Saignements de nez – Quoi faire ?

Le saignement de nez, également appelé épistaxis, est dû à la rupture de petits vaisseaux, fragiles et très nombreux, qui tapissent l’intérieur des narines. Il est souvent bénin et survient fréquemment sans cause apparente. Mais comment réagir lorsqu’un membre de la famille saigne du nez ?

L’épistaxis est plus fréquente chez les enfants et les personnes de plus de 50 ans, et s’arrête souvent spontanément lorsqu’on se mouche doucement pour évacuer les caillots et qu’on se pince les ailes du nez durant environ 10 minutes. Contrairement à la croyance, il est déconseillé de se pencher vers l’arrière ; ceci a pour effet de faire couler le sang dans l’arrière-gorge lequel descend alors dans l’estomac, qui peut être irrité.

Le saignement de nez a de nombreuses causes identifiables : certains médicaments (aspirine, anti-inflammatoires, fluidifiants sanguins), manque d’humidité dans la maison, surtout l’hiver, ou, au contraire, chaleur sèche et air climatisé, blessure ou fracture du nez, mouchage trop énergique, corps étrangers ou doigts introduits dans une narine, fièvre, rhume banal ou coup de soleil.

Un saignement de nez peut aussi être dû à une maladie : allergie, infection des voies respiratoires supérieures, tension artérielle élevée (hypertension), durcissement des artères (athérosclérose) ou trouble de la coagulation, tel que l’hémophilie. Il accompagne souvent le début d’une maladie infectieuse aigüe chez l’enfant. Si les fosses nasales ou les sinus sont le site d’une tumeur hémorragique, alors les saignements de nez seront fréquents et abondants. Notez que cette condition est très rare.

Consultation à l’urgence
• Le saignement du nez persiste malgré la compression des ailes du nez et l’insertion d’une gaze dans les narines. Un professionnel devra poser un pansement spécial ou cautériser (brûler la peau autour de la plaie pour la refermer) le vaisseau sanguin qui ne coagule pas.

• Le saignement est dû à un coup à la tête, au nez ou à la présence d’un corps étranger dans le nez, surtout si le sang est abondant, liquide et clair.

• Le saignement est intense depuis plusieurs minutes, malgré les actions posées pour l’arrêter, et des signes inquiétants apparaissent : mal de tête, hématomes (bleus) couvrant une grande surface du corps, état de choc (baisse du débit cardiaque, peau pâle, froide et moite), faiblesse, étourdissements.

• En plus de saigner du nez, le patient vomit du sang.

• Le saignement de nez est accompagné de difficultés à respirer, d’essoufflements, d’une pâleur, d’une faiblesse et de palpitations.

• Le saignement est abondant, et la personne prend des anticoagulants tous les jours ou a des problèmes de coagulation (hémophilie).

Consultation rapide le même jour
• Le saignement de nez excède une durée de 10 minutes chez une personne souffrant d’hypertension.

• Le patient présente des saignements de nez fréquents, sans raison apparente. Des varices (veines gonflées et sinueuses) pourraient en être la cause. Un spécialiste proposera le meilleur traitement pour traiter le problème de façon définitive.

• Les saignements se répètent plus de 3 fois en 48 heures.

Consultation non nécessaire ou pouvant attendre quelques jours
• Les saignements sont occasionnels, associés à de la fatigue, à du stress ou à des causes bénignes et facilement identifiables : manque d’humidité dans la maison, surtout l’hiver, ou, au contraire, chaleur sèche et air conditionné, mouchage trop énergique, corps étrangers ou doigts introduits dans une narine. Une consultation n’est pas nécessaire.

Premiers soins
• Asseoir la personne qui saigne du nez, droite, et lui pencher légèrement la tête vers l’avant pour ne pas qu’elle avale de sang. La faire moucher doucement pour évacuer les caillots. Lui pincer les ailes du nez (et non le bout), juste sous l’os, pendant 10 minutes avec un mouchoir contenant un glaçon ou avec une compresse froide. Répéter deux fois au besoin. Si l’opération n’est pas efficace et que le sang coule dans la gorge, se rendre dans une clinique d’urgence mineure. Un médecin placera une mèche dans le nez pour faire une compression plus efficace.

• Faire cracher le sang qui coule dans la gorge.

• Une fois le saignement maîtrisé, attendre quelques heures avant de se moucher à nouveau, de se frotter le nez et de se pencher.

Actions préventives
• Boire suffisamment d’eau, surtout durant l’hiver.

• Maintenir la température intérieure ambiante à 20-21°C (68-69,8°F) et un taux d’humidité de 40 % à 50 %. Au besoin, utiliser un humidificateur dans la maison, surtout en hiver.

• Appliquer de la gelée de pétrole (VaselineMD) ou une crème à base d’eau dans les narines, plusieurs fois par jour.

• Utiliser un vaporisateur nasal à l’eau saline.

Actions à éviter
• Se moucher trop vigoureusement.

• Mettre des compresses de coton ou les doigts à l’intérieur du nez.

• Appliquer de l’eau chaude sur les ailes du nez.

 

 

Dre Nicole Audet
Médecin de famille et auteure
Agoo, Centre de santé et de mieux-être pour enfants de Laval
Éditions Dre Nicole

www.nicoleaudet.com

Références:
AUDET, Nicole. Votre guide santé-info. Guy Saint-Jean éditeur (2012).


Paru dans Moi Parent, Printemps 2019

Pin It on Pinterest

Share This