Trouble des conduites alimentaires pendant la grossesse, ça existe!

Est-ce que la prise de poids pendant la grossesse est un enjeu? Est-ce un enjeu au point d’avoir peur de cette prise de poids et de développer des comportements de contrôle alimentaire? Est-ce que la pratique d’activité physique s’est accrue depuis la nouvelle de la grossesse? Cherchez-vous à compenser la prise de poids?
Par Marie-Michèle Ricard

Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, il est important de réfléchir à la place que prennent l’image corporelle, le poids et l’alimentation pendant la grossesse.

Contrairement à certaines croyances populaires, un trouble des conduites alimentaires (TCA) n’est pas anodin. Un TCA, c’est un trouble de santé mentale. Et qui dit trouble, dit souffrance, détresse importante. Tous les TCA ont en commun des comportements alimentaires persistants qui affectent considérablement la santé physique et le fonctionnement psychologique de la personne. Il y a un réel sentiment de perte de contrôle dans cette maladie. La personne atteinte doit jongler avec des pensées intrusives et obsédantes liées à l’alimentation, au poids et/ou à la forme corporelle, et peut développer des comportements visant à contrôler la prise de poids.

Quel rôle joue la grossesse lors de la présence d’un TCA?
La recherche démontre que le TCA peut avoir été présent avant la grossesse. Dans ce cas, cette dernière peut avoir très peu de conséquences sur les comportements problématiques qui, malheureusement, persisteront. Il peut aussi arriver que la grossesse joue le rôle d’événement déclencheur au TCA ou représenter le facteur de rechute de la maladie, soit pendant la grossesse ou pendant les six mois suivants la naissance.

Plusieurs facteurs en jeu dans la présence d’un TCA lors d’une grossesse
Une lecture rapide peut facilement mettre la faute sur la société et les médias. Par contre, bien que les photos de stars enceintes qui ne prennent pas de poids, qui reprennent le poids d’avant grossesse à la seconde près où l’accouchement est terminé, qui font l’éloge de diètes, régimes et pratiques d’exercices extrêmes soient très néfastes pour la conceptualisation d’une grossesse dite «normale» (dans la norme), elles ne représentent qu’un facteur d’influence.

Avec les nombreuses recherches étudiant les facteurs expliquant la présence d’un TCA, nous savons maintenant qu’il y a en jeu:
• Des facteurs culturels et sociaux;
• Des facteurs environnementaux et familiaux;
• Des facteurs individuels biologiques et psychologiques.

Ceci étant dit, nous avons aussi compris que les images véhiculées par les médias jouent un très grand rôle dans le développement d’une insatisfaction de l’image corporelle. Certaines femmes peuvent alors internaliser le message qu’une femme enceinte ne doit prendre qu’un minimum de poids, que la grossesse ne doit pas paraître de dos, que la femme doit contrôler son image et son poids pendant et après la grossesse. Si on combine cette internalisation à une faible estime de soi, à des insatisfactions corporelles pré-grossesse, à des difficultés de gestion des émotions, plusieurs facteurs de risque très importants sont réunis et peuvent effectivement déclencher un TCA.

Des comportements dangereux et néfastes pour la mère et pour le fœtus
Les TCA pendant la grossesse sont très dangereux et peuvent avoir des effets dévastateurs sur le développement du fœtus, qui se retrouve peu à peu dans un environnement de plus en plus hostile. De plus, les comportements problématiques peuvent avoir plusieurs conséquences physiques et psychologiques, notamment en altérant le métabolisme de la femme et en provoquant une humeur plus dépressive, plus anxieuse, des pensées rigides, des comportements d’isolement, pour ne nommer que ceux-ci.

Pour les femmes atteintes de TCA pendant leur grossesse, les recherches tendent à démontrer un plus haut risque de césarienne, de naissance prématurée, de bébés de faible poids, et de dépression post-partum. Par contre, les recherches démontrent aussi que si la femme reçoit et accepte le soutien nécessaire, soit un traitement approprié, axé sur le TCA, la grossesse et l’accouchement se déroulent dans des conditions gagnantes, le bébé se développe normalement et naît en santé.

L’importance de consulter une équipe spécialisée
Il peut être très complexe de départager les comportements appartenant à une grossesse normale des comportements appartenant à un TCA. On pense ici aux fameuses envies alimentaires un peu bizarres, à l’augmentation de l’appétit ou encore à la difficulté de s’approprier son nouveau corps. Il importe donc de consulter un spécialiste, comme un médecin, un psychologue ou un psychothérapeute spécialisé en comportements alimentaires afin de conclure ou non à des symptômes de TCA et de pouvoir avoir le soutien nécessaire.

La grossesse, motivation de changement
Les recherches démontrent que dans certains cas, la grossesse devient le levier nécessaire au changement. La grossesse amène la femme à prendre soin d’elle, de son bébé à naître, de son corps, de ses besoins. La grossesse amène la femme à décentrer l’attention qui, jadis, était concentrée sur elle, pour l’orienter sur quelque chose de bien plus grand. Pour certaines, la grossesse est l’étape définitive qui les a menées au rétablissement.


Marie-Michèle Ricard
Psychoéducatrice, psychothérapeute
Co-fondatrice et co-propriétaire de la clinique Imavi
Professeure au département de psychologie du Cégep de l’Outaouais

Marie-Michèle œuvre en santé mentale depuis plus de quinze ans. Elle offre des services de psychothérapie aux personnes souffrant de problèmes relationnels ou émotionnels divers, de traumatismes, de troubles de la personnalité et de troubles des conduites alimentaires.

info@imavi.ca / www.imavi.ca / @cliniqueimavi

Références:
– Bulik, C. M., Von Holle, A., Siega-Riz, A. M., Torgersen, L., Lie, K. K., Hamer, R. M.,… Reichborn-Kjennerud, T. (2009). Birth Outcomes in Women with Eating Disorders in the Norwegian Mother and Child Cohort Study (MoBa). The International Journal of Eating Disorders, 42(1), 9–18. http://doi.org/10.1002/eat.20578
– Cardwell, M. S. (2013). Eating Disorders During Pregnancy, Obstetrical & Gynecological Survey, 68 (4), 312-323.
– Cash, T.F. (2011). Cognitive-behavioral perspectives on body image. In T.F. Cash & L. Smolak (Eds.), Body Image : A Handbook of Science, Practice, and Prevention (pp. 39-47). New York : Guilford Press.
– Easter, A., et coll. (2013). Recognising the Symptoms: How Common Are Eating Disorders in Pregnancy? European Eating Disorders Review, 21 (4), 340-344.
– Koubaa, S., Hällström, T., Lindholm, C. & Hirschberg, A.L. (2005). Pregnancy and neonatal outcomes in women with eating disorders, Obstetrics & Gynecology, 105(2), 255-60.
– Larrson G, Andersson-Ellstron A. (2003). Experiences of pregnancy-related body shape changes and of breast-feeding in women with a history of eating disorders. European Eating Disorders Review, 11 (2), 116-124
– Ward, V. B. (2008). Eating disorders in pregnancy. BMJ : British Medical Journal, 336(7635), 93–96.


Paru dans Maternité, Hiver 2018

Pin It on Pinterest

Share This