Récit d’un long voyage avec bébé

Trois mois à sac à dos aux Philippines et au Sri Lanka avec notre petit coco de 7 mois; mon conjoint et moi rêvions de ce moment depuis une éternité! Il n’y a pas à dire, mon bébé a des parents au cœur nomade. Des parents qui aiment l’ailleurs, qui aiment l’évasion et la découverte.
Par Stéphanie Lequin

Nous nous sommes préparés (mais pas trop, parce nous aimons l’aventure, la vraie!) et sommes enfin prêts! Nous partons donc avec chacun un gros sac à dos, beaucoup trop gros, une valise et un petit sac à dos format «carry on», un sac à couches et un siège d’auto… Résultat, on est chargé comme des mules! Voyager léger avec bébé, un gros zéro!

Le jour J est enfin arrivé
Nous avons un premier vol de quatorze heures. Un vol qui se passe miraculeusement bien! Tant au décollage qu’à l’atterrissage, bébé ne pleure pas, ne bronche pas, pas même une petite larme et même qu’il s’endort! Quatorze heures de vol et aucun pétrin. Super! On peut dire que c’est bien parti.

Nous avons un second vol de cinq heures un peu plus ardu, car bébé est tanné et veut bouger. Mais après un premier long trajet de quatorze heures, le petit cinq heures passe tout de même comme dans du beurre!

Nous arrivons finalement à destination et tentons tant bien que mal de nous remettre du décalage horaire. Bébé prendra dix jours à s’y faire. Dix jours à se réveiller au petit matin pour aller promener bébé en portage dans les rues inanimées afin de rendormir le coco.

Voilà qu’à peine remis du décalage, nos aventures (pour ne pas dire nos défis) commencent:

  • Les routes et les transports, notre nouveau chaos. De longs trajets, parfois allant jusqu’à neuf heures, pour se rendre à destination sur des routes houleuses, remplies de dénivelés, de courbes et de nids-de-poule, constamment en construction. Le tout dans des moyens de transport mal en point.
  • Des autobus dont les compagnies osent appeler «de luxe» qui sont en fait de vieilles patentes à quatre roues aux suspensions dignes d’une trampoline olympique, contenant des sièges super-étroits et à peine inclinables.

Pour le luxe, on repassera!
Et pour ajouter à la chose, n’oublions pas mon mini de 20livres qui est sur mes genoux! Résultat bébé dort, mais papa et maman, eux, absolument pas! Maux de dos, bras engourdis et jambes enflées, bonjour! Awaille la tite mère! T’escapable!

Les hôtels! Ayayaye, les hôtels!
On réserve à l’avance ou pas? Car si la ville ne nous plait pas, nous n’aurons pas le choix d’y rester malgré tout. Allons, on réserve d’avance, avec un bébé, il faut être organisé!

Arrive à l’hôtel: des murs remplis de moisissures, une odeur nauséabonde, un lit dur comme de la roche et une salle de bain pas propre… Bon, ok. La prochaine fois, nous ne réserverons pas à l’avance.

Arrivé à la nouvelle destination, on cherche quelque chose qui a de l’allure, propre, avec l’air conditionné, l’eau chaude, un grand lit, car on a opté pour le co-dodo et le tout à bon prix, svp! Cherche et cherche encore. Bébé est tanné. Comment ça, on n’a pas réservé à l’avance? Seigneur!

Au tour des expéditions
On n’est pas venu au bout du monde pour rester dans notre chambre d’hôtel. Nous réservons nos «trips» via des petites agences locales qui nous fournissent toujours un guide et les transports (les sapristi de transport!) et qui disent toujours le strict minimum. Je me ramasse donc dans des situations inimaginables. Marcher sous le soleil plombant avec bébé en portage, longer des falaises, escalader des parois, des bateaux beaucoup trop bruyants, et cetera, alléluia!

Hey, wow, minute! J’ai un bébé avec moi! Mais qu’est-ce que c’est que ça! Comment se fait-il qu’on ne m’avertisse jamais qu’il s’agit d’escapades non conseillées quand tu es avec bébé? Je ne prends plus de chance, je demande! «Oui, oui! Pas de problème, madame, me répond-on, même avec un bébé, tout est beau et sécuritaire!» Et bien! Soit nous n’avons pas la même vision de la sécurité, soit pour ce petit vendeur, une vente, c’est une vente!

Ho! Et les repas? Que dire des repas!
Toujours les mêmes histoires qui reviennent

Scénario 1
– «J’aimerais commander des légumes, bouillis ou vapeur, et une petite portion de viande pour mon bébé.»
– «Nous avons dans le menu le sauté de légumes et porc.»
– «Je ne veux pas la portion pour adulte, c’est trop gros… une petite portion pour bébé, c’est possible?»
– «Ok, on vous fait ça!»
– « Super! Donc des légumes, bouillis ou vapeur, et une petite portion de viande. Le tout bien cuit, sans sel, sans poivre, sans assaisonnements, s’il vous plait.»
Je reçois l’assiette de bébé. Mince! C’est super salé! Et les légumes sont super croquants! «Est-ce possible de cuire les légumes davantage, svp? C’est pour bébé… il n’a pas de dents, alors ça doit être tendre pour qu’il puisse mâcher… Et s’il vous plait, n’ajoutez pas de sel!»
«…»
Et voilà qu’on me regarde avec des yeux de biche confuse…

Scénario 2
– «J’aimerais commander des légumes et de la viande pour mon bébé.»
– «…»
– «Oui, oui, bébé mange des légumes et un peu de viande. C’est possible d’en commander pour lui?»
– «…»
Et voilà qu’on me regarde (déjà) avec des yeux de biche confuse… Bon, on va laisser faire la commande… Nous partagerons notre assiette si le menu et l’hygiène le permettent…

Sinon, je peux toujours lui faire les céréales que nous lui avons apportées de la maison, avec de la mangue que nous avons achetée au marché plus tôt. Bébé croque à pleines dents dans la mangue… Et voilà qu’on nous regarde (encore, vraiment?) avec des yeux de biche confuse… Tout ça parce qu’ici, les bébés mangent que des céréales…

Trois mois de vie nomade à sac à dos… c’est trois mois à revivre toujours les mêmes choses

  • Fais le sac, défais le sac, refais le sac, redéfais le sac.
  • Prend le bus, prend le taxi, prend l’avion et hop, le traversier.
  • Choisis un hôtel, change d’hôtel pour un plus propre. Change de ville, retrouve un hôtel. Allons bébé, un lit, c’est un lit, non?
  • Va au resto, explique ce que bébé va manger. Sans sel, sans poivre, sans assaisonnement, le tout bien cuit s’il vous plait. Oui oui, mon bébé mange autre chose que des céréales.
  • Est-ce que cette activité se fait bien avec un bébé? Vous êtes sûre?
  • Fais le sac, défais le sac, refais le sac, redéfais le sac.
  • Prend le bus, prend le taxi, prend l’avion et hop, le traversier.
  • Choisis un hôtel, change de ville, retrouve un hôtel.
  • Oui, mon bébé mange autre chose que des céréales.
  • Est-ce que cette activité se fait bien avec un bébé?
  • Et on recommence! Encore et encore!

La vie de nomade telle que nous l’avons vécue, telle que nous l’avons choisie, n’a pas été de tout repos. Mais on s’y fait, parce qu’en trois mois, pas le choix, tu t’acclimates!

Bien que ce ne fût pas de tout repos, ces trois mois nous ont tout de même permis de découvrir des panoramas exceptionnels. La beauté sans pareil des paysages que nous avons vus, que ce soit les montagnes et les rizières, les îles désertes au sable blanc et aux eaux turquoises, les volcans qui s’élèvent à l’horizon, les champs de thé ou encore les petits villages tous aussi pittoresques les uns que les autres, valaient sans contredit les défis rencontrés!

Ces trois mois nous ont aussi permis de faire des rencontres inoubliables et de découvrir des cultures uniques.

Et le bébé dans tout ça?
Il n’a jamais autant ri et souri! Tout au long de nos aventures, il dégageait le bonheur et l’épanouissement. À un point tel que «Happy baby» fut son nouveau surnom donné par les gens rencontrés, tout au long de notre périple.

Voir son bébé qui «tripe ben raide» te fait vite oublier tous les tracas! Il faut croire que la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Alors mon bébé est comme ses parents. Il a le cœur nomade. Il se plaît dans l’ailleurs, l’évasion et la découverte.


Stéphanie Lequin
maman voyageuse
www.dansmonsacados.ca
www.facebook.com/Dans-mon-sac-à-dos-189606401376557/?ref=hl


Paru dans Bébé, Automne 2016

Pin It on Pinterest

Share This