Qu’est-ce que la pleine conscience?

Dans la vie de tous les jours, il nous arrive d’entendre de nouveaux mots et de nouvelles expressions qui nous apportent un questionnement. C’est ce qui arrive souvent lorsque l’on parle de «pleine conscience». Bien que ce ne soit pas une pratique inventée récemment, plusieurs personnes se demandent ce que c’est
Par Nancy De Sousa

Ses origines
Il faut tout d’abord savoir que la pleine conscience découle des enseignements du chef spirituel Bouddha qui est à l’origine de la naissance du bouddhisme et qui aurait vécu au 4e ou 5esiècle avant J-C. Nous pouvons donc conclure que ce sont des principes qui ne datent pas d’hier!

En Occident, l’intérêt pour la pleine conscience débute vers la fin des années 70 avec l’élaboration du programme de Jon Kabat-Zinn «Réduction du stress grâce à la pleine Conscience» (Mindfulness Based Stress Reduction). On commence dès lors à voir dans ces fondements les bienfaits que l’on peut en retirer.

En quoi ça consiste exactement?
La pleine conscience consiste à recentrer son esprit dans le moment présent, c’est-à-dire prendre le temps d’être tout simplement sans se préoccuper des évènements ou éléments extérieurs à notre corps, autrement dit, faire taire notre mental.

Pour être pleinement présent, c’est tout d’abord cesser, pendant ce bref moment que l’on s’accorde, d’être absorbé par des pensées de rêverie, d’anticipation ou d’inquiétude. Facile à dire!

Effectivement, au début de votre pratique, vos pensées vous envahiront à coup sûr puisque notre mental prendra le dessus, car lui, prendre une pause, il ne connaît pas ça! Vous penserez probablement à votre liste d’épicerie, à la vaisselle qui vous attend, aux enfants, au travail… la liste pourrait continuer encore longtemps! La bonne nouvelle c’est que plus vous vous adonnerez à cette pratique et plus vous arriverez à diriger vos pensées pour les laisser de côté le temps de votre séance et de les reprendre par la suite avec calme, bonheur et souvent avec une nouvelle façon de les voir et même de les régler.

Avec le temps, vous serez en mesure de vous mettre dans cet état de pleine conscience beaucoup plus facilement et même de vivre cette expérience à tout moment dans la journée y compris dans des conditions moins optimales et malgré le bruit vous entourant. Pensons au trajet de métro ou à la pause dîner à l’école ou au travail.

En pratiquant la pleine conscience, un autre avantage vient s’ajouter aux autres bienfaits. En plus de nous garder dans un état de calme, cet état d’esprit nous amène tranquillement vers la perte de l’habitude de juger chaque expérience en les qualifiant de «bien» ou «mal», «d’agréable» ou «désagréable». Cela nous permet de mettre de côté notre perception subjective et de cesser de filtrer ce qui nous arrive à l’aide de nos valeurs personnelles, de nos expériences passées ou encore selon les préjugés que nous avons.

Il faut savoir qu’à l’origine, Le Bouddha voulait que chaque personne puisse atteindre l’éveil spirituel par elle-même. Toujours selon ses enseignements, la seule façon de vivre l’éveil c’est à travers nos expériences et grâce à la pleine conscience la réalité peut-être vécue telle qu’elle est: sans artifices, sans jugement et sans les filtres que nous imposent nos croyances. C’est ainsi que nous pouvons vivre une expérience en voyant au-delà des symboles et des concepts, tout simplement au-delà de ce que nos croyances nous font percevoir au premier coup d’œil.

Finalement, c’est de la méditation?
Oui, mais non! En fait, la méditation est un exercice qui consiste à amener la personne à diriger son attention sur un élément de son corps soit: une sensation, sa respiration ou encore à concentrer son énergie sur une manifestation du corps, telle qu’une douleur. En prenant le temps de s’arrêter et d’écouter son corps ou de saisir son état mental, la personne méditant découvre de quelles pensée, émotion ou décision peut découler ce qui se passe dans sa vie et dans son corps. En fait, la méditation est un moyen, une technique pour atteindre la pleine conscience. On pourrait comparer la méditation à un véhicule qui nous conduit là où l’on veut aller. On peut y aller en avion, en automobile ou en bateau, mais quel que soit le moyen utilisé, la destination-vacances reste la pleine conscience!

Puisque la pleine conscience veut amener le pratiquant à se centrer et se concentrer sur le moment présent seulement, contrairement à d’autres façons de méditer, la pleine conscience se veut un moment où l’on ne pense à rien afin de diriger le méditant à être capable d’atteindre cet état le plus souvent possible dans la vie de tous les jours. Le but ultime étant de conduire la personne à être capable d’accepter les expériences vécues que ce soit une sensation, une émotion, une pensée avec un certain recul afin d’éviter le mode réactionnel habituel soit en jugeant, catégorisant ou ignorant l’évènement. Ce qui est alors la source des souffrances du corps et du mental, car c’est à ce moment que naissent les inquiétudes, l’anticipation, l’anxiété, les douleurs physiques, la dépréciation de soi et des autres.

La pleine conscience nous rappelle d’être présents à ce que l’on fait
Effectivement, l’état de pleine conscience ne se retrouve pas seulement lorsque l’on est dans un état méditatif. À tous les jours et dans plusieurs situations, nous pouvons utiliser la pleine conscience. Par exemple, prendre le temps de savourer un «vrai» repas, c’est-à-dire être totalement présent de corps et d’esprit, prendre le temps d’apprécier la nourriture et non l’engloutir pour l’unique raison qu’on a besoin de manger. Mastiquer, apprécier, avoir conscience des gens autour de la table, ne pas manger sur le coin d’un comptoir, ne pas se lever toutes les 30secondes et faire 10choses à la fois, ne pas penser à tout ce qu’on a à faire après le repas ou demain, fermer les écrans distrayants… Voici ce que peut être un évènement «ordinaire», mais vécu en pleine conscience!

La pleine conscience pour les enfants
Bien sûr que la pleine conscience peut être très profitable pour les enfants, surtout dans le monde où nous vivons actuellement! Les enfants autant que les adultes (et même plus) sont toujours en train de courir. Dès la sortie du lit, les enfants sont dans un état où tout va vite, trop vite. La préparation pour l’école, le départ de la maison, l’école avec tout ce qu’on y apprend à la vitesse de l’éclair, la vie avec les autres enfants, les devoirs, les activités parascolaires, la surstimulation, la performance demandée par les adultes, et j’en passe.
Il est tout à fait normal que les enfants aient eux aussi besoin de temps d’arrêt. Ils ont besoin de libérer leur petite tête et leur petit corps de tout ce surplus, de toutes ses émotions (qu’ils ont souvent bien du mal à gérer) et de tous les évènements parfois pénibles qui leur arrivent aussi!

En fait, il faut savoir que la méditation chez les enfants n’a pas besoin d’être aussi «sérieuse» et «passive» que pour les adultes. Il s’agit plutôt pour l’enfant d’un état de pleine conscience qui leur permet de prendre le temps de comprendre ce qui se passe dans leur monde extérieur et intérieur. Ainsi les enfants peuvent identifier calmement et sans aucun jugement ce qui leur plait le plus et ce qui leur plait le moins.

Il suffit de trouver un sujet qui les passionne pour les guider vers cet état de calme, de les aider à prendre conscience des sensations qu’ils éprouvent dans leur corps, de les rassurer en leur rappelant qu’ils ont le droit de mettre leurs pensées de «côté» et ensuite de les laisser aller dans cet état d’esprit ou pendant ces quelques minutes, leur mental n’a pas à penser à mille choses.

Je fais souvent appel aux personnages légendaires, aux fées, aux dragons, aux animaux et même aux insectes pour guider les enfants vers cet état de calme qui leur permettra par la suite de poursuivre paisiblement leur relaxation dans l’ici et le maintenant. L’important c’est que ce soit facile, attrayant et qu’ils puissent être capables d’y penser aisément lorsqu’ils sont de retour dans leur quotidien et retourner dans cet état de calme au besoin.

J’aime beaucoup ce passage que l’on retrouve dans le livre de Susan Kaiser Greenland, En route vers la sérénité, où elle décrit parfaitement ce que je crois que la pleine conscience peut apporter chez l’enfant: «Ceux (les enfants) qui pratiquent la pleine conscience peuvent acquérir un sentiment d’équilibre et un esprit de calme, concentré, capable de créativité, de bonheur, de tolérance et de compassion. Avec un tel esprit, l’enfant est mieux à même de définir ce qu’il veut faire et d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. Avec un tel esprit, l’enfant sera prêt à transformer le monde pour le rendre meilleur.»

Rappelez-vous que cette pratique de la pleine conscience n’est pas réservée qu’aux enfants calmes et attentifs, bien au contraire. Elle peut aussi bien aider les enfants que l’on dit hyperactifs avec ou sans déficit d’attention. J’ai été témoin de beaux échanges avec plusieurs enfants aux capacités de concentration de différents niveaux et je peux vous dire que lorsqu’on leur en laisse la chance, TOUS les enfants sont impressionnants!

Gardez surtout à l’esprit que c’est un moment où l’on ne regarde pas la performance ni la réussite et surtout où l’on ne se compare pas!

Bon cheminement!


Nancy De Sousa
Propriétaire de Les Trésors de la Terre
Membre de la Venue de la cigogne
www.lavenuedelacigogne.com
Conceptrice et animatrice d’ateliers de créativité et méditation pour enfants
Animatrice de yoga pour enfants
www.facebook.com/lestresorsdelaterre
lestresorsdelaterre@gmail.com
514-966-0106


Paru dans Bébé, Été 2016

Pin It on Pinterest

Share This