Une «lune de miel» parfois de courte durée

Une «lune de miel» parfois de courte durée

Voilà, vous avez accouché, vous avez tenu votre poupon sur votre cœur, vous l’aimez déjà ou alors vous êtes incroyablement curieuse à son sujet. Pour la plupart des gens, la venue d’un enfant est un moment magique où l’on découvre avec étonnement que notre cœur possède déjà tout plein d’amour pour ce petit être tout neuf.
Par Mélanie Dugas

Cependant, il ne faut pas se le cacher, cette fabuleuse réserve d’amour devra plus d’une fois se battre pour surmonter les inévitables moments plus difficiles qui apparaitront dès le retour à la maison. En effet, Bébé, si petit, viendra bouleverser, bien malgré lui, votre routine et vos habitudes. Vous étiez deux et vous voilà trois. Cela se traduira par des changements majeurs dans votre façon d’agir, auxquels vous n’aviez peut-être pas songé. Entre autres, vous ne pourrez plus faire spontanément tout ce qui vous passait par la tête : tous vos gestes seront évalués en rapport avec Bébé, mais aussi en rapport avec votre niveau d’énergie. Car l’un de vos plus grands ennemis pour les prochains mois sera sans doute la fatigue. Oui, le sommeil peut parfois se révéler une denrée rare. Alors, comment garder votre énergie à un niveau décent durant cette période de grands changements? Voici quelques pistes afin de vous aider à vous préparer à l’arrivée de Bébé à la maison et à vivre son intégration de façon la plus agréable possible.

L’entraide
Par le passé, il était coutume de laisser la mère se reposer avec Bébé au moins une dizaine de jours. Elle n’avait alors pour seuls soucis que l’allaitement, le repos et l’adaptation à Bébé. Les femmes de son entourage (mère, sœurs, amies) se partageaient les différentes tâches du quotidien, tels le ménage et les repas. Ainsi, la nouvelle maman pouvait récupérer de l’accouchement et s’habituer au rythme de Bébé.

Aujourd’hui, les choses sont bien différentes. Les gens de notre entourage sont moins disponibles, que ce soit par leur emploi du temps ou encore par la distance qui nous en sépare. Mais le besoin d’acclimatation de la maman demeure. Comment faire pour obtenir ce précieux temps d’arrêt? Si ce n’est déjà fait, il faut se créer un réseau d’entraide. Quel meilleur moment que la grossesse pour le faire? On sera davantage en communication avec nos proches et ceux-ci devraient être plus enclins à nous donner un coup de main.

D’ailleurs, nous serions surpris de découvrir à quel point notre entourage veut nous aider, mais ne sait tout simplement pas comment faire. Alors, pourquoi ne pas leur demander des choses spécifiques? Votre belle-sœur veut venir vous rendre visite afin d’accueillir bébé? Demandez-lui si elle peut apporter le souper. Ou encore, demandez à votre entourage de vous offrir des services plutôt que des peluches et des vêtements pour votre shower de bébé. Cela peut être des services tels que la préparation de quelques repas ou l’achat de collations, une heure de ménage, faire l’épicerie, etc. Règle générale, il faut offrir des choses qui feront plaisir. Pour ce faire, vous devez leur communiquer vos besoins et vos désirs. Le petit pyjama dernier cri pourrait se révéler moins intéressant qu’une brassée de lavage séchée, pliée et rangée!

Le ménage… compagnon fidèle
Avec l’arrivée de bébé, vous aurez rapidement l’impression que le ménage n’a plus de fin! Répondre aux soins et aux besoins de votre poupon exige du temps et de l’énergie, et avec peu d’heures de sommeil à votre actif, le sentiment d’épuisement peut rapidement faire surface.

Ciblez l’essentiel: qu’est-ce qui doit être fait et qu’est-ce qui peut attendre? Cela ne veut pas dire que tout sera exactement placé, lavé ou rangé à votre goût, mais il faut parfois lâcher prise sur ce genre de détails. Dites-vous que ce n’est que partie remise: le ménage est un compagnon fidèle, il saura vous attendre.

Sortir de la maison
Il est certain qu’avec la fatigue qui s’accumule, vous pourriez considérer toute escapade hors de la maison comme une aventure épuisante et préférer traîner à la maison dans votre pyjama préféré. Respectez votre besoin de repos. Cependant, rester isolée et encabanée peut aussi jouer sur le moral. Lorsque ce dernier est à plat, votre désir de sortir et de socialiser diminue. D’autant plus que ce n’est pas parce que vous êtes en congé de maternité que vos proches le sont aussi. Vous pourriez avoir l’impression d’être toute seule avec Bébé et ne pas savoir quoi prévoir comme sortie à deux.

Tentez de vous «forcer» à sortir un peu de votre cocon. Cela peut ressembler à une promenade autour du pâté de maisons, ou une petite sortie au parc, ce qui vous offrira la possibilité de rencontrer d’autres parents. Ce pourrait aussi être une promenade au centre commercial. Mon deuxième accouchement eut lieu en plein hiver. Certaines journées étaient trop froides et m’empêchaient de faire une randonnée extérieure. J’avais donc entrepris de faire la tournée des différents centres de mon quartier. Du lèche-vitrine avec Bébé. Renseignez-vous également auprès des salles de cinéma. Plusieurs offrent des matinées «ciné-maman» vous permettant de vous y rendre avec bébé dans une ambiance adaptée (le son est moins fort, par exemple).

Il existe également de nombreux groupes de soutien et des organismes communautaires qui créent des rassemblements pour les mamans. Renseignez-vous auprès de votre CLSC. C’est agréable de côtoyer et d’échanger avec d’autres parents qui vivent une réalité semblable à la nôtre.

Rappelez-vous que le simple fait de prendre une douche, de s’habiller avec des vêtements autres qu’un pyjama et de sortir de la maison peut avoir un impact positif sur votre attitude et votre bien-être en général.

Avoir des projets
Il est vrai qu’on peut avoir le sentiment que certains de nos projets sont suspendus avec l’arrivée de bébé. C’est parce que toute notre énergie sera temporairement dirigée vers notre nouveau projet: celui d’être parent. Néanmoins, avoir des projets à court et moyen terme peut nous aider lors des moments plus difficiles.

Malgré le fait que j’ai adoré profiter de mes deux congés de maternité (je n’échangerais ce temps pour rien au monde !), certaines journées pouvaient me sembler interminables (mes enfants dormaient peu). Me fixer de petits objectifs m’aidait à me rappeler que ce moment de lassitude extrême n’était que temporaire. Et effectivement, je vous le confirme : le temps passe très rapidement.

Oser parler
Je ne le répéterai jamais suffisamment: la communication est un grand allié de la nouvelle maman. Il est important de parler et de partager ce que vous vivez, que ce soit avec d’autres parents ou encore en nommant les différentes émotions qui vous envahissent, exprimez-vous!

Également, il est essentiel de nommer vos besoins. Vos amis ne sont pas des devins: ils ne peuvent pas lire dans vos pensées. N’ayez pas peur de dire «non» à l’occasion, de demander des services et d’exprimer ce qui pourrait vous faire du bien. Je constate qu’on s’empêche souvent de «demander» par peur de déranger. Osez demander. Les autres ont toujours le droit de refuser. C’est à eux de vous répondre si ça les dérange ou non. Vos proches peuvent avoir l’impression d’être impuissants et chercheront à vous aider, mais ne sachant pas exactement ce qui vous aidera, vous pourriez trouver leur coup de main gentil, mais un peu inutile. Une communication saine et efficace est la clé!

Malgré les nuits écourtées, quelques larmes (vive le «baby blues») et tous ces repas mangés froids, le regard curieux de Bébé, fasciné par votre visage et la sensation de ses petites mains qui se referment sur votre doigt vous rappelleront que ces désagréments sont infimes à côté du bonheur d’être parent. Savourez le moment présent: le temps est précieux et file rapidement!


Mélanie Dugas
Coach familial
Fondatrice de GranDire
Membre du Réseau Nanny secours
www.nannysecours.com


Paru dans Grossesse, Automne 2014

Pin It on Pinterest

Share This