Maman, j’ai mal au cœur !

Pénibles et inconfortables, les nausées et vomissements font partie des petits désagréments de la vie et sont pratiquement un passage obligé de la grossesse et de la petite enfance. Quand consulter et comment aider notre enfant à s’en remettre ?

Par Dre Nicole Audet

La nausée est la sensation désagréable d’être sur le point de vomir. Elle précède souvent le vomissement. Le vomissement est un réflexe qui entraîne le rejet brusque du contenu de l’estomac, le plus souvent des aliments. Les vomissements sont souvent accompagnés de douleurs abdominales. Ils peuvent être causés par un début de grossesse, une gastroentérite virale (la cause la plus fréquente), une intoxication médicamenteuse ou alimentaire, un trouble digestif, une appendicite aiguë ou un mal des transports, voire par certains médicaments (antibiotiques, chimiothérapie, morphine). Les patients en proie à un infarctus peuvent également présenter des nausées et des vomissements. La présence de sang dans les vomissures indique un saignement du tube digestif reliant la bouche à l’estomac. Des vomissures de couleur verdâtre peuvent signifier la présence de bile en provenance du système hépatique ou du foie. Les vomissements peuvent témoigner d’une intoxication alimentaire lorsqu’ils se produisent quelques heures après un repas. Ce dernier peut avoir contenu des aliments contaminés ou pas assez cuits. Le gingembre est l’un des médicaments les plus efficaces contre les nausées. Consommé en boisson gazeuse, en infusion ou en comprimé, ce produit naturel peut aider à soulager les nausées.

Consultez le même jour dans une clinique dans les situations suivantes :
• ­­Les vomissements sont fréquents et durent plus de 24 heures ;
• ­­Les vomissements sont associés à de la fièvre ou à des diarrhées ;
• ­­La personne qui vomit est une personne âgée ou a un système immunitaire affaibli ;
• ­­Les vomissements sont causés par un médicament qui n’est pas susceptible d’en provoquer ;
•­­ Dans le doute, il faut poser la question à un pharmacien ;

Consultez dans quelques jours en cas de symptômes persistants dans les situations suivantes :
• ­­La femme qui vomit est au premier trimestre de sa grossesse et vomit seulement le matin ;
•­­ La personne qui vomit a pris un médicament dont les effets secondaires reconnus sont les nausées et les vomissements. Par exemple, la chimiothérapie et la pilule du lendemain causent très souvent des nausées et des vomissements.

Savoir quand consulter
Consultez à l’urgence dans les situations suivantes  :

Un ou plusieurs de ces symptômes accompagnant les vomissements requièrent des soins urgents  :
• Présence de sang en abondance  ;
• Raideur de la nuque  ;
• Abdomen dur et gonflé  ;
• Douleur intense au ventre ou à la poitrine  ;
• Signes de déshydratation (étourdissements, pouls rapide, muqueuses sèches)  ;
• La femme qui vomit est enceinte et n’arrive pas à garder les liquides ni les aliments solides durant 10 heures de suite  ;
• Chez l’enfant et le nourrisson, les symptômes suivants, en plus des vomissements, nécessitent une évaluation urgente  : de la fièvre, de la léthargie, des pleurs se prolongeant au-delà de trois heures, un bombement de la fontanelle sur le dessus de la tête d’un nourrisson  ;
• Une femme enceinte de plus de 4 mois, dont le poids demeure stable ou diminue, souffre de céphalées importantes et de vomissements.

Prévention du mal des transports
• Les nausées liées au mal des transports peuvent être prévenues en prenant des comprimés de gingembre, de GravolMD ou en appliquant des timbres de scopolamine offerts en vente libre dans les pharmacies. Toutefois, certaines contre-indications, dont les symptômes liés à une hypertrophie de la prostate ou le glaucome, limitent leur usage. Les enfants de moins de deux ans ne devraient pas prendre du GravolMD. Ce médicament peut exciter l’enfant. Demander conseil au pharmacien avant d’acheter ces produits qui peuvent également causer de la somnolence et limiter les facultés requises pour conduire un véhicule.
• Grignoter quelques biscuits secs et s’hydrater régulièrement pour éviter la déshydratation.

Premiers soins
• S’hydrater régulièrement et compenser la perte de sucres et de minéraux en buvant une solution spéciale vendue en pharmacie (par exemple GastrolyteMD) ou préparer sa propre solution hydratante en dissolvant 8 c. à thé de sucre et 1 c. à thé de sel dans 1 litre (4 tasses) d’eau ou infuser 1 c. à thé de gingembre frais dans 250 ml (1 tasse) d’eau bouillante pendant 10 minutes. Laisser refroidir et consommer à la température désirée.

• S’allonger et rester tranquille, sans bouger.
• Se passer un linge frais sur le front.
• Prendre un bain tiède.
• Prendre des repas légers, uniquement sous forme d’aliments liquides  : bouillons, eau, boissons gazeuses plates (qui ne pétillent plus).
• Lorsqu’il y a amélioration, se réalimenter doucement avec des aliments solides  : riz, pain blanc rôti, biscottes, céréales, compote de pommes et bananes.
• Faire un test de grossesse si cette éventualité est plausible.
• Vérifier auprès des personnes qui ont récemment partagé un repas avec la personne malade si elles éprouvent les mêmes symptômes afin qu’elles surveillent leur apparition.

À éviter
• Ne pas provoquer le vomissement en présence de nausées, mais ne pas l’empêcher lorsqu’il se produit.
• Ne pas consommer de médicaments contre les vomissements sans avis médical.
• Limiter la consommation de produits laitiers et de tout autre aliment qui pourrait augmenter les troubles digestifs ou les nausées  : les aliments gras, l’alcool, le café, les fritures, les viandes fumées, salées ou épicées.
• Éviter de fumer en voiture lorsqu’un des passagers souffre du mal des transports.


Dre Nicole Audet
Médecin de famille et auteure
Agoo, Centre de santé et de mieux-être pour enfants de Laval
Éditions Dre Nicole

www.nicoleaudet.com


Paru dans Moi Parent, Été 2019

Pin It on Pinterest

Share This