Allaitement à la demande
  • Allaitement nocturne (la nuit, il y a augmentation de la prolactine pour la mise en place d’une bonne production de lait)
  • Allaitement dès la présence des signes de faim ou signes d’éveil (sommeil agité, porte les mains à sa bouche, passe la langue sur ses lèvres)
  • Aucun supplément – biberon ou suce. Advenant le cas où c’est absolument nécessaire, n’hésitez pas à privilégier des méthodes alternatives comme un dispositif d’aide à l’allaitement, une seringue, un gobelet (cup)
  • Cohabitation.
  • Offrir les deux seins à chaque tétée, mais laisser bébé téter au 1er sein jusqu’à satiété (un rot peut être fait entre les deux seins)
  • Demander de l’aide au besoin (marraine d’allaitement, halte-allaitement, consultante en lactation IBCLC)

Signes que bébé a bu suffisamment

  • Bébé semble rassasié
  • Succion nutritive (transfert de lait, entendre bébé avaler)
  • Mouille au moins 6 couches par jour et souille ses couches
  • Enjoué, bon tonus, prend du poids

Pour réduire la perte de poids

  • Allaitement à la demande
  • Évitez les bains trop fréquents, car il y a perte de chaleur et augmentation des risques d’hypoglycémie (dépense d’énergie)
  • Peau à peau
  • Portage
  • Diminuez les pertes de chaleur
  • Diminuez les pleurs et le stress

À surveiller

  • Bébé qui s’endort très rapidement au sein (la compression du sein peut être utile avec beaucoup de peau à peau pour stimuler le réflexe de succion)
  • Urine qui a une odeur forte et de couleur foncée
  • Succion superficielle
  • Moins de 6 couches mouillées par 24 heures après la montée laiteuse
  • Peau très jaune
  • Fontanelle qui creuse

Difficultés possibles et solutions
Gerçures: Vérifier et travailler sur la prise du sein. Il faut éviter l’humidité et laisser dans la mesure du possible les seins à l’air libre. Vous pouvez exprimer quelques gouttes de lait et le mettre sur votre mamelon après tétée. Il y a aussi des crèmes de lanoline pure qui peuvent être également utilisées. Vous devez retenir que plus bébé ouvre grand la bouche et prend une bonne partie de l’aréole, moins grands sont les risques de blessures.

Canal obstrué, mastite (zone sensible, rougeur, masse): Attention, un canal obstrué peut dégénérer en mastite. Massage de la zone douloureuse, douche chaude, varier les positions dont la position de la louve, expression du lait, continuer d’allaiter même avec ce sein… Attention au soutien-gorge mal ajusté ou avec armature qui peut comprimer certains canaux lactifères.

Engorgement: S’assurer que le transfert de lait est optimal, tétées fréquentes et nutritives, varier les positions d’allaitement, massage, douche chaude pour faciliter l’écoulement du lait, glace entre les tétées pour diminuer l’enflure.

En terminant, prenez le temps d’apprécier chaque instant, car même si ça peut paraître cliché, le temps passe vite et ces moments ne repasseront pas. Faites-vous confiance et misez sur cette merveilleuse lune de miel avec votre bébé. N’hésitez pas à demander de l’aide à votre accompagnante à la naissance ou votre marraine d’allaitement, en cas de questionnement ou difficulté.

Bon démarrage d’allaitement!


Véronique Paquin
Accompagnante à la naissance et instructrice Hypno-Vie
Présidente et coordonnatrice du Réseau Québécois 
d’Accompagnantes à la Naissance
Copropriétaire de La venue de la cigogne
www.lavenuedelacigogne.com
veronique@lavenuedelacigogne.com


Paru dans Grossesse, Automne 2016

Pin It on Pinterest

Share This