Le plan de naissance

Le plan de naissance

Vous attendez ce petit être depuis des mois, vous avez tout planifié. La chambre est prête, la valise attend près de la porte d’entrée. Toutefois, comme il est impossible de planifier les imprévus, un plan de naissance pourrait vous faciliter la vie en cette journée ou vous aurez certes bien d’autres préoccupations!
– Par Nicole-Rose Seoane

Le plan de naissance est un document qui permet au couple de mettre sur papier ses choix et ses préférences en ce qui concerne le déroulement de l’accouchement et les soins qui suivront la naissance de leur enfant. Normalement, ce document est remis au personnel médical lors de l’admission à la salle d’accouchement. Idéalement, il devrait être simple et court. Une page suffit. Il est préférable de garder une approche positive lorsqu’on énumère ses préférences. Par exemple: «J’aimerais pouvoir utiliser le bain pour gérer la douleur». Le plan de naissance ne devrait pas être une liste de tout ce qu’on ne veut pas! De plus, il faut garder une certaine ouverture d’esprit lorsqu’on rédige son plan de naissance. On ne peut pas tout contrôler! Il est préférable de le rédiger une fois qu’on a parlé à son médecin ou qu’on s’est renseigné sur les pratiques courantes et les soins offerts par le centre hospitalier, car les protocoles varient d’un endroit à l’autre.

Les différents sujets qui peuvent être traités sont:
Les personnes présentes lors de l’accouchement: il est important que la femme soit accompagnée d’une personne qui pourra lui offrir du support constant, qu’il s’agisse du conjoint, d’un membre de la famille, d’une amie ou d’une accompagnante à la naissance. Plusieurs études démontrent que l’expérience de la femme sera plus positive si elle est bien entourée et supportée.

Les solutions intraveineuses: à moins qu’il s’agisse d’une grossesse à risque ou qu’il y ait une raison médicale de le faire, la femme en travail n’a pas besoin d’une solution intraveineuse. Par contre, elle sera nécessaire pour administrer des médicaments, tels que des antibiotiques ou des médicaments pour déclencher le travail, et elle est obligatoire pour toute femme désirant une anesthésie par épidurale. Plusieurs femmes vomissent durant le travail. Une solution intraveineuse permet également de prévenir la déshydratation.

Les examens sanguins: tout comme les solutions intraveineuses, à moins qu’il s’agisse d’une grossesse à risque ou qu’il y ait une raison médicale de le faire, la femme en travail n’a pas besoin d’examens sanguins. Les examens de routine auront été faits durant la grossesse.
L’induction : on provoque le travail lorsqu’on a dépassé 41 semaines de gestation ou lors de problèmes médicaux chez la femme ou le fœtus.

L’accélération du travail: la rupture artificielle des membranes et l’administration d’un médicament intraveineux sont deux façons d’accélérer le travail si la progression est lente.

La surveillance du fœtus: au cours d’un travail normal, il est préférable de vérifier l’état du fœtus à intervalles réguliers, mais sans limiter les mouvements de la femme en travail. S’il s’agit d’une grossesse à risque ou qu’il y a une raison médicale spécifique, on utilisera des moniteurs de surveillance fœtale en continu.

Le mouvement pendant le travail: on encourage les femmes en travail à se promener librement pendant les premières phases du travail.

La gestion de la douleur: il y a plusieurs méthodes non médicales pour gérer la douleur durant le travail tel que la douche, le bain, le ballon de naissance, les positions favorisant le confort et la progression du travail, le massage, la musicothérapie, la visualisation, l’haptonomie, l’autohypnose, etc. Ensuite, selon les centres hospitaliers, la femme peut avoir accès à l’acupuncture, les papules d’eau stérile et le TENS. Finalement, en tout temps, la femme peut avoir recours à la médication, allant du gaz hilarant (oxyde nitreux) à l’anesthésie par épidurale.

Les positions d’accouchement et d’expulsion: Les positions assise ou semi-assise sont les positions que les centres hospitaliers semblent privilégier. Par contre, la position étendue sur le côté est efficace, ainsi que la position accroupie, à genoux en utilisant la tête de lit comme appui et la position à quatre pattes. En fait, c’est la femme qui devrait choisir la position qui lui semble la plus naturelle et confortable.

L’épisiotomie: Cette intervention médicale devrait être faite pour réduire la pression ou accélérer la naissance si le bébé est en souffrance. Il s’agit d’une incision pratiquée pour élargir l’ouverture du vagin.

Le contact peau à peau: à moins que le nouveau-né ait besoin de soins médicaux particuliers, il est fortement suggéré de faire du « peau à peau » dès sa naissance. Ce contact permet au bébé de s’ajuster à la vie à l’extérieur de l’utérus, facilite l’allaitement et favorise l’attachement.

Les croyances culturelles et religieuses: il est important d’aviser le personnel médical des particularités quant aux coutumes, aux traditions et aux croyances qui peuvent avoir un impact sur l’expérience de votre accouchement.

La cohabitation: à moins que le nouveau-né demande des soins particuliers nécessitant sa présence à la pouponnière, la cohabitation sera fortement encouragée.

L’allaitement: on conseille de commencer l’allaitement dans les 30 à 60 minutes suivant l’accouchement, alors que le bébé est le plus éveillé. Il s’agit également d’un bon moment pour commencer à créer des liens et faire du «peau à peau». Les soins du nouveau-né tels que la pesée, les gouttes ophtalmiques et la vitamine K peuvent attendre. Vous devriez profiter de la première heure pour découvrir votre bébé. À moins de raisons médicales spécifiques, il n’est pas nécessaire de supplémenter le boire avec des préparations commerciales ou de l’eau.

Selon les situations, il est possible de rajouter une section sur le don de cellules souches, le délai à couper le cordon ombilical, la césarienne élective, la césarienne d’urgence, etc. Le plan de naissance est unique à chacun et devrait représenter vos désirs, vos attentes et vos valeurs. Cependant, il est important de se rappeler que le personnel médical est qualifié et que les protocoles hospitaliers ont leur raison d’être. Il faut faire preuve d’ouverture et de flexibilité. L’expérience de l’accouchement est un moment précieux, unique, mais surtout imprévisible. Un plan de naissance simple, précis et réaliste permet d’optimiser la communication et de créer une certaine complicité avec l’équipe médicale. Le tout dans le but d’améliorer l’expérience de votre accouchement et de la naissance de votre enfant!


Nicole-Rose Seoane, infirmière pédiatrique
En collaboration avec les pédiatres de la clinique pédiatrique Medisys 123.
www.medisys123.ca
www.medisys123.ca/facebook

Source: www.sogc.org


Paru dans Grossesse, Été 2012

Pin It on Pinterest

Share This