Les nouveaux parents

Hier, j’ai croisé un jeune couple avec leur premier enfant. J’ai su que c’était le premier au nombre de photos qu’ils prenaient de leur nouvelle star. Un beau bébé. Un beau jeune couple. Je n’ai pu m’empêcher d’engager la conversation avec eux sur leur nouvelle vie.
Par 
Martin Larocque

Je leur demande : « C’est votre premier ? » Le jeune couple me confirme que oui, avec ce sourire à la fois naïf, heureux, soucieux et cette inquiétude dans les yeux, ma foi, normale. Et j’ajoute tout de suite, pour donner la couleur à la conversation : « Vous allez tellement tripper !!! »

Pause dans toutes les émotions possibles chez les jeunes parents (je sais qu’ils sont jeunes, ils n’ont pas encore de cernes), et ils me regardent poliment en attendant le vase ! Et j’ajoute tout de suite : « Vous savez, j’en ai eu trois, de ces petites choses-là (mes fils qui sont plus vieux maintenant) et je peux vous dire que vous allez tripper. Moi, j’ai trippé à chaque étape. C’est du nouveau tous les jours. Impossible d’avoir une routine avec ces petites bêtes-là… » Plus je parle, et plus le couple retrouve un sourire, mais cette fois-ci, le sourire semble moins inquiet. Le jeune papa ajoute, en réalisant qu’il n’y aura pas de vase : « Ça fait du bien d’avoir un nouveau son de cloche. Chaque fois qu’on parle de notre nouvelle vie, les gens se prennent la tête en nous laissant sentir combien nous allons avoir des soucis et de la difficulté et combien nous allons être fatigués… Votre son de cloche est nouveau et il fait du bien ! » À son commentaire, je retrouve un mélange d’émotions que je reconnais bien.

Primo, nous ne sommes pas solidaires entre parents, et si oui, très souvent de la mauvaise façon. Nous décrivons trop souvent le défi d’avoir un enfant comme un lourd fardeau. Nous confondons la surprise et la nouveauté en une charge de travail presque insurmontable. C’est triste de voir que ce projet de couple (il faut que ce soit un projet de couple) devient une sorte de cauchemar social. Les parents entre eux font souvent le pire travail d’encouragement et de soutien. Non, mais pensons-y bien : le projet d’avoir une famille n’en était-il pas un de bonheur ?

Et secundo, il faut se rappeler, et je le répète souvent, que seul, nous n’y arriverons pas. Il faut s’enlever de l’idée qu’être parent est un acte solitaire, qu’avec l’arrivée de l’enfant, vous saurez quoi faire exactement… Meuh, non !!! Les autres, si vous les choisissez comme il faut (!!!), seront votre source, votre ressource, votre repère de paix.

S’entourer
D’abord, laissez-moi vous dire qu’au Québec des ressources pour la famille, on en a une tonne ! Des « Maisons de la famille », des lignes téléphoniques, des centres de toutes sortes et des magazines (!). Tous offrent un soutien pour toutes sortes de situations. Oh ! Je vous entends réfléchir : « Oui, mais ces choses-là sont pour ceux qui ont vraiment des problèmes… » Meuh, non ! Pas du tout ! Ces « choses-là », comme vous dites, sont pour les parents qui ont des questions. Point ! Penser s’en sortir seul est plus égoïste qu’autre chose. Le partage avec les amis, les parents et même les étrangers, comme entre ce petit couple et moi, est une source, voire une garantie de bonheur familial. Rappelez-vous que ce projet, lorsque vous en parliez, était rempli de sentiments joyeux et d’excitation positive. Je vous dis que c’est possible de les vivre, ces sentiments-là.

À vous, jeunes parents, si vous ressentez un petit essoufflement (parce qu’il y en aura), ne vous isolez pas, n’ayez pas peur, et surtout ne vous découragez pas… C’est passager ! Et à vous, parents d’expérience, donnez le soutien positif que vous auriez aimé recevoir, sinon, taisez-vous ! Ce n’est pas parce que VOUS avez trouvé ça difficile que ce sera comme ça pour tout le monde. J’en vois des tonnes, de parents, à la fin de mes conférences qui ont pris le contrôle de la barre du bonheur parental et qui me le partagent. Oui, avoir des enfants, c’est tellement, tellement, tellement trippant ! « Entouka », si vous vous découragez… moi, je suis là !


Martin Larocque
Membre du réseau Nanny Secours
www.nannysecours.com
martinlarocque@hotmail.com (Ça, c’est pour si vous vous découragez!)


Paru dans Moi Parent, Été 2018

Pin It on Pinterest

Share This