Les piqûres d’insectes, les reconnaître pour mieux les traiter

Enfin, l’été arrive! Vous sortez vos jolis vêtements d’été, plus légers, pour profiter des chauds rayons du soleil. Par contre, votre peau est exposée et devient une belle cible pour tous les insectes qui ont éclos au printemps… et qui sont affamés de sang neuf. Mais comment distinguer la piqûre de la tique de celle de l’abeille et, surtout, comment traiter chacune d’elles?
Par Nicole Audet

Tentons d’abord de comprendre le cycle de vie des insectes les plus connus. Un guide en couleur vous aidera ici à vous diriger vers des soins urgents, semi-urgents ou non urgents, selon la situation. Enfin, voyez quelles sont les actions à poser en guise de premiers soins afin de réduire les risques de complications liés aux piqûres d’insectes.

À chaque insecte sa piqûre

Une piqûre est une perforation de la peau provoquée par le dard d’un insecte. Certains insectes piquent la peau pour injecter leur venin — lequel cause une irritation locale et parfois une allergie —, d’autres pour se nourrir du sang de leur victime. Les maringouins, les taons, les abeilles, les bourdons, les guêpes et les tiques injectent un venin avec leur dard. Le venin injecté provoque une éruption, parfois une enflure, des démangeaisons et, quelquefois, une douleur vive. Le venin d’abeille entraîne quelquefois une allergie grave, laquelle peut être fatale. Le dard de l’abeille demeure dans la peau, contrairement à celui de la guêpe. D’autres insectes, comme la tique et le maringouin, peuvent quant à eux transmettre respectivement la bactérie responsable de la maladie de Lyme ou le virus du Nil occidental, deux maladies dont la gravité varie d’un individu à l’autre. La piqûre de la tique n’est pas douloureuse, contrairement à celle des autres insectes. Il faut vérifier si on ne s’est pas fait piquer par une tique après une balade en forêt. Dans les pays où la malaria sévit, les insectes transmettent cette maladie grave. Aucune de ces maladies n’est contagieuse toutefois.

Les poux, les puces, les punaises de lit et les acariens causant la gale sont des parasites qui se nourrissent du sang de leur victime. Quoique embarrassants, ces intrus sont sans danger pour la personne infectée. Le parasite de la gale se taille des sillons sous la peau pour y déposer ses œufs. Ces sillons irritent la peau et causent des démangeaisons, partout sur le corps, ressenties surtout la nuit. Les piqûres de puces, parasites hébergés par les animaux (chats, chiens, pigeons et souris), se traduisent par des boursouflures et des amas de petits points rouges, surtout sur les jambes. Les poux se retrouvent souvent dans les cheveux ou sur le corps. Les poux, les puces et les acariens se transmettent facilement d’un individu à l’autre par contact direct.

Si, à la suite d’une piqûre d’insecte, un ou quelques-uns des symptômes suivants apparaissent: 
Code rouge
Consultation urgente
- La personne qui a été piquée a de la difficulté à respirer ou à avaler, son rythme cardiaque accélère, elle a des étourdissements ou une perte de conscience, des nausées, des vomissements, une pâleur soudaine, des maux de tête intenses, une éruption généralisée, de la fièvre ou des frissons, une rougeur sur la peau progressant rapidement.
- La piqûre se situe dans l’oreille, sur la bouche, les lèvres ou sur l’œil, et la personne est allergique à la piqûre de cet insecte.
- La personne qui a reçu la piqûre revient d’un pays où la malaria est endémique et elle présente une fièvre importante accompagnée de douleurs musculaires et de fatigue.

Code rouge
Consultation urgente
– La personne qui a été piquée a de la difficulté à respirer ou à avaler, son rythme cardiaque accélère, elle a des étourdissements ou une perte de conscience, des nausées, des vomissements, une pâleur soudaine, des maux de tête intenses, une éruption généralisée, de la fièvre ou des frissons, une rougeur sur la peau progressant rapidement.
– La piqûre se situe dans l’oreille, sur la bouche, les lèvres ou sur l’œil, et la personne est allergique à la piqûre de cet insecte.
– La personne qui a reçu la piqûre revient d’un pays où la malaria est endémique et elle présente une fièvre importante accompagnée de douleurs musculaires et de fatigue.

Code jaune
Consultation rapide
– L’enflure locale s’aggrave ou présente des signes d’infection (rougeur, douleur et écoulement purulent).
– L’éruption cutanée à la suite de la piqûre est en forme de cible ou d’anneaux autour de la morsure et s’accompagne de fatigue, de frissons, de fièvre, de maux de tête et de douleurs musculaires et articulaires. S’il s’agit d’une piqûre de tique, indolore et donc souvent indétectée, il vaut mieux consulter dès les premiers symptômes, car elle peut transmettre la maladie de Lyme. Un antibiotique permettra de la guérir.
– Les symptômes légers s’apparentent à une grippe et les plus graves apparaissent lorsque le système nerveux est atteint (maux de tête, convulsions, troubles de la coordination ou de la démarche). Il pourrait s’agir du virus du Nil occidental. Le syndrome viral qui y est associé se manifeste de façon très variable d’un individu à l’autre. Aucun traitement spécifique ne peut traiter cette affection. Les médecins établiront le diagnostic et donneront des traitements au patient pour le soulager. La maladie se résorbe dans la plupart des cas après 7 à 10 jours de symptômes. Toutefois, elle peut laisser des séquelles neurologiques ou entraîner la mort chez environ 3 ou 4% des malades atteints.

Code vert
Consultation à planifier au besoin
– Il y a présence chez soi de puces, de punaises de lit et d’acariens de la gale. Cette situation nécessite une extermination par des ouvriers spécialisés. Dans tous les cas, le lavage à l’eau chaude des vêtements et des draperies aidera à se débarrasser de ces parasites. Les piqûres de puces, de punaises de lit, d’acariens et de poux ne nécessitent pas de visite médicale. Des shampoings spécialisés pour traiter les poux sont offerts en vente libre dans les pharmacies. Des lotions pour traiter la gale le sont également.
– La personne a été piquée par un maringouin, un brûlot, un taon, une abeille ou une guêpe. La plupart du temps, ces piqûres sont inoffensives malgré les démangeaisons (prurit) intenses et la douleur. Par contre, si le patient est allergique ou s’il développe des symptômes d’allergie, il ne faut pas hésiter à communiquer avec les services d’urgence.

Premiers soins
– Inspectez votre peau en revenant d’une promenade en forêt. Si une tique est fixée à votre peau, nettoyez la zone sans utiliser d’alcool, tirez lentement sur la tête de la tique avec une pince à épiler ou un crochet tire-tique vendu en pharmacie. Conservez la tique pour la montrer au médecin, qui déterminera si elle est porteuse de la maladie de Lyme. Désinfectez la plaie et lavez-vous les mains.

– Neutralisez d’abord le venin de l’abeille avec du bicarbonate de soude, celui d’une guêpe avec du vinaigre ou en approchant une source de chaleur (sèche-cheveux ou une compresse chaude par exemple). On distinguera la guêpe de l’abeille ou du bourdon par la présence ou non du dard dans la piqûre: s’il y en a un, il s’agira d’une abeille; sinon, il s’agira d’une guêpe ou d’un bourdon. On peut ensuite mettre de la glace ou des compresses d’eau froide pour diminuer l’enflure, insensibiliser la zone de la piqûre et retarder l’absorption du venin.

– Si, par accident, le dard d’une guêpe reste coincé sous votre peau, il faut l’extraire en raclant la peau avec un couteau, une carte de crédit ou un ongle. Évitez les pinces. Nettoyez avec de l’eau et du savon, appliquez quelque chose de froid. Les personnes allergiques aux piqûres d’abeilles doivent se rendre à l’urgence, car une enflure rapide pourrait obstruer les voies respiratoires. Ces personnes devraient avoir une seringue d’adrénaline auto-injectable à portée de la main en tout temps.

– Pour calmer les démangeaisons, vous pouvez utiliser un onguent anti-démangeaison, de la pâte à base d’aspirine ou de l’huile de lavande, ou prendre un bain d’eau tiède contenant 250 ml (1 tasse) de bicarbonate de soude (bain d’adulte).

– Vous pouvez prendre un antidouleur ou un anti-inflammatoire au besoin (acétaminophène ou ibuprofène), si votre santé vous le permet.

– En présence de poux, de puces ou d’acariens de la gale, utilisez un shampoing spécialisé selon les instructions du fabricant. Décontaminez les animaux domestiques et les endroits qu’ils fréquentent avec un produit contre les puces. Pour les acariens de la gale et les poux, le traitement devra être répété une semaine plus tard. Lavez la literie et les vêtements à l’eau chaude (60°C ou 140°F). Examinez tous les membres de la famille et traitez seulement les personnes affectées.

Recommandations
– Évitez les contacts étroits avec des personnes infectées par des insectes piqueurs (poux ou acariens de la gale) ou avec des animaux infectés par des puces. S’ils se transmettent par contact, ces parasites ne sautent toutefois pas d’une personne à l’autre.
– Évitez d’arracher brusquement une tique, car sa tête pourrait se détacher de son corps et rester enfoncée dans la peau.
– N’imbibez pas la tique d’une goutte d’huile, d’éther ou d’alcool: elle injecterait davantage de substance toxique.
– N’appliquez pas de chaleur sur une piqûre de tique (celle-ci s’enfoncera davantage sous la peau).
– Évitez, le plus possible, de gratter la peau piquée afin de limiter les infections.
– Pour prévenir les piqûres de tiques, portez des chaussures fermées et des vêtements qui couvrent les bras et les jambes lors des randonnées dans les bois.
– Utilisez un insecticide à base de DEET1 (application sur la peau) ou de perméthrine (application sur les vêtements) pour éloigner les insectes, y compris les tiques. Le DEET est sans danger pour les adultes, mais on doit suivre les instructions ou les contre-indications du fabricant pour les enfants. Les insecticides inclus dans les écrans solaires sont moins efficaces. De plus, le DEET appliqué au même moment qu’un écran solaire réduit son effet protecteur. Il faut lire les instructions des fabricants avant d’utiliser les insectifuges.
– Pour ne pas attirer les abeilles, ne portez pas de vêtements de couleur vive, de crème ou de lotion parfumée.
– Consultez une clinique spécialisée en santé des voyageurs avant de vous rendre dans un pays tropical; des médicaments contre la malaria peuvent être indiqués.


Dre Nicole Audet
Spécialiste en médecine de famille
Centre de santé et mieux-être Agoo, Laval
Présidente Les éditions Dre Nicole
Auteure de la série Félix et Boubou
www.nicoleaudet.com

Références:
– Extrait de Votre guide santé Info. AUDET, Nicole. Guy Saint-Jean Éditeur, 2012, pp. 61 à 65.
1 DEET: N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide, ingrédient actif des chasse-moustiques.


Paru dans Moi Parent, Été 2018

Pin It on Pinterest

Share This