Yoga, tricot et maternité - Au fil de la vie

Yoga, tricot et maternité – Au fil de la vie

Dans ce raz-de-marée qu’est la grossesse, il est essentiel de retrouver, voire de redéfinir notre centre, de donner un sens à notre expérience et de préciser notre lien à la communauté. Découvrez comment le yoga… et le tricot sont de précieux alliés pour relever ces défis.
Par Sergine Martinez | Photo par Safi Photographie

Le yoga comme le tricot sont des outils formidables pour gérer le stress induit chez la mère dès la grossesse. Entre les cocktails hormonaux qui accompagnent les transformations nécessaires, l’émotivité souvent exacerbée, la fatigue enceinte et en tant que maman, les pressions sociales, les défis de la maternité et nos enjeux personnels dans cette transformation radicale, tricoter et pratiquer le yoga sont des voies royales pour se relier à soi-même ainsi qu’à notre nouvelle réalité.

Pratiquer le yoga, tricoter, être mère : danser avec la vie!
Le yoga signifie «union, lien». Il offre un retour vers soi profond et authentique qui nous permet de nous relier à notre être ainsi qu’à l’univers. À travers les postures (asanas), les techniques d’expansion de l’énergie vitale (pranayamas), la concentration (dharana) et la méditation (dhyana), nous sommes amenés à développer notre présence, notre santé et notre créativité. Plus nous sommes en contact avec notre nature profonde, plus nous sommes créatifs. Et plus nous nous sentons connectés aux autres aussi, car nous réalisons que nous faisons partie d’un tout duquel nous ne pouvons pas nous dissocier.

Le terme «tricot» est dérivé du mot «trique». Il signifie « mesurer ». Il trouve également son origine dans le verbe tricoter qui, au XVe siècle, avait le sens de « danser avec quelqu’un ». En effet, tricoter demande de calculer (les dimensions du vêtement, de la personne, le nombre de mailles en fonction de ces dimensions, de la fibre et des aiguilles utilisées.) Il rejoint le yoga dans son aspect scientifique: l’alignement des parties du corps, les techniques de souffle, les répétitions de mantras, etc. reposent sur des techniques précises issues d’une connaissance profonde du fonctionnement de l’être. Rien n’est laissé au hasard dans une discipline comme dans l’autre. Tout comme en yoga, une fois la technique maîtrisée, nous sommes libres pour créer sans limites, danser avec ce qui nous habite, nous anime et avec le mouvement de la vie.

Devenir mère, c’est développer de nouvelles habiletés pour répondre à de nouveaux besoins: ceux de notre enfant et les nôtres. Cela demande beaucoup de présence et une certaine discipline pour y arriver avec justesse et équilibre. Cela exige aussi une introspection pour se connaître et se reconnaître en tant que femme et mère, et pour accueillir nos peurs, nos doutes, nos blessures, afin de créer une vie qui ait du sens avec nos valeurs et nos envies.

Sur le fil de la maternité, on y danse, on y danse ! Souvent sans filet.

Danser avec maîtrise et liberté
La science continue à prouver ce que les civilisations anciennes savaient déjà et nous ont transmis, entre autres, par le yoga. De nombreuses études contemporaines ont ainsi démontré les bienfaits de la méditation sur la santé, physique et psychique. L’intention de la méditation est de développer notre capacité de présence. Méditer, ce n’est pas générer un état de bien-être systématique que nous souhaitons atteindre chaque fois que nous nous asseyons sur notre coussin de médiation ! Méditer, c’est prendre un moment d’arrêt pour s’asseoir avec soi-même; c’est accroître notre faculté à accueillir et à s’ouvrir à ce qui est. À tout ce qui est. Sans attente, sans préférence, sans jugement. C’est en déployant notre capacité de présence que nous augmentons notre aptitude au bien-être. Car toute souffrance est le produit d’une résistance. Une douleur physique est causée par un blocage, une tension dans le corps. Un déséquilibre psychique, ou une souffrance émotionnelle, est le produit d’une confrontation entre ce qui est et ce que nous voudrions que cela soit.

Nous pouvons alors comprendre encore mieux les défis de la maternité. Combien de fois, en tant que mère, avons-nous souhaité que des événements de notre quotidien changent ? Il est, par exemple, tellement commun d’entendre: «quand est-ce que mon enfant va dormir?» En nous accrochant à cette attente et en voulant contrôler le mouvement de la vie sur lequel nous n’avons concrètement aucune prise, nous augmentons notre stress et notre désarroi. La méditation va nous aider à accueillir nos émotions, à développer notre écoute et notre aptitude au lâcher-prise et à la joie dans l’ici et maintenant, quel qu’il soit. Elle va nous amener à plus d’autonomie et de créativité dans notre danse avec la vie en ouvrant le champ des possibles pour répondre avec justesse à ce qui est et à nos besoins. Et grande nouvelle: la méditation va augmenter notre vitalité! Oui, chères mamans, 20 minutes de méditation équivalent à 2 heures de sommeil!

Le tricot, forme de méditation active
Tricoter demande concentration et présence. Au fil des mailles, notre mental s’engage comme il le fait une respiration à la fois, en méditation. Des zones identiques du cerveau sont activées. La paix et le calme font surface et s’installent. Les pensées défilent, dans notre pleine présence. Et elles suivent leurs cours, puis s’évanouissent dans le lâcher-prise de notre être, pleinement engagé dans son tricot, sa posture de yoga ou sa méditation. Dans l’un comme dans l’autre, le rythme cardiaque ralentit et la tension artérielle diminue. Le Dr Bendon, directeur de l’Institut du cerveau à l’école de médecine de Harvard, explique que tricoter génère le «mode relaxation». Cet état de détente permet aux tensions physiques de se dissoudre et aux émotions de circuler. Le corps fluidifié retrouve sa capacité d’autorégulation et d’autoguérison. Le système immunitaire est dopé, ainsi que notre résistance aux douleurs chroniques. Et notre capacité à gérer le stress et l’anxiété.

La Dre Monica Baird, spécialiste de la douleur, a clairement établi comment le tricot modifie la chimie du cerveau: la production de cortisol (hormone du stress) est limitée, celles de dopamine et de sérotonine (hormones de bien-être) sont augmentées.

Lien à la communauté
Le tricot reconnecte avec l’essence de la vie, par le contact avec la matière et le travail avec ses mains. Il éveille et nourrit bien évidemment notre créativité, source de satisfaction et de réalisation. Il nous relie également au clan et à la communauté, car tricoter est une activité sociale et de transmission. Les femmes se réunissaient pour transmettre non seulement leur savoir en tricot, mais aussi l’histoire de leur clan et de leur communauté.

Le tricot s’ancre dans une transmission familiale. Nous apprenons de nos mères, de nos grands-mères et nous le transmettons, à notre tour, à nos enfants. Il constitue un vecteur puissant de transmission des valeurs familiales.

Tricoter est aussi une activité sociale, qui permet de se retrouver et d’échanger dans la simplicité et la présence. Lorsque nous tricotons, nous sommes pleinement présentes et offrons ainsi une belle qualité d’écoute, un échange nourrissant et senti.

Dans nos sociétés occidentales où nous sommes bien souvent éloignés de nos familles, l’isolement devient un enjeu central dans la maternité. Car comme le clame si bien la sagesse africaine: «il faut un village pour élever un enfant.» Le tricot nous permet de retisser les liens pour créer ce -village indispensable. Nous comprenons aisément pourquoi le yoga et le tricot reprennent vie avec tant de force aujourd’hui. Notamment chez les 25 — 40 ans!


Sergine Martinez,
Enseignante certifiée + 1 000 heures en yoga, 
spécialisée en périnatalité et pour les enfants, 
formatrice certifiée de l’Association Internationale 
de Massage des Bébés, thérapeute en énergétique, 
fondatrice de Maman Yoga.

Elle offre des ateliers de « Yoga, Tricot, Thé » pour les mères futures et actuelles, au Centre La Source Soi à Montréal, ainsi que les ateliers « Maman Nova » voués à soutenir l’énergie vitale de mamans et les formations « Je pratique le yoga avec mes enfants ».

www.mamanyoga.com
www.lasourceensoi.com


Paru dans Grossesse, Automne 2014

Pin It on Pinterest

Share This