Un bébé surprise !

J’ai 41 ans. Je viens d’apprendre que je suis enceinte. Boum.

Par Nathalie Lauzon

En fait, j’arrive bientôt à 12 semaines déjà, mais la nouvelle semble être d’hier tant l’onde de choc fut grande pour moi et mon conjoint. Je n’y ai presque pas cru. Comme si j’étais dans un rêve, engourdie. J’étais remplie d’excitation, mais j’avais aussi une forme de déni. Un grand mélange d’émotions très accaparantes.

Ma fille Béatrice a trois ans et demi au moment où j’écris ces lignes, et j’avais pratiquement tout donné ou vendu le matériel de bébé. Nous avions décidé que la famille était complète, jusqu’au jour où j’ai fait pipi sur ce bâton de grossesse.

Bon, je ne suis pas la seule à qui ça arrive, un bébé surprise, right ! ? Je vais prendre sur moi et m’arrêter.

Je me suis questionnée sur ce que MOI je voulais vraiment, sans trop laisser l’état d’âme de mon conjoint m’affecter pour me positionner d’abord et discuter ensuite. En fait, ma psy me dirait : « Sur quelle tuile es-tu ? », ce qui veut dire « Quelle est TA position à toi ? Et quand tu l’auras trouvée, tiens-toi droite et affirme-toi. » Bon. Je vais faire le tour de ma réflexion de femme mêlée ici.

En mode réflexion
Les choix et droits d’une femme au Canada en 2019 sont relativement libres. L’interruption de grossesse est une option. Aller de l’avant avec la grossesse en est une autre. Ce sont les deux options viables pour moi à ce moment-ci. C’est un choix radical et de non-retour. Ce n’est pas comme un choix de jouet sur Amazon, y’a pas de demi-choix ici. Y’a pas de gris. C’est noir ou c’est blanc.

Avec mon système de valeurs et de croyances actuel, est-ce que je peux ou veux vivre un avortement ? La réponse est non. Je ne juge pas ce choix chez les autres, mais dans mon schème de pensées actuel, je ne pourrais pas. Est-ce que j’ai envie de vivre une grossesse ? Oui, j’aime bien être enceinte. Est-ce que j’ai envie de recommencer les couches et le congé de maternité qui m’avait menée à beaucoup d’isolement et de déprime ? Beaucoup moins. Est-ce que je suis fatiguée ? Oui, je suis fatiguée. Est-ce un bon moment dans ma carrière pour prendre cette pause bébé ? Je dirais que oui. Est-ce que je crois qu’un deuxième enfant serait le bienvenu dans la cohésion de la famille ? Ah, ça oui ! J’ai toujours cru qu’une table à quatre pattes était plus stable qu’une table à trois pattes, et je crois que le genre de parents que mon conjoint et moi sommes sera plus équilibré si nous avons deux enfants à élever au lieu d’un. Est-ce que mon cœur de maman veut cet enfant ? Oh oui, je fonds de tendresse… Bon. Et si je laissais la chance au coureur ? (Le coureur étant le bébé que je suis en train de créer.) Si son âme est prête à venir s’incarner avec nous dans la famille et que la vie nous l’envoie ? Ok, oui ! Ça, j’y crois !

Bon, mon raisonnement de tête et de cœur a fait le tour. Le bébé fera sa place dans mon ventre et décidera lui-même s’il décide d’y rester ou pas. Ferai-je tout en mon pouvoir personnel et médical pour prendre soin de moi et pour favoriser son développement ? Oui. Suis-je finalement en paix avec cette décision ? Oui, je le suis. Ouf !

C’est probablement une des plus grosses décisions morales, éthiques et « impactantes » que j’ai dû prendre dans ma vie. Certaines diront : « Ben voyons, c’était clair pourtant, pour telle et telle raison », puis d’autres diraient absolument le contraire, et ce serait franchement et sincèrement valable dans tous les cas. Je respecte le courage que nécessite toute forme de prise de décision, qu’elle soit X ou Y.

En quelques jours, j’ai réussi à trouver ma tuile en y allant par élimination et en me posant les bonnes questions. Well, à mon avis !

Prendre une décision difficile
En coaching avec mes clients, j’accompagne souvent des gens qui ont de grandes décisions à prendre. Que ce soit sur les plans personnel ou professionnel, sur ceux des transitions de carrière, des promotions, etc. À mon avis, les décisions grugent notre énergie et accaparent notre esprit lourdement jusqu’à ce qu’on fasse un choix éclairé. Le pour et le contre, les émotions, les faits, le contexte, les impacts, etc.

J’ai eu envie de poser des questions de coaching ouvertement ici pour solliciter des réflexions et peut-être vous aider dans vos prises de décision et de position du moment (avant d’en discuter avec les gens concernés s’il y a lieu) :

• Quels sont les impacts de -l’option A ? Et les impacts de l’option B ? Et C ?
• Qu’est-ce que je veux vraiment ?
• Qu’est-ce que je veux vraiment VRAIMENT ?
• Qu’est-ce que je veux vraiment vraiment -VRAIMENT ?
• Quelles sont mes valeurs non négociables ? Les valeurs que j’aimerais léguer à mes enfants ? (Consultez une liste de valeurs en ligne au besoin, ça peut être très aidant.)
• Comment je me sens, sans réfléchir, quand je pense à l’option A ? À l’option B ? À l’option C ? (Consultez aussi une liste d’émotions en ligne, au besoin.)
• Quels sont mes besoins actuels ?
• Où est-ce que je me vois dans 5 ans ? Dans 10 ans ?
• Est-ce que je pourrais être en paix et bien dormir la nuit si je prenais l’option A ? L’option B ? L’option C ?
• Comment saurais-je que j’aurai pris la bonne décision ?

Une décision, c’est parfois très difficile à prendre et les gens qui nous entourent peuvent avoir tendance à donner leur opinion, à juger et à nous déstabiliser. C’est pourquoi il est important de trouver « sa » tuile, sa position. Se tenir debout. D’être aussi dans la compassion et la bienveillance quand les copines, la famille ou les enfants ont une décision à prendre, en ne les jugeant pas et en les respectant. Poser des questions pour mieux comprendre sans émettre ses propres opinions, c’est une belle façon de les respecter et de donner l’envol au pouvoir personnel de l’autre. Offrez à l’autre ce que vous aimeriez recevoir : c’est puissant.

Prendre une décision alignée avec ses valeurs profondes est un acte de courage.

Sur ce, je vais me coucher ! La maman de 41 ans dans son premier trimestre est fatiguée et a aussi le cœur rempli de joie de porter ce petit trésor ! Un garçon ? Une fille ? Je vous tiens en haleine jusqu’à cet hiver, dans mon prochain article !

 

Nathalie Lauzon
Coach professionnelle, auteure et artiste

www.nathalielauzon.ca  •  info@nathalielauzon.ca


Paru dans Moi Parent, Automne 2019

Pin It on Pinterest

Share This