Moins de douleurs grâce à l’acupuncture

Un grand nombre de problèmes et de douleurs d’ordre musculosquelettique peuvent survenir pendant la grossesse. Douleurs au haut du dos et au cou, douleurs lombaires et du nerf sciatique, douleurs aux côtes, problème de canal carpien, crampes aux jambes… Dès le début de la grossesse, les effets des hormones sur les ligaments peuvent engendrer l’apparition de nombreuses douleurs. Qui a dit qu’il fallait endurer tous ces maux ?
Par Julie Rivard

Malheureusement, ces symptômes ne s’estompent pas au cours de la grossesse, au contraire. Le centre de gravité étant modifié, plus la grossesse avance, plus d’autres troubles et d’importantes douleurs peuvent se manifester. Trop souvent, on considère ces douleurs comme des « désagréments normaux de la grossesse ». Pourtant, elles peuvent faire souffrir la future maman et la restreindre considérablement dans ses activités quotidiennes, altérant en plus son sommeil et occasionnant d’autres problèmes tels que la fatigue et l’irritabilité.

Par chance, plusieurs approches peuvent aider à soulager la future maman, dont l’acupuncture. On opte pour ce traitement seul ou en complément à la massothérapie, l’ostéopathie, la physiothérapie ou la chiropractie.

Comment ça fonctionne ?
Premièrement, à l’aide d’un questionnaire, l’acupuncteur effectue une évaluation complète de l’état de santé de la cliente. En médecine chinoise, il est important d’avoir un portrait de la santé globale de l’individu afin de pouvoir identifier ses déséquilibres spécifiques. L’installation d’une douleur peut parfois provenir d’un trauma (chute), ou tout simplement d’un changement morphologique (grossesse, prise de poids). Toutefois, il arrive également que la douleur provienne de l’environnement ou de la vulnérabilité de la personne qui souffre, laquelle amplifie le problème musculosquelettique et le maintient.

Ainsi, il est légitime de se demander pourquoi une femme ressent plus de douleur qu’une autre, même si leurs grossesses semblent relativement semblables. Il est donc important pour l’acupuncteur de prendre en considération le contexte, l’hygiène de vie et l’historique de santé, physique et émotionnel, de la personne pour ainsi favoriser une diminution notable, et durable, de la douleur. Par la palpation ou la réalisation de certains mouvements, l’acupuncteur identifie les zones spécifiques de douleur de la patiente. La rencontre se termine généralement par la mesure du pouls et l’observation de la langue, qui, en médecine chinoise, fournit de bonnes informations sur l’état général de santé de la personne.

L’acupuncture utilise de fines aiguilles stériles à usage unique, quasi indolores. Généralement, la sensation à l’insertion ressemble à celle d’une piqûre de moustique, rien de plus. Très souvent, les personnes ressentent ensuite un grand état de relaxation et de détente tout au long de la séance. Sachez que les acupuncteurs du Québec sont régis par un ordre professionnel et que l’approche est des plus sécuritaires pour vous, et pour votre bébé. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît d’ailleurs l’acupuncture comme étant une approche très aidante pour enrayer différentes problématiques pendant la grossesse.

Que se passe-t-il dans mon corps ?
C’est en fait votre propre corps qui participe à l’autoguérison grâce à la stimulation de l’aiguille à des endroits stratégiques. En effet, on insère les aiguilles aux terminaisons des nerfs, lesquels se trouvent en relation avec les articulations ou les zones douloureuses. L’influx nerveux qui se propage alors engendre la libération de substances calmantes telles l’enképhaline et l’endorphine, toutes deux au fort pouvoir antalgique. De plus, s’il y a inflammation, l’acupuncture agit au niveau de votre complexe hypothalamo-hypophysaire, responsable de la stimulation des glandes corticosurrénales. Du coup, celles-ci libèrent des glucocorticoïdes, soit des anti-inflammatoires naturels produits par votre corps. En outre, puisque l’acupuncture a un effet sur la musculature, des actions seront réalisées sur certains points afin de permettre un relâchement musculaire ou une désactivation des trigger points (zones de fibres musculaires qui restent bloquées en contraction et qui peuvent engendrer une douleur référée, palpable sous forme de nœuds).

Enfin, l’insertion de l’aiguille engendre une augmentation de l’activité circulatoire dans la zone problématique, ce qui favorise, d’une part, un nettoyage des métabolites qui congestionnent le site blessé et, d’autre part, cela nourrit les structures par l’entremise des nutriments du sang et des agents réparateurs naturels du corps.

L’acupuncture soulage donc vos douleurs en diminuant l’inflammation, en relâchant la musculature affectée par la douleur, en favorisant la libre circulation dans la zone touchée et en aidant votre corps à produire des substances naturelles antalgiques. D’autres points pourront aussi éventuellement être stimulés afin de remédier aux possibles vulnérabilités identifiées lors de l’évaluation. Cela favorisera donc un changement durable et pourra prévenir un déséquilibre futur.

La grossesse est censée être un moment merveilleux dans votre vie. Consultez un acupuncteur si vous vivez des périodes difficiles; vous en serez agréablement surprise. L’idéal est de commencer le suivi dès le début de la grossesse, à titre préventif. Souvent, s’il n’y a pas de problématique majeure, un traitement d’acupuncture par mois suffit. Combien de désagréments pourront alors être évités ou minimisés !


Julie Rivard, AC A019-12,
Acupuncteure à La Source en soi
www.lasourceensoi.com

Références:
BETTS Debra. Guide pratique d’acupuncture pour la grossesse et l’accouchement. Éditions SATAS (2012), Bruxelles, Belgique. 320 p.ique. S’il y a inflammation, l’acupuncture agit ensuite au niveau du com


Paru dans Maternité, Été 2018

Pin It on Pinterest

Share This